Le cultissime R-Type a déjà eu droit à moult suites et réadaptations mais ce 30 avril 2021, avec R-Type Final 2, ce sont 18 ans d’attente qui ont été circoncis. NIS America nous a en effet livré  cette version ultime de ce shmup de légende sur Xbox One, Xbox Series X, Switch et PS4, dans des éditions digitale et physique à faire frémir les collectionneurs.

R-Type Final 2 : Chronique d’une renaissance

R-Type est avant tout un shmup légendaire, sorti initialement en arcade, en 1987. Développé par Irem, ce chef-d’œuvre vidéoludique, lui-même inspiré du shmup de Konami Gradius de 1985, a immédiatement mis tout le monde d’accord. Le premier R-Type a en effet ouvert la voie du futur des shmup avec son univers futuriste, ses boss démesurés, son level design inspiré et l’ajout d’un module amovible à l’arsenal disponible sur votre vaisseau. De nombreuses suites ont vu le jour sur consoles et en arcade, mais la dernière apparition du maître de la fusillade spatiale datait de 2003, avec un excellent épisode sur PS 2, R-Type Final.

C’est via le financement issu d’une campagne de crowdfunding Kickstarter, validée en octobre 2020, soutenue par 11 146 backers, et  1 260 485 $ récoltés, que R-Type Final 2 a enfin pu voir le jour. Les moult reports de sa sortie ont rendu l’évènement encore plus excitant. En contrepartie, les fans l’attendaient au tournant, le couteau entre les dents. C’est donc NIS  America qui s’est chargé de la production et Granzella du développement. Quand on sait que Granzella n’est autre que le Studio de Kazuma Kujo, le père du premier R-Type, on part sur de bonnes bases.

Une édition simple et un Collector R-Type Final 2 : Inaugural Flight Edition

Outre l’édition simple, une édition Inaugural Flight est également au programme, incluant :

  • Le jeu R-Type Final 2
  • La bande-son du jeu sur CD
  • Le mini artbook « The Artwork of R-Type Final 2 »
  • Une boîte collector

 

R-Type Final 2 propose quoi de neuf Doc ?

Ce nouvel opus de la saga R-Type a de quoi réjouir. Le teaser révélait un niveau artistique fouillé et profond avec des graphismes en 3D et un gameplay modernisé. La vidéo annonçait une difficulté basée sur les performances des joueurs, ainsi que des vaisseaux et des pilotes personnalisables. En effet, chaque élément de votre appareil peut être customisé, des couleurs, aux types d’armes, en passant par des autocollants. De plus, vous avez le choix parmi une dizaine de vaisseaux présents dans les précédents épisodes de la série. Vous pouvez également personnaliser votre pilote à votre guise. L’aventure vous propose de voyager à travers l’univers, composé de niveaux classiques et inédits, d’affronter des ennemis qui évoluent en fonction de leurs prouesses et de performer pour vous frayer un chemin en haut du classement mondial. Sur le papier, ces nouveautés remplissent parfaitement le cahier des charges, du quadragénaire nostalgique type. Qu’en est-il pad en main ?

 

Ce R-Type est-il à la hauteur des attentes d’un point de vue technique ?

Esthétiquement, l’intro vous berce immédiatement dans un univers futuriste, ultra high-tech aux sonorités apaisantes. L’univers de R-Type est respecté, tout en étant mis à jour avec les visions du futur telles qu’on peut les envisager en 2021. Dès les premières minutes, les graphismes sont lisses et magnifiques. Les bruitages sont parfaitement calibrés avec l’ambiance générale. La possibilité de customiser votre vaisseau, et l’impact que cela “in game” est remarquable. Évidemment, aucun ralentissement ne vient ternir ce joli tableau 2D. La 3D vient de temps en temps donner du relief à l’animation, sans pour autant vous faire frissonner de bonheur. Malheureusement, force est de constater qu’au fur et à mesure des niveaux, les efforts esthétiques ont tendance à s’essouffler. Le niveau 3 par exemple est très peu inspiré. Le décor est terne et a même tendance à donner des impressions d’étroitesse. Avec un tel budget, il eut été respectueux de la part des développeurs de mettre le paquet et d’envoyer la sauce à tous les étages.

R-TYPE FINAL 2 affiche de beaux effets de lumière

Maniable comme R-Type, coup de modernité révolutionnaire ou faute de frappe ?

En termes de jouabilité, ce nouvel R-Type souffle le chaud et le froid. Le vaisseau a tendance à se mouvoir de façon un peu trop lente à mon goût. L’inertie frivole des premiers épisodes semble avoir laissé place à une sorte de réalisme moins pop. Notons tout de même qu’il est possible de booster la vitesse de l’engin en appuyant sur L1, mais cela aurait été plus cohérent de lui conférer sa vitesse maximale constamment, afin de mettre l’accent sur l’explosivité du titre.

Lire aussi :
Sony offre 4 jeux sur PlayStation 4 pendant le confinement

Le célébrissime module déjà présent sur la version arcade de 1987, appelé POD, est toujours bien présent mais sous le doux nom de FORCE. Cette particule indépendante fait tantôt office de bélier en permettant de foncer dans les belligérants de petites tailles, tantôt de drones agressifs en le lançant à l’assaut des ennemis plus gros. Cet appendice est la signature de R-Type et il fournit toujours autant de satisfaction. Il permet de s’appuyer sur deux niveaux d’agressivité, et cela vous pousse à travailler votre skill, pour synchroniser la gestion des deux parties. J’adore.

R-TYPE FINAL 2 et le célèbre module POD

Au rayon de l’arsenal, vos vaisseaux ont des équipements différents et les attaques sont variées. En maintenant le bouton tir enfoncé, vous pouvez charger votre laser et déclencher un rayon surpuissant, classique, mais toujours aussi efficace. Une autre touche de tir permet de maintenir le tir constant, histoire de ne pas s’exciter sur la touche comme un forcené. C’est confortable.

Enfin, la difficulté fait débat. 5 niveaux de difficulté vous sont proposés, à savoir entraînement, bambin, normal, Bydo et R-Typer. J’ai eu personnellement beaucoup de mal à m’affranchir du niveau Normal car les expéditions sont très punitives, car vous perdrez une vie à chaque impact sur votre vaisseau. Pour avancer dans le jeu relativement rapidement, je me suis dans un premier temps contenté du niveau Bambin. Certes, c’est moins glorieux, mais le plaisir du jeu en dilettante y est plus comestible. Pour les puristes et amateurs de high-score, les niveaux supérieurs ont de quoi vous tenir en haleine durant un bon moment, surtout si vous avez des nerfs d’acier trempé.

R-TYPE FINAL 2 entretient la culture des boss de fin de niveau.

R-Type Final 2 est-il un pétard mouillé ou un le pétard du siècle ?

R-Type Final 2 fait ce qu’on lui demande. Il donne un coup de jeune à une licence ancestrale. Il titille votre fibre nostalgique efficacement et il donne du fil à retordre aux plus acharnés. Toutefois, il n’excelle en rien. Trop court avec ses 6 niveaux et sa mission finale. Les graphismes et le level design sont trop inégaux et parfois paresseux. Avec un tel pédigrée, R-Type Final 2 avait tout pour exploser nos attentes, il les a tout juste contentées. Pas simple d’avoir des parents super stars…

Lire aussi :
Test | Spiderman - PS4 - Spiderman – Une belle reproduction de toile de maître

Vega