Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Test | Ghost of a Tale – PC – Une souris et ça démarre
Ghost of a Tale

Test | Ghost of a Tale – PC – Une souris et ça démarre

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

Rencontrez Tilo, la souris déterminée qui va, seule, braver tous les dangers pour retrouver sa douce et tendre… À l’image de son développeur qui a, presque tout seul, conçu avec amour ce Ghost of a Tale !

Un après-midi avec Ghost of a Tale sur PC

L’avènement du crowdfunding a donné un second souffle au jeu vidéo, permettant aux développeurs passionnés de mener à bien leur projet, loin du regard oppressant d’éditeurs déconnectés. Hélas, même les Kickstarter et consort ont succombé à l’industrialisation du jeu vidéo. La dimension subversive de ces plateformes s’est atténuée au fil des années. Ce qui nous amène à SeithCG, pseudonyme de Lionel Gallat, ex-animateur comptant sur son CV de gros titres tels que Le Prince d’Égypte, Souris City ou encore Moi, Moche et Méchant. Visiblement téméraire, le bonhomme s’est lancé dans la conception d’un jeu vidéo à lui tout seul. Rejoint ensuite par quelques précieux partenaires, c’est lui qui reste le créateur de Ghost of a Tale. Un jeu qui transpire l’amour d’un gamer passionné et qui prouve que, parfois, il n’en faut pas beaucoup plus pour réaliser une belle oeuvre.

Ghost of a Tale
Oh là là… Pas facile d’être un petit jeu parmi les grands !

Exploration souristique

Enfin, quand je dis qu’il n’en faut pas beaucoup plus, c’est une figure de style. Le travail abattu par SeithCG force le respect dès les premières minutes. Mettant à profit tous les outils du moteur Unity, le développeur nous plonge dans un univers médiéval avec une teinte de féerie. À commencer par le fait qu’on incarne Tilo, une “simple” souris, dans un labyrinthe jonché d’énigmes et d’objets à retrouver. Le tout en évitant soigneusement le regard effroyable de rats pas très futés. Le décor est ainsi planté, puisque le jeu repose a fortiori sur un schéma simpliste. On déambule au gré des prisons, bois, cours et châteaux qui ornent Ghost of a Tale. Ensuite, on se cache, on explore et on trouve l’objet qui nous permet de progresser. Très sincèrement, si je m’en étais tenu aux premières minutes, j’aurais abandonné et me serais lassé. D’autant que le jeu ne donne aucune indication quant aux objectifs à remplir.

Qu’à cela ne tienne, je me suis fait douleur et j’ai continué. Heureusement ! Car si la structure de Ghost of a Tale reste essentiellement la même, il faut s’y prêter quelques heures avant que la mayonnaise ne prenne vraiment. Tilo doit bien sûr éviter les regards ennemis en tenant à l’oeil leur jauge de détection, mais il doit également sniffer chaque recoin de la map. Fouiller les tiroirs et autres bacs, scruter le moindre renfoncement pour trouver des items qu’il devra remettre à un tiers ou encore un costume qui lui permettra de passer inaperçu. Ces costumes jouent d’ailleurs un rôle essentiel, octroyant à Tilo de multiples aptitudes. Mais rien de combatif. Ghost of a Tale est un subtil mélange d’infiltration et d’exploration qui s’assume.

Ghost of a Tale
Excusez-moi, Monsieur le rat, je sais pas où aller…

Cours, Tilo ! Cours !

D’ailleurs, rappelons que Tilo est ménestrel de son état. Ce n’est pas un guerrier improvisé qui va manier l’épée du jour au lendemain. Son arsenal se compose d’objets parfaitement anodins, comme des bougies pour se repérer dans le noir (très profond, dans le jeu) ou des bâtons à balancer sur des mécanismes pour les activer. Quelques autres babioles lui permettront de surmonter les épreuves mais globalement, Tilo doit jouer les roublards pour se sortir de sa situation dramatique. Ben oui, les vilains rats ont enlevé son épouse, ce qui va motiver la petite souris à poursuivre l’aventure. D’autres personnages hauts en couleur l’épauleront – moyennant un service, bien évidemment. Tilo devra donc se cacher et courir pour remplir dans la foulée une série d’objectifs secondaires pour retrouver sa tendre et poilue.

Attention, toutefois. Courir a un prix. Celui d’une jauge d’endurance couplée à une jauge de vie, qu’il faut veiller à bien remplir en dénichant de la nourriture ci et là. Un système ingénieux qui rend les sprints de la souris extrêmement précieux et auxquels on recourt avec prudence. Heureusement (ou pas), l’I.A. des rats ne vole pas bien haut et il suffit généralement de se soustraire à leur regard et de se cacher dans n’importe quel contenant pour les semer. Vous l’aurez compris, Ghost of a Tale s’avère plus riche qu’au premier abord, sans être complexe. Quant à la sensation d’être complètement perdu et à l’absence d’indications, elle se voit récompensée par l’exploration du joueur, qui peut ainsi accéder à des cartes ou des compétences rendant la tâche plus facile.

Ghost of a Tale
Bon, plus qu’une pièce d’armure et je pourrai me tailler ni vu, ni connu

Tu fé qu’t’es belle, toi !

