Accueil > Films et séries de geek > Critique | Alice – De l’Autre Côté du Miroir

Critique | Alice – De l’Autre Côté du Miroir

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

Grâce à Sitegeek.fr j’ai pu assister en avant-première presse au fil Alice de l’Autre Côté du Miroir ! Le prix des places de cinéma ne cessant d’augmenter je pense qu’il est toujours utile d’avoir un avis avant de plonger vers les salles obscures. Alors ? Ce nouvel épisode vaut-il une dizaine d’euros par personne ?

Avant première presse d’ Alice – De l’Autre Côté du Miroir

L’histoire du film : Alice de l’Autre Côté du Miroir

Personnellement je n’ai pas lu les livres de Lewis Caroll, c’est pourquoi je ne saurais vous dire exactement ce qu’il en est des différences entre les livres et l’adaptation cinématographique. Toutefois j’ai pu voir le film avec ma compagne qui est une dévoreuse de bouquin. Elle a donc pu m’aider à comparer livres et films.

” Absolem, la chenille/papillon, vient à la rencontre d’Alice et lui demande en urgence de la suivre car le Chapelier court un grand danger. Alice passe alors au travers d’un miroir pour retourner au pays des merveilles. Pour aider son ami de toujours elle fera appel au Temps en personne ! “

Lewis Caroll à écrit Alice au pays des merveilles et ensuite Alice de l’autre côté du miroir. Le dessin animé de Disney avait fait le choix de mélangé les deux bouquins. Ce qui était plutôt bien réussi d’après les fans de l’histoire originale. Tim Burton quant à lui avait décidé lors de son premier film de s’en tenir seulement au premier livre. Pour ce deuxième épisode d’Alice, Tim a décidé de passer le flambeau à James Bobin (réalisateur du film Les Muppets ou Ali G) et apparement de simplement s’inspiré de l’univers sans vraiment suivre le deuxième bouquin.

ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS

Je ne peux pas vous en dire plus sans faire de spoilers. Par contre je peux vous dire que le réalisateur James Bobin à du recevoir un sacré cahier des charges de la part de Tim Burton car si je n’avais pas vu son nom en début de film j’aurais pensé que j’assistais à un Burton.

Mon avis sur Alice de l’Autre Côté du Miroir

Le film est assez bien dans son ensemble mais j’ai trouvé qu’il n’était pas assez fou à mon goût. Johnny Deep joue toujours aussi juste mais le chapelier n’est pas si fou que ça. Dommage. Surtout que l’univers de Lewis Caroll permet toutes les excentricité. À mes yeux Alice c’est le doute constant entre folie, rêve et monde fantastique. Ici, dans cette version, j’ai juste eu l‘impression d’assister à un film du style Narnia, La boussole d’Or ou tout autre film fantastique du genre. Ca n’en fait pas un mauvais film pour autant mais, comme me le disait ma compagne, vous remplaceriez Alice par tout autre personnage que le film serait le même !

Le Chapelier pourrait être bien plus fou !
Le Chapelier pourrait être bien plus fou !

Conclusions hâtives de l’ami Fred

En résumé donc ce film vaut la peine d’être vu. Pour ce qui est de la 3D, une fois de plus elle n’apporte pas grand chose. Simplement si vous êtes fans des livres ou que vous attendez une adaptation fidèle passez vôtre chemin. Mais si vous aimez le genre alors n’hésitez pas à aller découvrir le dernier Tim… heu, James Bobin je voulais dire.

Et vous ? Comptez-vous allez voir ce film ?

Plus d’infos sur le site officiel du film Alice de l’autre Côté du Miroir

A bientôt sur Sitegeek

Frédéric Perez

Welcome Back Alice !

Bande Annonce :

Galerie :

A propos Frederic Perez

Comédien a ses heures perdues, fan de Batman, Hulk, Flash, Naruto, Fairy Tail, de films de science fiction, de jeux vidéos et de gadgets en tous genre. Voila qui fait de Fred une sorte d'hybride geek des temps modernes.

Voir aussi

Infinity War

Critique | Avengers : Infinity War – Meilleur film de super héros ever ?

Critique | Dix ans après les balbutiements du Marvel Cinematic Universe, le choc des titans tant attendu débarque enfin sur grand écran. Et Avengers : Infinity War ne se contente pas de tenir ses promesses. Il dépasse toutes nos attentes !

Ready Player One

Critique | Ready Player One – Quand Spielberg titille l’enfant en toi

Critique | On ne pensait plus Steven Spielberg capable de vendre du rêve comme il le faisait aux gosses des années 80. On avait tort, la preuve avec Ready Player One, un film plus touchant qu'il n'y paraît.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.