Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Pirates : Tides of Fortune, des pirates à l’esprit acéré

Pirates : Tides of Fortune, des pirates à l’esprit acéré

Partagez avec vos amis










Submit

Les jeux de stratégie à vue isométrique ne sont pas un concept nouveau ; loin de là ! Et les jeux qui s’inspirent des mythes et exploits légendaires de pirates et corsaires, il y en a carrément treize à la douzaine. Pourtant, il arrive parfois que des jeux qui puisent dans ces deux inspirations, parviennent à présenter des surprises agréables.

Petit retour sur les bases

Les jeux de stratégie sont un peu les vétérans du gaming sur PC. Qu’il s’agisse d’Empire Earth, de Anno ou du très mythique Age of Empires, ces jeux ont toujours suivi certaines normes. Ainsi, on retrouve invariablement la gestion des ressources, la gestion des troupes et une carte générée de manière procédurale, dans les limites desquelles les joueurs progressent. Sans vouloir paraître radical, on pourrait presque dire qu’en jouer un, revient à tous les avoir déjà joués. Comme tout jeu de stratégie isométrique, trois éléments dicteront votre conduite dans Pirates : Tides of Fortune. D’abord la gestion des ressources. Comme il s’agit de pirates, il ne s’agira pas de nourriture, mais plutôt de rhum. Ensuite, comme on passera le clair de notre temps à naviguer en mer, il faudra avoir beaucoup de bois. Et enfin, de l’or pour s’offrir les iconiques dents dorées de moussaillons endurcis !

Mais, même si les noms changent, les concepts et principes du jeu restent les mêmes. Les titres qui sortent du lot parviennent le plus souvent à faire la différence dans le gameplay. Qu’on soit face à des orcs, des créatures extra-terrestres, des soldats d’empires médiévaux ou des forces magiques, c’est la différence au niveau du gameplay qui marque vraiment les esprits. Et c’est un aspect que Pirates : Tides of Fortune semble avoir compris.

Ce qui fait la différence

Dans ses fondements, Pirates : Tides of Fortune ne cherche pas à révolutionner l’archétype des jeux de stratégie. Mais, ce n’est pas pour autant que le jeu renonce à apporter du nouveau à une formule maintes fois reproduite. Pour commencer, ce jeu par navigateur parvient à sortir des frontières traditionnelles de la carte. En effet, la carte du jeu est virtuellement infinie. En tant que jeux massivement multijoueur en ligne, les joueurs sont aléatoirement positionnés lors de la création de leurs comptes. La seule référence géographique inamovible du jeu est le NPC principal, qui est positionné en plein centre.

L’autre aspect innovant de Pirates : Tides of Fortune est la façon dont les joueurs sont conduits à interagir. Contrairement à des jeux classiques où les ressources sont limitées et la carte restreinte, les rapports entre joueurs n’aboutissent pas nécessairement en confrontations. Au contraire, ils peuvent progresser ensemble, commercer, s’allier ou se faire la guerre s’ils le souhaitent. Mais, soyons sincères… le game design est fait de sorte à encourager les raids entre joueurs. Ce qui, admettons-le, est très « à propos », pour un jeu inspiré de l’univers de la piraterie.

Enfin, une dimension originale de ce jeu, est que les joueurs deviennent eux-mêmes, des moteurs du contenu. Il peut s’agir d’une guerre entre les factions, de conflits avec un voisin sur la carte ou d’événements de grande envergure qui touche l’intégralité des millions de joueurs…

Jouez à votre rythme

Une des critiques les plus fréquentes des jeux via navigateur, est qu’ils sont chronophages. En particulier lorsqu’il est question de jeu par navigateurs, qui ont tendance à nécessiter l’attention constante des joueurs.

Pirates : Tides of Fortune n’entre pas dans cette catégorie. Les développeurs du jeu n’ont pas opté pour une conversion de temps. Ainsi, une minute passée dans le jeu correspond à une minute dans la vraie vie. Ainsi, une recherche, une mission ou une quête qui demande 10 heures pour être réalisée, demandera effectivement 10 heures IRL. La conséquence immédiate de ce choix de design, est qu’en tant que joueur, vous aurez une maîtrise plus complète de votre emploi du temps. Vous pouvez ainsi vous organiser de sorte à lancer le jeu à des moments stratégiques, et mener les opérations qui sont nécessaires. De même, vous pouvez réserver les tâches particulièrement longues pour les périodes où vous serez moins présents. Avant d’aller vous coucher par exemple, ou avant de partir en voyage…

Et pour ceux qui n’ont pas la patience de mettre en place un tel calendrier d’organisation, il est possible d’accélérer les temps d’attente. De toute évidence, le jeu prévoit de dépenser de l’argent pour obtenir des bonus et réduire le temps de réalisation des constructions, des quêtes, de la formation des troupes, etc. Mais encore une fois, c’est un choix et pas une obligation. Plutôt que de dépenser de l’argent, vous pouvez simplement réaliser les différentes quêtes in-game. Vous obtiendrez des récompenses telles que les perles et boosts. De quoi vous permettre de réduire drastiquement certains temps d’attente.

Et vous, vous aimez ce genre de jeux? Quel est votre meilleur souvenir du genre? Moi c’est clairement Caesar III ! Vous connaissez?

À très bientôt sur Sitegeek.

Gwen

A propos Gwen

Passionné de nouvelles technologies | J'aime les jeux vidéo, les séries US, les zombies, les chats, les boulettes et surtout le risotto à la truffe.

Voir aussi

Dirt Rally 2.0

Test | Dirt Rally 2.0 – Xbox One – Le digne successeur

Test | Dirt Rally 2.0 - 3 ans après, voici le digne successeur de la meilleure simulation de rallye à ce jour. Sensations garanties!

Test | Trials Rising – Xbox One – On change pas une équipe qui gagne

Test | Trials Rising débarque 3 ans après "Blood Dragon" et même si les mécaniques n'ont pas bougé d'un iota c'est un plaisir de s'y replonger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.