Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur un des dommages collatéraux de la crise sanitaire actuelle et des angoisses qu’elle a pu susciter, à savoir les effets néfastes de la surconsommation de jeux de hasard et d’argent. Si la grande majorité des joueurs arrivent à se contrôler, certains tombent dans le piège de l’addiction avec des conséquences évidemment financières, mais également au niveau de la santé mentale.

J'arrête de parier: Par un ancien parieur sportif

J'arrête de parier: Par un ancien parieur sportif

amazon
15.82
Vérifier
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Un envol de la consommation des jeux en ligne durant la pandémie de COVID-19

L’industrie du jeu a connu un véritable bond en avant avec la pandémie de COVID-19 et notamment au moment des confinements. Les sommes jouées sur les sites de paris sportifs et les casinos en ligne en France ont triplé durant ces périodes selon les chiffres de l’ANJ, l’Autorité Nationale des Jeux. Pour être honnête, le Covid-19 n’est pas la seule raison derrière cette montée fulgurante, l’accessibilité des casinos en ligne et la disponibilité de nombreuses marques de casino populaires avec des offres toujours plus alléchantes ont certainement joué un rôle essentiel.

Le nombre de comptes actifs a suivi la même trajectoire. Pour prendre un exemple concret, la pratique du poker en ligne a explosé avec près de 70 % de joueurs en plus.

Les paris sportifs sont très populaires chez nous

Les paris sportifs sont très populaires chez nous

Dans ce même mouvement, la crise sanitaire actuelle a accentué les problèmes d’addictions. Cette crise a engendré des pertes de repères et de l’isolement chez de diverses personnes, ce qui offre un terrain fertile à l’anxiété et à la dépression, qui se traduit souvent par des comportements addictifs. De nombreux joueurs stabilisés ont rechuté et l’augmentation du nombre de joueurs actifs a conduit naturellement à une augmentation des cas problématiques.

Alors évidemment, la grande majorité des joueurs ne deviennent pas sujets à l’addiction. Cela dit, on connaît les chiffres qui précédaient cette période de stress sociétal et qui étaient déjà en forte hausse. L’observatoire des jeux, qui dépend de l’OFDT (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies), estimait en 2019 entre 5 et 6 % le taux de joueurs problématiques parmi les joueurs actifs (à divers degrés). Selon des témoignages de psychiatres addictologues, les joueurs addicts qui viennent en consultation sont plutôt plus jeunes que les personnes qui consultent pour un autre produit.

En ligne, c'est accessible en permanence

En ligne, c’est accessible en permanence

Détecter une addiction au jeu

L’addiction aux jeux de hasard et d’argent est considérée comme une pathologie dans le domaine psychiatrique. C’est la répétition de certains comportements qui va développer une dépendance. Tout comme une addiction à une substance, on constate les mêmes dysfonctionnements au niveau du cerveau, les mêmes dérégulations. Ces troubles du comportement restent incompréhensibles pour soi-même et souvent pour les proches également.

Le signe principal de l’addiction chez un joueur et que chacun peut constater est la perte de contrôle de sa pratique de jeu, aussi appelé « craving » chez les addictologues. Cette perte de contrôle peut se détecter très tôt, avant même d’éventuels dégâts financiers. Lorsqu’un joueur essaye de se mettre des limites, mais qu’il ne les tient pas. Il va au-delà, ses intérêts se restreignent progressivement autour du jeu et cela va envahir sa pensée. Ce comportement peut être amplifié par un trouble psychiatrique comme l’anxiété ou la dépression ou encore une autre addiction comme l’alcool ou la consommation de stupéfiants.

Pour les proches, les conséquences visibles de l’extérieur arrivent souvent très tardivement. Il y a un vrai décalage entre l’environnement d’un joueur qui a déjà basculé dans l’addiction et la perception de son entourage. Par une observation attentive du comportement, on peut parfois détecter tôt des signes indirects comme une personne qui s’isole de plus en plus, sujette à de la fatigue ou des insomnies, qui devient plus irritable, plus triste que d’habitude.

Dans les cas les plus avancés, lorsque les problèmes financiers commencent à se faire sentir, certains malades vont vouloir se procurer de l’argent auprès de proches. Dans ce cas-là, lorsque le doute n’est plus permis, il faut évidemment agir tout en évitant de culpabiliser ou de diaboliser la personne en question.

Les casinos sont aussi très attirants avec leurs jeux continuellement modernisés

Les casinos sont aussi très attirants avec leurs jeux continuellement modernisés

Comment s’en sortir ou se faire aider ?

L’addiction est une pathologie aussi bien médicale que psychologique et sociale. Il n’y a pas de solution unique pour vaincre ce type de dépendance, mais l’important est d’en prendre conscience.

Lorsqu’un joueur s’aperçoit par lui-même qu’il est tombé dans une spirale, il peut éventuellement s’en sortir seul. La majorité des joueurs à risque modéré s’en sortent seuls parce qu’ils arrivent à rassembler les ressources mentales suffisantes pour le faire ou parfois par des contraintes dans leur environnement, puisque l’argent s’épuise et qu’ils arrivent à ajuster leur comportement.

Assurément, dans tous les cas une aide extérieure peut être précieuse, voire nécessaire, même précocement. Il ne s’agit pas d’attendre de s’en sortir seul, on peut demander de l’aide très tôt en se faisant dépister et accompagner lorsque les dégâts sont encore minimes. Les psychiatres addictologues sont les spécialistes de ce genre de comportement. Ils peuvent être consultés en ville, à l’hôpital public ou dans un centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA). Certains médecins sont spécialisés dans les troubles liés aux jeux de hasard et d’argent. La prise en charge est en même temps individuelle et collective à travers des entretiens avec des praticiens ou encore des groupes de paroles.

Concernant les proches, ils peuvent aider en ouvrant la discussion tout en adoptant une position de non-jugement à l’égard de la personne en difficulté. Un joueur sujet à une addiction culpabilise déjà énormément de son comportement. Il y a souvent un sentiment de gêne, voire de honte qui est très fort chez les joueurs qui ont perdu le contrôle. Certaines personnes éprouvent des difficultés à comprendre leur propre comportement, puisque contrairement à d’autres formes d’addictions, ils ne s’administrent pas une substance.

Faire fortune en se remettant à la chance, une bonne idée?

Faire fortune en se remettant à la chance, une bonne idée?

Conclusion

Même si fort heureusement la grande majorité des joueurs ne tombent pas dans des problèmes de dépendance, les jeux de hasard et d’argent ne sont pas anodins. Si vous décidez de vous lancer dans cette activité, prenez le temps de bien cerner les risques et jouez toujours raisonnablement. Soyez capable de prendre du recul et de rationner votre jeu.

N’attendez pas, faites-vous aider :

En France, on estime que près de 2 millions de joueurs sont sujets à des comportements addictifs liés aux jeux d’argent et de hasard. Si vous êtes concerné(e) directement ou indirectement par une pratique de jeu excessive, appeler Joueurs info service au 09 74 75 13 13 pour demander de l’aide.