Bénéficiant de pas mal de support marketing, Days Gone est sans conteste l’exclu très attendue des fans de PS4. Une vraie réussite à la croisée des chemins entre Lara Croft et Nathan Drake, le tout au milieu d’un monde infesté de zombies.

Un après-midi avec Days Gone sur PS4

Si je vous disais que quelque chose de mystérieux a décimé une grande partie de la population mondiale 2 ans auparavant ? Laissant des survivants avec la peur au ventre face à eux-mêmes dans un monde rempli de créatures infectées et affamées d’êtres humains. Vous me direz qu’on dirait le pitch de Walking Dead ou autre série pleine de zombies. Il s’agit en fait du scénario de base de Days Gone, cette nouvelle exclu qui risque bien de vous coller à votre divan pour pas mal d’heures.

Je vous présente Deacon St John…un biker qui se bat pour sa survie

Dans ce jeu d’aventure/action en monde ouvert, vous incarnez Deacon St John, un biker dur à cuire. Celui-ci tente tant bien que mal d’assurer sa survie en remplissant des missions à gauche à droite pour les plus offrants. Ceci dans le but de glaner nourriture, essence et autres munitions indispensables dans ce monde post-apocalyptique.

Days Gone – Suis le script on t’a dit…

Dès le début du jeu, au-delà de l’aspect zombies, j’avais le sentiment d’avancer en terrain connu. C’est là que j’ai réalisé que Bend Studio, qui se trouve à la réalisation de Days Gone avait également travaillé sur des épisodes de Uncharted pour PS Vita. Comme dans beaucoup de jeux du genre, il faut passer le début avant de voir ce que le jeu réserve. En effet, le début met en place le scénario et se révèle TRES scripté. Impossible par exemple à un certain moment de faire 10 mètres de plus sous peine de se voir averti qu’on quitte la zone de mission. Un peu ridicule quand on sait que 2 minutes, plus tard c’est exactement vers la que la mission nous emmène. Un autre exemple vient du fait que les coffres des voitures regorgent de ressources pour votre avenir. Cependant, il s’agit de certaines seulement, les autres étant purement et simplement impossibles à inspecter.

De nombreuses missions vous attendent, certaines plus scriptées que d’autres

Un mix action/aventure pourtant bien gore

Une fois cette introduction passée, on peut enfin rentrer dans le vif du sujet. À ce moment, on se retrouve dans une sorte d’hybride entre Uncharted, Tomb Raider et Walking Dead. Afin d’assurer votre survie face aux hordes de grouilleurs, têtards (sortes d’enfants zombies apeurés presqu’en permanence) et autres drifters ennemis (chasseurs de zombies), vous aurez besoin de ressources diverses. Il faudra donc passer certains moments à farmer pour vous procurer munitions, matériel pour fabriquer des soins, des carreaux d’arbalète, de la nourriture à revendre, des peaux d’animaux… Tout ceci afin de pouvoir progresser sur cette map immense et pouvoir vous battre (ou vous échapper) pour remplir les objectifs de toutes les missions qui vous seront proposées.

Une map immense nécessitant exploration pour mener a bien vos missions

À ce niveau, on se retrouve dans un modèle plus ou moins classique, entre histoire principale et missions secondaires permettant d’en apprendre plus sur notre protagoniste. Rien de bien novateur mais bien entretenu par l’aspect rare des ressources et la tension permanente dans le monde que vous parcourez. Aurez-vous assez d’essence pour rejoindre votre destination ? Est-ce qu’un grouilleur tentera de vous éjecter de votre moto lors de votre passage ? Tous ces éléments augmentent grandement l’ambiance générale excellente du jeu. Sans même vos parler des manières de tuer qui s’avèrent bien gores, surtout lorsqu’il s’agit de tuer un ennemi par derrière à coups de couteau ou de hache.

Allez-vous fuir ou vous battre?

