Accueil > Films et séries de geek > Critique | Justice League – La prochaine sera la bonne ?
Justice League

Critique | Justice League – La prochaine sera la bonne ?

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

Justice League était l’occasion pour DC de redorer son blason une bonne fois pour toutes au cinéma ! Malgré quelques améliorations notables, le film ne répond pas à toutes nos attentes…

DC VS Marvel : la fin d’une injustice ?

Je le dis d’emblée : je préfère DC à Marvel. Attention hein, j’adore les deux univers mais j’ai toujours eu un penchant pour la genèse plus sombre et plus complexe des personnages DC. Le monument Batman justifie à lui seul ce penchant, aussi attendais-je beaucoup de Justice League ainsi que des volets précédents. Man of Steel et Batman v Superman : L’Aube de la Justice, tous deux perfectibles et loin d’être aussi mauvais que ne l’affirmaient certains, nous faisaient miroiter *le* film qui allait marquer un tournant dans la rivalité culturelle entre DC et Marvel. Avengers allait enfin trouver un adversaire commercial à sa taille.

Après la projection de Justice League, hélas, la bande à Batman accuse toujours un retard et un manque d’identité affirmée. Mais dans l’ensemble, le film s’avère cohérent malgré ses maladresses et promet – si le succès commercial est au rendez-vous – une suite enfin digne du matériau de base. On y croit, on y croit !

Justice League
Regardez-moi ça, on a tout de suite envie de l’aimer, ce Justice League !

L’Avengers du pauvre ?

Crevons l’abcès. Comme le volet précédent, Justice League souffre d’un scénario bancal. C’est pas faute de démarrer sur les chapeaux de roue, en présentant brièvement mais ingénieusement chacun des nouveaux protagonistes. Le grand méchant du film et son histoire sont rapidement mis en scène et le décor est planté. La Terre est sur le point d’être envahie, Batman ne peut combattre seul, il lui faut alors assembler une équipe. La première moitié se déroule donc à un rythme convenable, avec des rebondissements peu nombreux mais logiques, et des interactions créant une bonne dynamique de groupe. Par contre, le début aborde aussi un contexte mondial fragile, suite à la disparition de Superman. Un pitch très intéressant mais jamais exploité dans le filmWhat happened?!

Justice League
Tiens, et si on montrait aux gens un contexte qui sert à rien ?

Après un retournement majeur, la seconde moitié voit le rythme baisser, jusqu’à une fin « anti-climactique » assez décevante. Pas mauvaise dans l’absolu mais loin de ce qu’on pouvait attendre d’un film titré Justice League. Plusieurs personnes à la projection avaient d’ailleurs l’air de se demander : « Quoi, c’est fini ? Non c’est pas possible, y a surement un twist… ». Il n’y en a pas. Du coup, on a l’impression d’avoir visionné la fin d’un épisode de série type Power Rangers. Ou d’un Avengers : L’Ère d’Ultron. On ne peut d’ailleurs s’empêcher de voir des similitudes, si ce n’est que Justice League ne recrée pas l’ampleur de son concurrent qu’il imite mal, tandis que sa conclusion fait l’effet d’un pétard mouillé. La seule utilité de Justice League, c’est d’avoir rassemblé l’équipe. Une grosse intro, en somme. Attendez… c’est pas ce qu’on avait reproché à BvS, justement ?

Justice League
Un méchant finalement très anecdotique

Justice League Assemble!

Si la trame se fourvoie et se cantonne au divertissement quelconque sur la fin, les personnages bénéficient d’une plus grande attention. Pas forcément réguliers et traînant quelques gimmicks regrettables (genre Cyborg qui s’écrie « Booyah » ou Aquaman « My Man! » en pleine scène d’apocalypse… bye bye, crédibilité) mais tout de même soignés. Gal Gadot, très décevante dans un Wonder Woman qu’on nous a vendus comme un film féministe (ce qu’il n’est pas) parvient enfin à varier son jeu. En ressort une héroïne un peu plus riche (c’est déjà ça). L’interprétation de Jason Momoa dans le rôle d’Aquaman s’avère également correcte, voire drôle, malgré un personnage monomaniaque (qui a tout de même droit à une scène collector !).

