Il est encore trop tôt pour dire que la pandémie mondiale de COVID-19 sera l’un des événements déterminants des années 2020 et que ces implications dureront dans le temps. En effet, la situation évolue rapidement et change souvent. Ainsi, les rassemblements de personnes autorisées en un seul endroit sont très limités. Les restaurants, les bars, les cinémas et les salles de gym dans les grandes villes ferment leurs portes. Et, en même temps, de nombreux employés sont confrontés à de nouveaux défis liés au télétravail à temps plein. Néanmoins, certaines entreprises connaissent une augmentation de la demande en raison de la pandémie et pourraient continuer à croître dans le futur.

Alors, quels sont ces domaines en plein boom  Et est-ce que le phénomène va perdurer après la crise ?

Des secteurs boostés par la crise du coronavirus

Le secteur du e-commerce et de la livraison à domicile

Avec une forte augmentation des achats et des paiements en ligne, le secteur du e-commerce connaît une progression phénoménale et touche une population de plus en plus large. La crise et les confinements ont profondément impacté notre comportement en se tournant beaucoup plus vers les plateformes en ligne pour effectuer nos achats du quotidien et la livraison à domicile. Ainsi, on constate inévitablement une augmentation des paiements sur le web et des transactions par monnaie électronique.

Ce changement de paradigme a eu des conséquences au niveau des chaînes d’approvisionnement qui ont été bouleversées. La logistique est un secteur qui a connu une crise et un coup de pouce en même temps, alors que les livraisons de nourriture et les achats en ligne sont devenus monnaie courante. En France, le Click & Collect a également complètement explosé et représente une alternative solide au shopping en magasin. Ce système a été très rapidement mis en avant depuis le début de la crise sanitaire pour les enseignes n’ayant pas l’autorisation d’accueillir du public.

Tout a changé avec la covid en 2020

Tout a changé avec la covid en 2020

Le secteur du divertissement à domicile et en ligne

Le secteur du divertissement à domicile est également un des grands bénéficiaires des restrictions de déplacement, de la fermeture des lieux de loisirs et des mesures de distanciation sociale. Le streaming est venu à la rescousse alors que les sites sportifs et les cinémas sont fermés. Les téléchargements d’applications comme Netflix ont augmenté dans les zones touchées par les coronavirus. Les influenceurs, les jeux immersifs (la VR en particulier) et les applications de rencontres élargissent également leur cercle d’utilisateurs alors que les gens recherchent plus de moyens d’interagir avec le monde extérieur depuis chez eux. L’application de vidéo sociale TikTok en est un parfait exemple.

Lire aussi :
Faut-il acheter des followers Instagram ?

Dans le même temps, le secteur des jeux de hasard en ligne connaît une croissance fulgurante. Les casinos en ligne du Canada sont dingues et les statistiques montrent, par exemple, une augmentation de 25 % des joueurs sur machine à sous virtuelle et de près de 40 % des joueurs de poker.

Attention tout de même à respecter la limite d’âge minimum légal.

Faire les courses en rayon n'est plus une obligation aujourd'hui

Faire les courses en rayon n’est plus une obligation aujourd’hui

Les applications de communication

Au sein de la population active, le télétravail a été un des plus grands défis à relever. Bien sûr, certains métiers ne peuvent tout simplement pas être effectués à distance, mais l’épidémie a accéléré cette tendance. Alors que les gouvernements mettent en place des mesures de confinements plus sérieuses et que les entreprises peinent à trouver des moyens de maintenir des niveaux de productivité adéquats, les applications de visioconférence et les plateformes de travail collaboratif sont devenues la norme entre collègues. Par ailleurs, les actions de Zoom ont augmenté à mesure que la pandémie progressait. De même, Microsoft Teams a atteint des sommets avec une ascension fulgurante.

Avant la crise du COVID-19, le télétravail était plus lent à s’imposer que ce que les prévisions le laissaient entrevoir lorsque les technologies nécessaires ont fait leur apparition. Cette inertie reflétait probablement nos cultures de travail ainsi qu’un manque d’intérêt de la part des employeurs pour investir dans la technologie et la gestion nécessaires d’une main-d’œuvre à distance. Mais la pandémie a obligé ces investissements dans les industries où le télétravail est possible, avec plus de personnes apprenant à utiliser la technologie à distance. C’est le cas, par exemple, avec l’e-learning qui connaît une forte progression due aux fermetures d’écoles et d’universités qui ont touché près de 1,5 milliard d’apprenants dans plus de 180 pays. Grâce aux technologies d’apprentissage à distance disponibles, de nombreux programmes ont été reformatés pour être accessibles en ligne et de nombreux enseignants s’essayent pour la première fois à Google Classroom ou à d’autres applications web pour des élèves dès la maternelle.

Netflix remplace nos salles de cinéma

Netflix remplace nos salles de cinéma

Des effets sur le long terme ?

Les tendances actuelles du marché sont claires, les industries propices à la distanciation sociale sont florissantes et les autres sont en crise. Le commerce électronique est l’un des principaux bénéficiaires de la pandémie de COVID-19. Cependant, maintenant qu’un vaccin contre le coronavirus émerge, nous pouvons tabler sur une fin en vue de la pandémie. Alors, qu’arrivera-t-il aux secteurs du e-commerce et du divertissement en ligne après la fin de la pandémie  Les consommateurs retourneront-ils à leurs anciennes habitudes ou continueront-ils leurs nouvelles routines d’achat en ligne

Lire aussi :
Avis Oberlo : la meilleure solution de dropshipping

La réponse courte est qu’il est difficile de le savoir avec certitude, mais il semble que le COVID-19 aura un impact durable sur notre comportement d’achat. Le Click & Collect, par exemple, est aujourd’hui plébiscité et pourrait durablement modifier notre façon de consommer. Mais même si les consommateurs se sont habitués aux transactions en ligne, ils n’ont peut-être pas besoin de continuer sur le même rythme. Le phénomène des « chats de panique  a été bien étudié au cours de cette dernière année et la tendance des achats en ligne pourrait simplement être attribuée à une anxiété de masse.

En d’autres termes, l’effet du COVID-19 sur le commerce électronique sera déterminé soit par les habitudes prises par les consommateurs, soit par leurs émotions. Si les habitudes de consommation perdurent, les gens sont susceptibles de faire des achats en ligne pour répondre à tous leurs besoins et les commerces en ligne peuvent se réjouir. Cependant, si les émotions des consommateurs prévalent, les gens seront plus calmes et la demande de commerce électronique pourrait diminuer drastiquement.

Quant aux habitudes de travail et d’études à distance, désormais assimilées par une large partie de la population, elles se poursuivront probablement encore longtemps après la pandémie. En conséquence, nous devrions connaître un virage plus soutenu vers le télétravail et l’e-learning. Les outils de travail collaboratif et de visioconférence ont donc encore de très beaux jours devant eux.

En conclusion, nous ne pouvons pas prédire l’avenir avec certitude, mais ce qui est sûr, c’est qu’un retour à la normale est peu probable. Nous changeons nos habitudes et certaines de celles-ci resteront ce qui nous amènera vers une redéfinition de notre quotidien et une “nouvelle normalité”.

Et vous, qu’est-ce que vous pensez de tout ça?

Dites-nous tout dans les commentaires.

À très vite sur Sitegeek.

Gwen