Un gameplay pas parfait mais maitrisé

Le mode de progression est basé sur un arbre des compétences relativement classique mais superbement présenté dans un menu résolument repensé. Vous choisirez au fur et à mesure entre des compétences de survie, de combat rapproché ou de combat éloigné. Des choix importants qui conditionneront également votre manière de pouvoir aborder les différentes missions. Alternant entre infiltration, fuite ou simple bourrinage en fonction des circonstances.

Un arbre de compétences classique mais complet

Ce qui nous permet d’enchainer sur le gameplay globalement réussi. Les phases à pied et de combat rapprochés sont bien faites et relativement précises. J’ai cependant eu quelques soucis de caméra, surtout lorsque j’étais attaqué par une horde de grouilleurs venant de tous côtés.

Le reste est simple à prendre en mains mais la quantité de commandes fait que certaines en viennent à ressembler carrément a des combos (L1+L3+R1) pour fabriquer une trousse médicale. On notera aussi la maniabilité un peu bancale de la moto. Celle-ci s’avérant très légère et donc un peu savonnette par moment.

Même sur PS4 normale, ça passe bien crème

Days Gone fait partie de ces jeux que je trouve personnellement vraiment beau. Je dois cependant dire immédiatement que les développeurs ont été intelligents, privilégiant une certaine fluidité au détriment d’une profondeur d’image de tous les instants. La quantité d’informations et le niveau de détails à l’écran est parfois impressionnant.

Graphiquement très joli même sur PS4 normale bien qu’on note pas mal de clipping

On s’aperçoit rapidement qu’on a pas mal de clipping permettant de maintenir le niveau de fps à l’écran. Ce qui n’empêche pas du lag lors de certaines phases (surtout celles à moto). Que dire de Deacon, possédant ce pouvoir mystérieux de rentrer sa tête dans les murs et de ne faire qu’un avec celui-ci ou alors de sa lampe de poche (n’est-ce pas Fred ?) qui éclaire devant et derrière sans jamais être présente. Pour le reste et surtout sur ma PS4 “normale”, je trouve le jeu vraiment beau. Certains paysages sont à couper le souffle, surtout pour un jeu en monde ouvert.

J'ai aimé

  • La réalisation
  • Franchement joli
  • Le mix action/aventure façon Tomb Raider
  • La durée de vie

J'ai pas aimé

  • Lag, clipping...sur PS4 normale
  • L'aspect scripté de certaines phases
Bénéficiant de pas mal de support marketing, Days Gone est sans conteste l’exclu très attendue des fans de PS4. Une vraie réussite à la croisée des chemins entre Lara Croft et Nathan Drake, le tout au milieu d’un monde infesté de zombies. Un après-midi avec Days Gone sur PS4 Si je vous disais que quelque chose de mystérieux a décimé une grande partie de la population mondiale 2 ans auparavant ? Laissant des survivants avec la peur au ventre face à eux-mêmes dans un monde rempli de créatures infectées et affamées d’êtres humains. Vous me direz qu’on dirait le pitch…

Résumé des scores

Graphismes/Direction Artistique
Jouabilité
Durée de vie

A faire

Conclusions hâtives de l’ami Arnaud

J’attendais Days Gone avec impatience et je n’ai vraiment pas été déçu. À ce moment précis, j’ai juste hâte que les enfants aillent dormir pour pouvoir jouer à mon aise dans cette ambiance unique. Sans rien apporter de neuf, Days Gone se crée son identité et nous offre une belle aventure. Avec ses 30 heures de jeu estimées et son univers graphique magnifique, le jeu réussit à nous happer dans son ambiance. Et finalement, c’est tout ce qu’on demande.

Plus d’infos sur le site officiel de Days Gone.

À très bientôt sur Sitegeek,

Arnaud

Deacon St John


Days Gone
Développeurs
EditeurSony 
Date de sortie26 April 2019
Prix 49,99

 Achetez le sur :
 
Référence : Days Gone
Amazon
Boulanger
Rakuten
 

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/watch?v=VDpHSP0e_U4

Galerie :