Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Test | Splatoon 2 – Nintendo Switch – Ça vous dit de venir peindre chez moi ?
splatoon 2

Test | Splatoon 2 – Nintendo Switch – Ça vous dit de venir peindre chez moi ?

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

Fier possesseur d’une Wii U et maintenant d’une Switch, je n’avais jamais eu l’occasion de tester Splatoon à sa sortie sur la précédente console de Big N. J’ai donc voulu rattraper mon retard et voir ce que Splatoon 2 avait dans le ventre. Alors on se fait un paintball ?

Une après-midi avec Splatoon 2 sur Nintendo Switch

Pour ceux qui débarqueraient complètement, Splatoon 2 est un TPS (third-person shooting) dont le but principal est d’incarner des Inkling et, par équipes de 4, essayer de recouvrir de peinture la plus grande surface possible par rapport à votre adversaire en un temps limité. Accessoirement, vous pouvez également flinguer vos ennemis au passage sinon ce ne serait pas un TPS. Il y a bien sûr d’autres modes disponibles que nous verrons plus tard mais ça, c’est pour le concept de base. Énorme succès sur la Wii U, il était normal que Nintendo souhaite sortir un numéro 2 à sa pépite. Alors, réelle suite ou grosse mise à jour ?

Incarnez les Inkling et partez au combat

Seul c’est bien, mais ensemble c’est mieux

Disons-le tout de suite, si vous n’avez pas une bonne connexion internet, l’intérêt de Splatoon 2 sera très limité. Le jeu dispose bien d’un mode solo mais celui-ci est limité – bien que très agréable – par rapport aux différents modes en ligne. Ce que j’ai énormément apprécié dans le mode solo, c’est que celui-ci mélange le TPS avec les phases de plateforme. Pour ceux qui me connaissent, c’est clairement mon créneau. J’ai donc pris énormément de plaisir à parcourir les niveaux et à affronter les boss super originaux. Votre but sera d’affronter les Octariens pour récupérer les poissons-charge et retrouver Ayo. Vous disposerez d’armes mises à votre disposition par Cartouche au fur et à mesure. Une bonne manière de découvrir le jeu et sa prise en main avant de vous lancer en ligne.

Le mode solo, entre plateformes et TPS

Côté modes en ligne, sachez que vous n’aurez accès qu’à un seul mode au départ, le match classique. Avant de pouvoir atteindre les autres modes, il vous faudra être niveau 10. Ce qui, croyez-moi, représente un paquet d’heures de jeu. Dommage donc pour ceux qui manquent de patience ou ceux qui ont joué au 1 et ne souhaitent pas se retaper toute la base. Voilà donc le mot d’ordre de Splatoon 2, l’entraînement, encore et encore.

Une fois le niveau 10 atteint, vous aurez la possibilité de jouer aux modes pro et ligue avec 3 missions différentes : Défense de zone (protégez votre territoire le plus longtemps possible), Expédition risquée (votre zone à défendre se déplace) et enfin Mission Bazookarpe (qui n’est autre qu’une capture de drapeau à ramener dans le camp adverse). Certains modes nécessiteront un vrai travail d’équipe. Cependant, il n’est pas toujours évident de coordonner les attaques vu l’absence de chat vocal sur la Switch. Le chat écrit étant tellement anecdotique et inutile qu’il faudra trouver d’autres moyens. De ce que j’ai entendu, Skype reste l’une des meilleures solutions même s’il vous sera possible de discuter via l’application Smartphone pour Splatoon.

Votre but : remplir la map de votre couleur, juste un peu plus que votre adversaire

Nage petit saumon, nage…

Pour être complet, il faut aussi mentionner l’apparition d’un nouveau mode, le Salmon Run. Bien que Nintendo ait décidé de ne rendre celui-ci accessible qu’une fois par semaine, il n’en reste pas moins très intéressant. Celui-ci vous amènera des hordes de poissons nocifs ainsi que de nombreux boss qu’il vous faudra vaincre tout en récupérant leurs œufs. Hyper fun et seule réelle nouveauté, on aurait tort de le bouder.