Un jeu conçu par un seul homme (ou presque) ? Dans pareilles circonstances, on ne s’attend généralement pas à un bijou graphique. On est même prêt à pardonner pas mal d’errances et autres défauts. Autant vous dire que notre petite souris grise n’a rien à envier à un triple A classique. Ayant parcouru les images dévoilées tout au long de l’early access et du développement de Ghost of a Tale, je reste admiratif devant le travail abattu par le développeur. Ghost of a Tale est un beau jeu ! Très beau, même, si l’on tient compte de son contexte. Les plantes vivantes, les textures en relief, les animations des ennemis, leur gueule effrayante… on ne cesse de relever le soin esthétique apporté au jeu. Mais la star reste bien entendu Tilo. Il faut l’observer de près mais la souris dégage un dynamisme fou. Ses poils hérissés qu’on a envie de caresser, son museau qui frétille, ses yeux vifs la rendent incroyablement attachante.

Ghost of a Tale
Je vous laisse admirer la multitude d’effets qui animent cette image

Les PNJ ne sont pas en reste, jouissant d’un design qui leur confère une véritable identité, cumulée à leur humour bien trempé. Ce qui permet d’aborder l’écriture du jeu, de grande qualité et avec une localisation française qu’on n’attendait pas forcément et qui s’avère professionnelle. Le lore se révèle consistant et le jeu dispose d’assez de texte pour donner vie à son univers aussi enchanteur que singulier.  S’il fallait chipoter, on pourrait regretter le manque de narration, celle-ci se confinant globalement au sous-texte. De même, quelques bugs (qui se règlent au fil des patchs) viennent ternir ce beau tableau et j’ai pour ma part eu droit à quelques chutes de framerate dont je me serais bien passées. Mais dans l’ensemble, c’est un défi extrêmement audacieux que relève le développeur. Bravo.

Ghost of a Tale
Rien ne vaut la sagesse d’une souris… (l’écran de chargement que j’ai eu au lancement du jeu)

J'ai aimé

  • De l'exploration récompensée
  • À bas les combats, vive l'infiltration...
  • Très beau et direction artistique au poil
  • Humour absurde et décalé
  • Écriture soignée

J'ai pas aimé

  • Confus au début
  • ... mais I.A. bancale
  • Quelques bugs et chutes de framerate
  • Ça manque de narration/mise en scène

Résumé des scores

Graphismes
Jouabilité
Scénario
Bande son

So cute !

Une souris qui part à la recherche de sa bien-aimée dans un nid de rats hostiles et sans la moindre arme ? Fallait oser. Le pire, c'est que ça marche...

Revue de presse

 6/10

Gamekult

 –/20

Gamergen

 15/20

JV.com

 8/10

Gameblog

Petit mais Tilo

Si j’en crois les tests existants ainsi que la note que lui attribuent les joueurs sur Steam (9/10), Ghost of a Tale semble faire l’unanimité. De là à prétendre qu’il s’agit d’un jeu mémorable et culte ? Peut-être pas. Il convient néanmoins de l’inscrire dans l’Histoire parmi ces titres qui ont triomphé, ne serait-ce que grâce à la détermination de leur concepteur. Sachant que le jeu est parti de l’imagination et du travail d’un seul homme, on ne peut que s’incliner devant un tel niveau de qualité. Ghost of a Tale est beau, drôle, prenant et satisfaisant. À condition bien sûr de passer une ou deux heures de frustration à se demander ce qu’il faut bien faire. Si en cette période de blockbusters vidéoludiques, vous cherchez quelque chose de plus original et de moins imposant, la petite souris pourrait bien vous intéresser.

Plus d’infos sur le site officiel de Ghost of a Tale.

À très bientôt sur Sitegeek.

Musa

testUAMA1_vectorized

La petite souris

Ghost of a Tale
Ghost of a tale
Développeurs SeithCG
Editeur SeithCG
Platforme PC, PS4, Xbox One
Date de sortie 13/03/2018 (PC)
Genre Aventure/infiltration

Bande-annonce :

Galerie :

A propos Musa

J'aime tout mais je suis difficile. Voilà qui me résume bien. Littérature, cinéma, jeux vidéo, séries, animés, comics, mangas, jeu de rôle papier, etc. Ce qui compte pour moi, c'est de distinguer ce que j'aime de ce qui est bon ou mauvais. Car non Einstein, tout n'est pas relatif !

Voir aussi

Yakuza 6

Test | Yakuza 6 – PS4 – Comment tirer sa révérence avec classe

Test | 13 ans après ses premières aventures, Kazuma Kiryu tire sa révérence de la plus magistrale des façons dans un Yakuza 6 au sommet de son art. Merci à lui.

Test | Ys Origin – Xbox One – Mieux vaut tard que jamais

Test | 10ans après sa sortie PC Ys Origin arrive enfin sur console. Certes ce n'est pas le héros principal, certes ce n'est pas le meilleur de la série, mais cela n'en reste pas moins plaisant.

Un commentaire

  1. Coucou. Sympa ton blog ! Je suis aussi comme toi, fan de lecture, écriture, jeux vidéo et ciné, entre autres. Merci pour cet article, je trouve que c’est super intéressant comme jeu. Je vais l’essayer ce week-end. Bye !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *