Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Test | Cuphead – Xbox One – Masochiste ? C’est par ici

Test | Cuphead – Xbox One – Masochiste ? C’est par ici

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

Cuphead, ça vous parle ? Non ? Pourtant depuis qu’on l’a aperçu à la Gamescom de 2015 ce jeu ne cesse de faire parler de lui. Très certainement aussi parce que très peu de sites ont pu l’approcher avant sa sortie. Alors ? Est-ce que l’attente et le suspens valaient la peine ? Je vais déjà vous donner mon avis. 

Un Après-Midi Avec Cuphead sur Xbox One

Pas besoin d’avoir une immense culture pour se rendre compte que Cuphead s’inspire plus qu’ouvertement des dessins animés des années 30-40. Et pas seulement dans le style graphique mais aussi dans ses personnages ou ses musiques. L’histoire servant de fil rouge à ce jeu de type boss fight est elle aussi tout à fait dans le ton. Vous êtes Cuphead, une gentille petite tasse anthropomorphe aux allures de jeune garçon mais ayant tout de même l’âge d’aller jouer au casino apparemment. Si, comme moi, vous décidez de vivre l’aventure à deux joueurs alors votre acolyte incarnera Mugman qui lui ressemble comme deux gouttes de thé mais en bleu.

Cuphead & Mugman entre en scène.
Cuphead & Mugman entre en scène.

Ceux-ci se dirigent donc vers le casino le plus proche. C’est d’ailleurs leur jour de chance aux dés. Pas de bol pour eux (qui a dit « jeu de mot pourri ? », c’est mon article ou bien !) le casino dans lequel ils se sont rendus appartient au Diable en personne. Celui-ci voulant récupérer son argent leur proposera un quitte ou double qui inclut leur âmes, pari qu’il perdront bien évidemment (sinon il n’y a pas de jeu les gars). Seule solution pour nos deux comparses; rendre un service au Diable. Récolter quelques âmes qui lui sont dues, rien de bien compliqué. Sauf qu’en fait les propriétaires de ces âmes se feront une joie de vous rappeler que vous n’êtes clairement pas à la hauteur du job !

Cuphead – Vade, Retro Regular

Le décor étant planté il ne reste plus qu’à jouer. La carte du jeu s’inspire très largement d’un certain Commander Keen 4 (si vous ne connaissez pas foncez y jouer, il est en abandonware et est juste génial) vous n’aurez alors qu’à vous diriger vers les différents lieux accessibles pour choisir avec quel boss vous avez envie de mourir… enfin je veux dire lequel vous voulez tuer.

Parce que oui vous allez mourir ! Les jeux de boss fight tel que Furi par exemple, dont je vous avais parlé il y a quelques temps, ont pour vocation de trouver la meilleur manière de vous faire vous sentir nul. En prétextant bien sûr que la victoire n’en sera que plus glorieuse. Mais dans le cas de Cuphead les développeurs de chez MDHR, qui ont reçu la commande de ce jeu par Microsoft en personne, n’ont qu’une idée en tête c’est de vous faire chialer ! Les boss ont droit à deux niveaux de difficulté : « Simple & Regular ». Et je peux vous dire que dès le 1er vous allez comprendre qu’on a pas la même notion de « Regular » !

Même Mr Patate vous réduira en purée (oui je suis en forme).
Même Mr Patate vous réduira en purée (oui je suis en forme).

Si t’es nul tu joue pas !

La où Cuphead transforme le challenge en perversité c’est dans leur idée saugrenue de ne pas vous offrir la fin si vous faites les boss en Simple. C’est fou quand même. La prochaine fois, laissez moi acheter le jeu en version « Noob* édition » avec une ristourne de 25% alors. Le jeu se compose de 4 îles, pour passer à la suivante il vous faut vaincre les boss présents sur celle où vous êtes. Sauf que pour avoir le droit de poser le pied sur la 4ème il faudra prouver que vous avez bien récolter les âmes des boss. Âmes qui ne vous sont offertes que si vous arrivez à le vaincre en « Regular ».

*Noob est le terme qui désigne un débutant dans un jeu.

C+, je m'en contenterai merci.
C+, je m’en contenterai merci.

Vous vous demandez peut-être si c’est pas moi qui suis nul et le jeu qui serait faisable. Non ! Je vous promets que je me débrouille plus que bien dans ce genre de jeu mais vous n’avez même pas idée de la complexité des combats. Pour varier les plaisirs le jeu intègre quelques phases de Run’n’Gun qui vous octroieront quelques deniers, nécessaires à l’amélioration de vos capacités. Mais même ces phases-là sont ultra punitives. Lorsque j’ai joué seul j’arrive plus ou moins à vaincre les boss en ne mourant qu’une centaine de fois (sans rire). Mais à deux c’est une autre histoire. Si vous jouez à deux vous pouvez encore sauver votre compagnon d’une baffe en pleine figure mais parfois au prix de l’un de vos propres points de vie. Sans compter que le nombre d’info à l’écran étant doublé ça ne facilite pas la lecture des projectiles ennemis.

