Lara Croft, Princesse Peach, Chun-Lee… Les représentations féminines dans les jeux vidéo oscillent entre la princesse à sauver, la combattante sexy, ou le cyborg parfait, le tout bien loin de la femme en chair et en os

Comme un changement dans l’air ?

Il y a quatre ans, lorsque l’industrie du jeu vidéo s’est réunie à Los Angeles pour l’Electronic Entertainment Expo de 2015, beaucoup ont eu l’impression que le changement était dans l’air. Il s’agissait du premier E3 depuis que le Gamergate était devenu un terme familier. Les initiés et les observateurs du secteur ont donc suivi de près l’E3 2019 pour voir comment le conflit houleux concernant la place occupée par les femmes dans la culture du jeu se refléterait dans les jeux à gros succès tels que ceux que de Sony ou Microsoft.

Le convention center lors de l'E3 2019 de cette année

Le convention center lors de l’E3 2019 de cette année

Si vous effectuez une recherche en ligne sur « Femmes E3 2015 » aujourd’hui, vous constaterez que beaucoup estiment que cette session représente une sorte de tournant. Les reportages ont célébré les femmes jouant des « rôles plus forts » dans les jeux vidéo et ont annoncé « la montée » des joueuses. La conférence de presse de Microsoft cette année-là mentionnait un jeu appelé ReCore, mettant en vedette une femme du nom de Joule qui explore un monde désolé accompagnée par un trio de compagnons mécaniques. Emily Kaldwin est apparue comme un personnage jouable dans la suite de Dishonored 2. EA a révélé que les équipes féminines seraient enfin jouables dans la prochaine participation à leur série annuelle FIFA. Sony a dévoilé Aloy, la formidable star de la chasseresse d’ Horizon: Zero Dawn. Et la chef de gang, Evie Frye, a partagé la vedette avec son frère jumeau Jacob dans Assassin’s Creed: Syndicate.

Mais cette poignée de héros féminins de haut niveau représente-t-elle réellement un changement statistiquement significatif ? En regardant chaque jeu présenté lors de chaque conférence de presse majeure de l’E3 2019, on constate que sur les 76 jeux, seuls sept d’entre eux sont centrés sur des héros féminins – soit moins de 10%. Pendant ce temps, plus de trois fois plus de jeux, soit plus de 30% du total, sont centrés sur des héros masculins.

Légende : Les joueurs auront besoin de patience avant de voir s’inscrire des personnages féminins forts dans des histoires plus réalistes et contemporaines

Légende : Les joueurs auront besoin de patience avant de voir s’inscrire des personnages féminins forts dans des histoires plus réalistes et contemporaines

En 2019, les choses ont changé ?

Bien sûr, le développement de jeux vidéo prend du temps. La plupart des jeux révélés à l’E3 2015 étaient probablement en développement depuis au moins un an (ils étaient certainement en préparation avant l’explosion du Gamergateet on ne peut pas s’attendre à ce qu’une industrie aussi massive que celle des jeux vidéo s’embrase avec une allumette. Aujourd’hui, l’E3 de 2019 n’est pas tout à fait ce qu’était l’E3 de 2015. La pertinence est en train de s’estomper, car certains studios et développeurs comptent moins sur les grandes conférences de presse annuelles et davantage sur les flux de Twitch ou les vidéos YouTube produites en interne pour toucher les fans. L’E3 reste le plus grand événement de jeu vidéo de l’année et le meilleur aperçu de la façon dont l’industrie se définit et fournit ce que les consommateurs souhaitent voir.

En regardant de plus près les résultats de 2019, on voit que sur les 126 jeux des événements E3 organisés par Microsoft, Nintendo, Bethesda, Ubisoft, Square Enix et EA, ainsi que pour le PC Gaming Show annuel, seulement six petits jeux sont exclusivement basés sur des protagonistes féminins, pour 28 personnages masculins. Il est vrai que le nombre de jeux dans lesquels vous contrôlez des personnages de genres différents ou choisissez le sexe de votre héros dépasse de beaucoup celui des personnages masculins ou féminins établis. Mais le problème se trouve aussi dans le fait que les personnages féminins sont souvent relégués au poste de personnage secondaire.

Une héroïne emblématique des de jeux vidéo : Lara croft

Et bien sûr, en tant que tendance générale, la liberté de choisir ou de créer votre propre personnage est la bienvenue. Cependant, il est fondamentalement différent de se voir demander par un jeu d’assumer le rôle et les expériences d’un personnage spécifique. Aussi, les chiffres bruts ne disent absolument rien sur la qualité de ces représentations. Le simple fait que les protagonistes de Youngblood soient des femmes ne garantit en aucun cas que ces représentations seront variées et qualitatives.

Conclusions sur l’égalité des sexes

Pour conclure, il est crucial de constater que l’influence vient aussi de la représentation des sexes au sein de l’industrie du jeu vidéo. Cette année, les femmes ne représentaient que 20% des orateurs et des présentateurs. Alors oui, le vaste potentiel des jeux en tant que médium reste plus fort que jamais, tout comme notre reconnaissance pour toutes les femmes et autres personnes marginalisées qui aiment les jeux et continuent de se battre pour une industrie meilleure, plus diversifiée et plus inclusive. Mais nous sommes toujours en attente de vrais changements dans les représentations des femmes dans l’industrie du jeu vidéo, à suivre donc…

Et vous, qu’est-ce que vous pensez de tout ça ?

À très bientôt sur Sitegeek.

Gwen