Cela fait des années que j’essaie de me motiver à passer mon permis de conduire; en vain … L’appréhension de la route (allez savoir pourquoi?), et le train de vie quotidien n’ont pas aidé à attiser ma motivation… Et puis, arrive le jour où on n’a plus le choix, professionnellement parlant et aussi pour plus de confort personnel. Et il FAUT bien s’y mettre. Voici mon expérience avec Ornikar, qui m’a permis d’obtenir mon code de la route en 1 mois !

Mon expérience “Ornikar”

Plusieurs choses avaient pour habitude de me démotiver à chaque fois que j’essayais de me mettre en code : devoir aller à l’auto-école (avec des diapo soporifiques à souhait et souvent un moniteur un peu largué par les nouvelles questions), l’application du code rousseau devant laquelle je roupillais autant que sur place, et surtout enchaîner les mauvaises réponses sans constater la moindre marge de progression (bon, là j’avoue aussi que je ne suis pas très patiente…). Le confinement, le contexte actuel (pas de “réelles vacances” me concernant), et le fait que mon évolution professionnelle soit conditionnée par l’obtention de ce fameux permis : je m’y suis donc remise, mais cette fois-ci plus motivée que jamais et avec l’envie de me donner les meilleurs moyens de réussir.

la code : la base !

Bombardée sur Facebook de publicités concernant “Ornikar”, j’ai fini par succomber. Me voilà donc deux minutes plus tard la carte bleue à la main…

Comment ça marche ?

Vous l’aurez compris, l’inscription est payante (30 euros) et donne un accès illimité à l’application et toutes ces fonctions pendant 1 an. Elle contient des cours adaptés à chaque thématique (la route, le conduction, les autres usagers, l’environnement….), des séries d’entraînement (thématiques ou pas), des examens blancs, la correction ainsi que la possibilité de pouvoir communiquer directement par chat avec un moniteur. L’application est particulièrement intuitive, pratique, et a un visuel plutôt sympathique. Ça donne envie de se connecter !

Lire aussi :
Test | Motorola Stream True - Tout juste dans la norme

 

ornikar

Cela peut paraître bête mais le rendu visuel étant moins austère et impersonnel, on a tout de suite envie de progresser. Exit le gros bouquin à potasser, les cours sont bien expliqués et se lisent rapidement. Le petit smiley est super encourageant et dédramatisant. Très sincèrement, j’ai pris mes sessions de révisions comme un jeu (que j’avais hâte de finir quand même je l’avoue). Arrivée entre 6 à 7 fautes, j’ai pu bloquer une date directement en ligne très simplement (30 euros de frais d’examen sont aussi à régler).

Pour ceux déjà inscrits en auto-école : il vous faudra vous munir de votre code NEPH. Pour les autres la demande de ce code se fait également en ligne avec Ornikar, et il vous faudra compter quelques jours pour l’obtenir. Deux semaines plus tard, je passais le code en candidat en ligne, avec le centre Codengo, le surveillant était adorable et nous a de suite mis à l’aise avec quelques vannes, ce qui était plutôt bienvenu vu ma nature stressée. A peine 3 minutes après être sortie du centre d’examen, je reçois un mail me félicitant. Ouf ! Une première étape est enfin franchie avant de pouvoir disposer de ma titine !

Conclusion

Quand on sait que les auto-école facturent en moyenne 300 euros le code de la route, il est plus qu’intéressant de le passer en candidat libre avec des solutions en ligne (30 euros avec Ornikar + 30 euros de frais d’examen). Ici, je vous ai parlé de Ornikar que j’ai pu tester, mais il en existe encore d’autres (codelaroute.io , codeclic…). Mon expérience avec Ornikar est franchement réussie. Ce que je remettais sans cesse au lendemain a été bouclé en un mois, avec une réussite du premier coup ! Pour la conduite, je ne vous cache pas que j’ai préféré basculer sur mon auto-école du quartier, dont j’ai de très bon échos. Mais il est aussi possible de poursuivre votre permis avec les moniteurs Ornikar en prenant vos rendez-vous en ligne.

Lire aussi :
Comment choisir la trottinette électrique idéale?

Plus d’informations sur le site Ornikar.

À bientôt sur Sitegeek.

Alex