Les séries sur les super-héros ont le vent en poupe. Elles existent pourtant depuis bien des années, que ce soit Flash, Batman, Lois & Clark… Les plus jeunes ne s’en rendent pas compte, mais au final la plupart des séries ne sont finalement que des reprises ! Supergirl, de son côté, n’avait eu droit jusqu’ici qu’à un film – mauvais, au passage. Et elle tente de se faire une place parmi les hommes en collants. Mais que vaut la série, justement ?

Supergirl – Un pitch de départ vaseux !

Attention pour les potentiels fans : risque de spoiler dans ce qui suit !

L‘histoire commence ainsi : Superman (Kal-El pour les intimes) est envoyé vers la terre alors que Krypton s’apprête à exploser. Jusque là, on connaît. Les oncles et tantes de Kal-El décident d’envoyer aussi leur fille pour protéger celui-ci. Sa cousine donc, Kara-Zor-El, 13 ans, décolle juste après lui. Mais pas de bol, son vaisseau dévie de sa trajectoire pour aller dans un trou noir. Ce qui a pour effet de la faire apparaître sur la Terre… avec 23 ans de retard. Kal-El, qui est déjà Superman, accueille celle qui est donc encore une ado. Vous suivez toujours ? Mais plutôt que de rester avec la seule famille Kryptonienne qui lui reste, il la fout en famille d’accueil ! (C’est beau la famille quand même.) Le temps passe et Kara, qui a grandi loin de son cousin (vous l’entendrez souvent dans la série), cache ses pouvoirs comme on le lui a vivement conseillé, des fois que les humains seraient étonnés de découvrir deux super-héros. Mais voilà, une catastrophe menace la sœur adoptive de Kara, et elle n’a d’autre choix que d’intervenir aux yeux du peuple !

Supergirl - Le casting crédible mais qui surjoue.

Supergirl – Un casting crédible mais qui surjoue.

Supergirl – Jeu d’acteur étrange.

Passé cet étrange départ – et je vous fais l’économie des raccourcis du genre : la sœur adoptive qui bosse, comme par hasard, dans une team anti-aliens, qui a décidé de faire des misères à Supergirl mais pas à Superman (non non c’est pas machiste) – on se dit : laissons une chance à la série.

Le problème est que j’ai ressenti la même frustration que dans Gotham où l’on est chez Batman, sans Batman. Supergirl essaye de suivre la voie des Arrow et Flash (le producteur étant le même et ayant annoncé que l’esprit serait le même), mais n’y arrive pas du tout. La faute entre autre à des acteurs qui surjouent genre Disney Channel ! Melissa Benoist dans le rôle de Supergirl a pourtant tout pour plaire. Mais son coté “cruche” tant en humaine qu’en super-héroïne fait sourire au début… mais devient vite saoulant ! Une nuance : Calista Flockhart (Ally McBeal) campe plutôt bien le rôle de la méchante patronne.

Autre souci : les effets spéciaux sont assez passables, voire cheaps ! Quand aux combats, ils sont mous, avec un usage excessif du cable flying.  J’ai réussi à voir trois épisodes sans vraiment me forcer. Mais je ne suis pas certain de tenir une saison entière ! Quand Supergirl est “humaine” j’ai parfois eu l’impression de regarder Ugly Betty. C’est pour vous dire…

Supergirl - Petit changement Jimmy Olsen sera black.

Supergirl – Petit changement : Jimmy Olsen sera black.

Supergirl – Envol plutôt raté !

Si je devais ranger les séries dans des boîtes, celle-ci irait rejoindre K3000. Une série inspirée de K2000, qui avait voulu faire plaisir aux fans, mais dont la recette (que l’on retrouve un peu dans Supergirl) avait provoqué un vrai bide. Je vais peut-être essayer encore deux-trois épisodes pour voir le chemin que prend la série. Mais j’ai peu d’espoir qu’ils arrivent à remonter la pente et se hissent à la hauteur des références comme Flash ou Arrow.

Trailer officiel de la série:

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de cette série ?

A bientôt sur Sitegeek.

Frédéric Perez