Les phases avion varie les plaisirs.
Les phases avion varie les plaisirs.

Et tu tapes, tapes, tapes…

Pour être certain que vous ne sachiez pas où vous en êtes les dev’ ont même eu la « bonne » idée de ne pas mettre de barre de vie aux boss. Il sera donc nécessaire d’attendre de mourir (ce qui devrait aller vite) pour avoir droit à une barre de statut vous indiquant à quel point vous étiez proche, ou pas, d’enfin dézinguer ce boss. Durant ces combats tout est fait pour que vous ne puissiez pas retenir leur logique. Pour ce faire ils ont un côté aléatoire qui se modifie à chaque nouvelle tentative. Après une dizaine de fois vous pourrez enfin comprendre leur rythme et il suffira alors d’être suffisamment adroit pour tout éviter en les attaquant sans retenue.

Il faudra mourir pour savoir si le boss était proche de la chute.
Il faudra mourir pour savoir si le boss était proche de la chute.

Je n’ai pas encore évoqué l’ambiance globale du jeu, c’est à dire les graphismes, la musique ou le gameplay. Et bien tout ces éléments sont tout simplement proches de la perfection ! C’est fou à quel point on peut prendre un plaisir malsain à retourner encore et encore se battre, parfois juste pour profiter de la musique ou des effets visuels qui sont excellents. Les mouvements de Cuphead ne seront en rien une excuse à vos défaites car avec son saut et son dash vous pouvez vous déplacer aisément sur tout l’écran de combat. Et si de temps à autre l’écran peut s’avérer fort chargé en infos, cela sera suffisamment rare que pour ne pas être handicapant.

La patte graphique quant à elle est tout bonnement stupéfiante. On a réellement l’impression de jouer dans un dessin animé, ce petit filtre vintage qui est constamment appliqué ajoute encore à l’effet rétro du jeu. J’adore !

J'ai aimé

  • L'ambiance générale
  • Vaincre en Regular
  • Jouer à deux

Je n'ai pas aimé

  • Pas de fin en Simple
  • Mourir
  • Mourir
  • Mourir
  • Mourir
Cuphead, ça vous parle ? Non ? Pourtant depuis qu'on l'a aperçu à la Gamescom de 2015 ce jeu ne cesse de faire parler de lui. Très certainement aussi parce que très peu de sites ont pu l'approcher avant sa sortie. Alors ? Est-ce que l'attente et le suspens…

Résumé des scores

Graphismes
Scénario
Gameplay
Difficulté

Hardcore

Avec ses airs de jeu enfantin, Cuphead en fera déchanter plus d'un dès les premiers combats. Mais lorsque vous triomphez la gloire n'en serait que plus grande à ce qu'on dit.

Revue de presse

 16/20

Gamekult

 17/20

Gamergen

 17/20

JV.com

 16/20

Gameblog

En bref

Si vous n’êtes pas mauvais perdant, que vous êtes patient et assez dégourdi dans le genre des boss fight, alors ne réfléchissez même pas une seconde ! Cuphead offre un univers de dessin animé des années 30-40 qui est maitrisé à la perfection. C’est un magnifique tableau que l’on prend plaisir à parcourir. Mais avec le danger omniprésent de voir notre manette Xbox finir dans la télé. À vous de voir donc…

Et vous ? Do you like a Cup of Dead ?

Plus d’infos sur le site officiel de Cuphead

A très bientôt sur Sitegeek

Frédéric Perez

Disponible dans nos boutiques partenaires :


Amazon
Boulanger
Priceminister

testUAMA1_vectorized

Cuphead & Mugman


Cuphead [Xbox One - Code jeu à télécharger]
DéveloppeursID@Xbox
EditeurID@Xbox 
Date de sortie29 September 2017
Prix 19,99

 Achetez le sur :
 
Amazon
Boulanger
Priceminister
 

Bande-annonce :

Galerie :

A propos Frederic Perez

Comédien a ses heures perdues, fan de Batman, Hulk, Flash, Naruto, Fairy Tail, de films de science fiction, de jeux vidéos et de gadgets en tous genre. Voila qui fait de Fred une sorte d'hybride geek des temps modernes.

Voir aussi

wrc 7

Test | WRC 7 – Xbox One – Si on se donnait rendez-vous dans 2 ans?

Test | WRC 7 - Xbox One - La simu officielle du championnat WRC progresse mais ce n'est pas encore tout a fait ça, surtout au milieu d'une rentrée chargée

Test | Maize – Xbox One – Le plaisir de délirer en étant sain d’esprit

Test | Maize - Xbox One - Ce jeu est une expérience assez étonnante qui vous demandera d'avoir l'esprit plus qu'ouvert afin d'en apprécier les subtilités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *