Alors que les complotistes sur Facebook s’imaginent qu’on va nous pucer avec le vaccin du covid, faisons un peu le point sur la technologie de puce sous-cutanée.

Une puce électronique sous-cutanée est un implant électronique qu’on utilise comme implant corporel. On peut l’insérer aussi bien dans la peau d’un être humain que dans celle d’un animal. La puce électronique sous-cutanée fait à peu près la taille d’un grain de riz. C’est à l’aide d’une seringue intradermique qu’on l’implante sous la peau. Découvrez dans les lignes suivantes l’utilité d’une telle puce qui, il faut le dire, ne fait pas l’unanimité.

Une trouvaille pour simplifier la vie des employés en entreprise

La puce électronique sous-cutanée est déployée principalement dans l’univers des entreprises. Le but est de simplifier la vie des employés aussi bien dans l’exercice de leurs fonctions ou dans leur désir de profiter de certains services. Aux États-Unis, on a de plus en plus recours à ce type de puce. Plusieurs entreprises proposent à leurs salariés de se faire implanter sous la peau une micropuce, par exemple pour pouvoir payer plus rapidement et simplement la cantine. Il pourrait même être possible de passer par cette technologie pour payer ses factures, comme celle d’internet afin de pouvoir visiter un site comme TonArgent.fr et ainsi trouver des astuces pour pouvoir bien gérer son argent. Dans certains services, les salariés se font implanter ce genre de puce qui vient remplacer leur badge d’accès. Il faut dire que l’utilisation de ce dispositif n’est pas une obligation. Chaque employé est libre d’accepter ou pas de se faire insérer une micropuce. Le dispositif coute une centaine d’euros et contient les données personnelles de chaque salarié.

Lire aussi :
Bowers & Wilkins PX7 - Test du dernier casque Bluetooth à réduction active du bruit

Une puce qui peine à s’imposer en France

La puce sous-cutanée n’a pas encore convaincu la grande majorité en France. Lorsqu’elle a fortement gagné en popularité en 2016, moins de 300 Français ont accepté de se l’implanter. Cela s’explique par le fait que de nombreux services ont décidé de ne pas donner accès à leurs prestations à partir d’une telle puce. C’est notamment le cas des banques, des salles de sport et des réseaux de transport qui n’ont pas mis leur confiance en cet implant. En 2018, une rumeur faisait état de ce dont le gouvernement français avait l’intention de dématérialiser la carte Vitale en transférant les données des utilisateurs sur les puces sous-cutanées. Ce n’était qu’une rumeur, car un tel projet n’a jamais été en préparation en Hexagone.

Une technologie accusée d’entraver les libertés

Si la puce sous-cutanée n’a pas été adoptée dans de nombreux pays, c’est parce que des voix se sont fait entendre pour la dénoncer. On lui reproche en effet d’entraver les libertés. En fait, certains employés pensent que c’est un moyen technologique pour les espionner. Ils estiment que cette micropuce peut permettre de suivre leurs moindres faits et gestes. Mais les sociétés qui la fabriquent rejettent cela en bloc. Elles rassurent les utilisateurs de leurs puces qu’aucune donnée GPS n’est relevée à partir de celles-ci en vue de tracer qui que ce soit. Certaines associations pensent que le fait que ces puces contiennent des données de santé peut pousser les assurances à augmenter leurs prestations, en estimant que les utilisateurs sont à risque. Une chose est sûre, les défenseurs de la puce sous-cutanée doivent trouver des arguments solides pour convaincre tout le monde sur son utilité.

Lire aussi :
SteelSeries Rival 3 | Test de la souris gaming la moins chère du marché

Et vous, seriez-vous prêts à vous implanter ce genre de puces?

À très bientôt sur Sitegeek.

Gwen