Justice League
Elle a pris des cours, on dirait ! (Mais ça reste perfectible…)

Pour Flash, je suis plus mitigé. Ezra Miller force le trait comique, en nous rappelant presque de rire à chaque plaisanterie. Si, si… rigolez. Mais rigolez ! Ce qui n’empêche pas certaines blagues de faire mouche mais celles-ci se retrouvent presque toutes dans la bande-annonce. C’est finalement Ray Fisher, alias Cyborg, qui a droit au personnage le plus nuancé. Tantôt drôle (même involontairement), tantôt badass, le héros jouit d’une aura qu’on a hâte de retrouver dans son film en 2020. Enfin, Batman semble à la traîne face à tous ces personnages imposants mais n’en perd pas sa stature pour autant. On sent toutefois qu’il est sous-exploité, ce qui n’a rien de surprenant en seulement 2 heures de film. C’est d’ailleurs l’un des défauts du film, bien trop court pour être abouti. Et il y a peu de chances de voir une version longue donc va pour la frustration !

Justice League
Elle est pas drôle, ma blague ? Hein ? Hein ?

Ça tape pas assez fort !

On retrouve la patte de Zack Snyder dans la réalisation, même si celui-ci a dû relégué son projet suite à sa situation personnelle. Comme souvent ces derniers temps, Justice League affiche quelques ratés visuels. Quelques écrans verts foireux par-ci, d’autres visages en plastique par là, le film n’est pas exempt de défauts. D’autant qu’après l’introduction qui annonce un choc des titans, la fin fait « pssscht » et la consécration tant attendue n’arrive jamais. Ce qui n’empêche pas Justice League d’être un joli film, en dehors de ces quelques défauts. Les effets d’éclair et de vitesse entourant Flash sont magnifiques. Le film en abuse, d’ailleurs, contrairement aux effets hydrauliques tout aussi majestueux d’Aquaman, qui nous laissent sur notre faim.

Bien qu’ils soient moins grandioses que le combat contre Doomsday (oui, c’est bizarre…), les affrontements restent suffisamment nombreux et divertissants. Mais comme indiqué plus haut, on a l’impression de visionner un épisode lambda plutôt que Justice League, le film qui devait tout faire péter (si, c’est ce qu’on voulait tous et vous le savez très bien !). Du reste, l’esthétique ne paie pas de mine, certains plans sont judicieusement choisis mais on ne retiendra certainement pas Justice League pour sa photographie. J’ai d’ailleurs bien peur qu’on en retienne peu de choses, finalement.

Justice League
Ah ouais c’est très… flashy !

S’il suffisait d’aimer…

C’est là que je vais vous surprendre car malgré tous les défauts qui ont attiré mon attention, j’ai beaucoup aimé Justice League. Le film est loin d’être excellent, je doute même qu’il soit mémorable. La postérité s’en souviendra probablement comme du film qui a enfin réuni la Ligue des Justiciers sur grand écran et c’est tout. Mais à l’heure où j’écris ces lignes et après avoir digéré le film, je peux dire que j’ai passé un bon moment. Malgré un rythme en chute libre sur la fin, je n’ai pas vu le temps passer. Les scènes d’action m’ont procuré du plaisir et l’humour, bien qu’irrégulier, m’a arraché quelques rires sincères. Par ailleurs, le film tease une suite intéressante (oui, encore…) et j’espère sincèrement qu’elle verra le jour. Bref, j’ai beaucoup aimé Justice League. Malheureusement, ça ne suffit pas à en faire le film qu’il aurait dû être…

D’autres fans de DC dans la salle ? Justice League vous a plu ? Ou vous n’osez pas le voir ? Dites-nous tout en commentaires !

À bientôt sur Sitegeek.fr,

Musa

Bande-annonce

 

A propos Musa

J’aime tout mais je suis difficile. Voilà qui me résume bien. Littérature, cinéma, jeux vidéo, séries, animés, comics, mangas, jeu de rôle papier, etc. Ce qui compte pour moi, c’est de distinguer ce que j’aime de ce qui est bon ou mauvais. Car non Einstein, tout n’est pas relatif !

Voir aussi

Critique | The Foreigner – J’ai mal à mon Jackie Chan…

Critique | Avec l'âge, on voit de moins en moins Jackie Chan... Aussi aurions-nous préféré le retrouver dans un meilleur film que The Foreigner.

My Little Pony – Du film aux jouets, nos futurs geeks sont bien gâtés

My Little Pony - Une avant-première avec notre partenaire Hasbro pour passer un bon moment, découvrir le film et les jouets dérivés

2 commentaires

  1. L’avengers du pauvre quoi, arrêter de faire des articles pourrie et sans intérêt vous n’y connaissez rien, moi je dirait Avengers la Justice League du pauvre, Justice League le meilleur film DC jusqu’à maintenant point.

    • Merci pour votre commentaire. Dommage qu’il ne réponde pas aux arguments que j’avance. Par ailleurs, si vous jugez nos articles sans intérêt – et c’est parfaitement votre droit -, je vous invite vivement à ne pas perdre de temps à les lire ni à les commenter.

      Malgré tout, je vous souhaite de passer une excellente soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *