Accueil > Films et séries de geek > Critique | Penny Dreadful – Une série à découvrir
Découvrez Penny Dreadful, et ses personnages atypiques

Critique | Penny Dreadful – Une série à découvrir

Knock knock knock Penny?

“Netflix, j’aime bien mais il n’y a pas beaucoup de films.” Combien de fois n’avez-vous pas entendu cette rengaine, pourtant indépendante de leur volonté ?

La fameuse « loi des 3 ans » empêchant Netflix d’afficher des nouveautés dans son catalogue en Belgique a beau encourager le piratage ou écorner son image de marque, elle n’en reste pas moins fortement handicapante pour leur offre de films. Pour contrebalancer la donne, Netflix a décidé d’investir à fond dans les séries, et quand ils s’en donnent les moyens, on peut dire qu’ils sortent l’artillerie lourde. Que ce soit pour leurs productions locales (comme Orange is the New Black, Hemlock Grove ou l’excellent Daredevil) ou pour leurs achats de bon goût, il y a vraiment de quoi faire pour les amateurs de séries.

Le casting de Penny Dreadful comporte son lot de stars
Penny Dreaful – Le casting de Penny Dreadful comporte son lot de stars

Penny Dreadful – La bonne surprise du catalogue Netflix

Et dans toutes ces perles, une d’entre-elles brille plus que les autres à mes yeux, il s’agit de Penny Dreadful. Un casting en béton qui remet au goût du jour l’excellent Timothy Dalton, un scénario bien ficelé et un jeu d’acteurs excellent. Emballez le tout dans une Angleterre Victorienne aux décors somptueux, et vous comprendrez bien vite pourquoi la série mérite d’être connue. Bien entendu, on n’est pas dans Downtown Abbey, et aux ficelles de l’intrigue viendront se greffer des monstres bien connus comme les cadavres animés du docteur Frankenstein, quelques vampires ou encore Dorian Grey et son portrait macabrement célèbre. Tout y est pour une franche réussite, qu’on ne regardera toutefois pas forcément en famille, la cause à une violence parfois assez marquée.

Penny Dreaful - Eva Green est Vanessa Ives
Penny Dreaful – Eva Green est Vanessa Ives

Mais le mieux n’est-il pas l’ennemi du bien ? Tous ces mélanges ne finissent-ils pas par faire de Penny Dreadful une soupe indigeste où il ne manquerait plus que Borat et Bart Simpson pour tomber dans le grand n’importe quoi ? Pas dans ce cas-ci, heureusement, grâce au talent des excellents scénaristes, qui arrivent à ménager à la fois la trame principale de l’intrigue, et à donner de l’épaisseur à chaque personnage, principal ou secondaire. Au point que l’on s’attache bien vite à miss Ives ou à monsieur Chandler, mais également aux seconds couteaux comme Sembene, l’Africain menaçant et fidèle qui a mis son cœur au service de Sir Malcom Murray, ou l’extraverti Ferdinand Lyle et ses petites bouclettes aux multiples reflets de feu.

Penny Dreaful - Dorian Gray, tout en nuances.
Penny Dreaful – Dorian Grey, tout en nuances.

La série prend ses bases sur la recherche de la fille de Sir Malcolm, meilleure amie depuis l’enfance de miss Ives, dont on suspecte l’enlèvement par une troupe de vampires sanguinaires. Petit à petit, la série s’enfoncera dans les démons et côtés cachés de chacun de ses protagonistes, jusqu’au cruel et castrateur épisode final de la saison 2 qui vient de tomber, nous obligeant à attendre le printemps prochain pour découvrir la suite de nos attachants interprètes. Raconter l’intrigue serait une énorme erreur, tant elle se laisse découvrir, alors si pour vous l’été est synonyme d’ennui, prenez un petit abonnement à Netflix, et faites-vous un mini marathon de Penny Dreadful, avec 18 épisodes au total produits jusqu’ici, vous devriez vite rentabiliser vos quelques euros, mais attention, ça risque d’être difficile d’attendre la suite, soyez prévenus ;)

Je conclurai donc en vous disant que je suis complètement tombé sous le charme de cette série, et je ne peux que vous encourager à y succomber également. Si c’est déjà le cas, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour me dire ce que vous en avez pensé.

Le trailer officiel de Penny Dreadful:

Pensez à visiter le site officiel de Penny Dreadful

William

A propos William

Mes parents m'ont fait à partir d'un petit pixel, qui s'est ensuite dédoublé, encore et encore, pour en arriver à créer un mini JPG de geek originel, il y a bien des années. La résolution augmentant avec l'âge, j'ai commencé à m'intéresser à de plus en plus de technologies, gadgets et trucs ne présentant de l'intérêt qu'auprès d'un public restreint. 38 ans plus tard, j'attends toujours de devenir un adulte, et en attendant je prends toujours autant mon pied avec le dernier truc connecté du moment, avant de me demander comment persuader ma femme que son acquisition est réellement essentielle pour une vie épanouie. Inutile de dire que mon WAF factor est régulièrement proche du zéro absolu ;)

Voir aussi

Sans un Bruit

Critique | Sans un Bruit – Le film d’horreur qui vous laisse sans voix

Critique | Quelle effroyable idée que de nous plonger dans un monde où le moindre bruit est synonyme de danger mortel. Tel est le pitch de Sans un Bruit, un film d'horreur où l'on se retient de crier.

Infinity War

Critique | Avengers : Infinity War – Meilleur film de super héros ever ?

Critique | Dix ans après les balbutiements du Marvel Cinematic Universe, le choc des titans tant attendu débarque enfin sur grand écran. Et Avengers : Infinity War ne se contente pas de tenir ses promesses. Il dépasse toutes nos attentes !

4 commentaires

  1. Je ne possède pas encore d’enceinte portative et du coup ce serait une chance de remporter celle-ci qui a l’air vraiment top.

  2. Perso j’ai tout de suite accroché, et mon épouse est maintenant fan de Dorian Gray, du coup ça aide à la motiver à regarder les épisodes les uns derrière les autres. Vivement la saison 3 :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.