Affrontez des hordes de poissons toxiques dans Salmon Run

Gameplay top pour un fun total dans un superbe univers

La prise en main de Splatoon 2, pour moi qui n’y avais jamais joué, est immédiate. Facile à comprendre, vous aurez le choix entre un mode gyro ou un mode normal. J’ai préféré le mode normal, ayant toujours du mal à maîtriser le mode gyro mais c’est personnel. Bien qu’offrant un fun immédiat, la maniabilité n’en reste pas moins technique. Il vous faudra de nombreuses heures d’entraînement pour maîtriser les maps, les différentes armes mais aussi la stratégie d’équipe. Les armes sont hyper variées et vous comprendrez aisément qu’il vous faudra jouer différemment avec un rouleau (corps à corps) qu’avec un fusil sniper.

C’est pas ma guerre, colonel !

Enfin, comment ne pas aborder les graphismes de Splatoon 2. Que ce soit en mode portable ou sur écran TV, le jeu est un régal avec son univers si particulier aux teints paintball fluo avec des personnages à rendre jaloux notre jeunesse actuelle. Le jeu est hyper fluide même si c’est parfois un peu le bordel à l’écran sans pour autant devenir gênant.

J'ai aimé

  • Les graphismes
  • Les armes
  • Le mode solo
  • Le mode Salmon Run
  • Peindre sans se faire mal au dos

Je n'ai pas aimé

  • Peu de nouveautés
  • Pas d'écran splitté
  • Devoir attendre le niveau 10
Fier possesseur d’une Wii U et maintenant d’une Switch, je n’avais jamais eu l’occasion de tester Splatoon à sa sortie sur la précédente console de Big N. J’ai donc voulu rattraper mon retard et voir ce que Splatoon 2 avait dans le ventre. Alors on se fait…

Résumé des scores

Gameplay
Durée de vie
Graphismes

Rouleau ou fusil a peinture ?

Voilà une suite toujours aussi jolie et jouissive mais dont on attend plus de contenu.

Revue de presse

 14/20

Gamekult

 16/20

Gamergen

 16/20

JV.com

 16/20

Gameblog

Conclusions hâtives de l’ami Arnaud

Pour une première expérience, je vous avoue que j’ai beaucoup aimé Splatoon 2 et je me demande même pourquoi je n’ai pas joué au 1. Look trop enfantin ? Peur d’un énième TPS ? Je ne sais pas. Toujours est-il que je suis sous le charme. Il est clair cependant que de n’avoir pas fait le 1 me rend plus conciliant dans mon test. Quoi qu’il en soit, Splatoon 2 fonctionne toujours aussi bien sans être un vrai numéro 2… pour l’instant. Le gameplay est simple, les personnages et armes variés, le concept simple et les graphismes hyper jolis.

Il ne reste plus qu’à Nintendo à nous fournir du contenu additionnel (comme d’habitude, on a envie de dire) afin de rendre le jeu plus complet afin d’attirer ceux qui s’embêtaient déjà avec le premier. Nul doute que Big N saura s’acquitter de sa tâche pour ce qui devient petit à petit l’une de ses licences majeures.

Pour plus d’infos, n’hésitez pas a visiter le site officiel de Splatoon 2.

À très bientôt sur Sitegeek.

Arnaud

Disponible dans nos boutiques partenaires :


Amazon
Boulanger
Priceminister

testUAMA1_vectorized

Mon jeu de kart favori


Splatoon 2
DéveloppeursNintendo
EditeurNintendo 
Date de sortie21 July 2017
Prix 44,49

 Achetez le sur :
 
Amazon
Boulanger
Priceminister
 

Bande-annonce :

Galerie :

A propos Arnaud

Fan de football, de jeux de voiture, de gadgets (de préférence avec une pomme) mais aussi de bières, de whisky, de jeux de plateforme et beat’em all, touche a tout par excellence qui essaie de trouver du temps pour travailler au milieu de tout ça.

Voir aussi

Avis | Xbox One X – Ma Xbox One est bonne pour la casse ?

La Xbox One X la console la plus puissante du marché. Est-elle pour autant forcément indispensable ? Fred essaye pour vous de décortiquer la chose.

sonic forces

Test – Sonic Forces – Xbox One – Un retour en demi teinte pour le hérisson bleu

Test | Sonic Forces - On l'attendait de pied ferme et le hérisson bleu n'arrive pas a convaincre entièrement malgré une expérience agréable pour les fans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *