Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Test | Shadow of the Colossus – PS4 – Un chef d’oeuvre indémodable

Test | Shadow of the Colossus – PS4 – Un chef d’oeuvre indémodable

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

S’il y avait bien un jeu qu’on ne pensait pas ressortir de notre ludothèque nostalgique, c’était Shadow of the Colossus… Heureusement, Sony l’a fait !

Un après-midi avec Shadow of the Colossus sur PS4

Si je devais citer les 10 jeux vidéo qui m’ont le plus marqué, Shadow of the Colossus figurerait probablement dans le lot. Un jeu dont je n’avais jamais entendu parler avant sa sortie et que j’avais acquis après avoir lu un test élogieux. Ce qui ne me ressemble pas, moi qui d’ordinaire évite les oeuvres suscitant l’engouement général… J’ai ensuite dévoré ce jeu qui m’a touché, m’a fait rêver et m’a aussi, quelques fois, frustré. Un titre qui donne ses lettres de noblesse au jeu vidéo. Qui rappelle (car c’est encore nécessaire) qu’il s’agit d’un pan complet de la culture et non pas – seulement – un loisir destiné aux enfants. Shadow of the Colossus est un jeu qui aura laissé une trace indélébile dans le coeur (et les consoles) de bien des joueurs. Cette version remasterisée s’apprête à raviver la flamme des vieux joueurs et à marquer une nouvelle génération.

Shadow of the Colossus
Une aventure douce et épique vous attend dans Shadow of the Colossus

Plus qu’un simple lifting…

L’annonce d’une version PS4 ne m’avait pourtant pas convaincu. Je m’attendais à un simple lissage HD, à l’image de la version sortie sur PS3. D’autant que c’était le même studio – Bluepoint Games, pour ne pas le nommer – qui était à la réalisation. Quelle ne fut ma surprise en lançant le jeu et en découvrant cet univers lyrique sous un jour nouveau. Toutes les textures ont été entièrement retravaillées et le résultat éclate la rétine (pour un remaster, s’entend). Même Final Fantasy XII : The Zodiac Age, pourtant bien retapé, ne proposait pas un tel rendu.

Shadow of the Colossus
Oh oui que c’est beau !

La végétation semble plus vivante, la roche plus en relief avec un effet granuleux qui lui donne de la substance. Les effets de lumière, notamment les rayons qui transpercent les zones boisées, apportent de la chaleur à l’ambiance poétique du jeu. Enfin, l’eau semble plus dynamique, tandis que les animations du héros et de son cheval Agro ont gagné en authenticité. Mais le clou du spectacle, ce sont les colosses. Leur regard plus perçant, leur stature plus nette et surtout leurs poils et leurs écailles plus volumineux et organiques font de chaque affrontement un véritable spectacle visuel. Bref, si Shadow of the Colossus était déjà un jeu visuellement magistral sur PS2, sa version PS4 lui rend un hommage sublime. Et si je ne suis pas un adepte du mode Photo, j’en ai abusé dans ce jeu tant il est contemplatif.

Shadow of the Colossus
Des colosses magnifiques… mais bon, faut les tuer quand même

Une poésie qui touche toujours autant…

Pour les jeunes ou les joueurs qui seraient passés à côté de ce chef-d’oeuvre : qu’est-ce que Shadow of the Colossus ? Un jeu au gameplay particulier, a priori répétitif mais qui ne cesse de se renouveler grâce à un challenge constamment rehaussé. En gros, le héros a pour mission de terrasser 16 colosses pour ramener sa bien-aimée d’entre les morts. Ces colosses deviennent de plus en plus difficile à vaincre au fil de l’histoire. Une difficulté toujours bien dosée et parfaitement rythmée. Si l’on trouve le point faible du premier colosse très rapidement, il faudra faire preuve d’ingéniosité pour vaincre les suivants, jusqu’au dernier qui constitue un véritable parcours du combattant.

Mais ce n’est pas seulement son gameplay singulier qui le rend unique. C’est aussi cette narration discrète, subtile et propre aux jeux de la Team ICO. Notez toutefois que Shadow of the Colossus s’épargne toute mise en scène poussive, comptant très peu de cinématiques et d’informations contextuelles. Au contraire, le jeu nous confronte à une situation ponctuelle : un jeune homme veut sauver sa moitié. Pour ce faire, il doit affronter des colosses à l’aide de son cheval et d’une épée mystérieuse. Le reste est soumis à l’interprétation du joueur. L’exploit du jeu, c’est qu’il n’en faut pas plus pour se laisser emmener dans ce périple qui suscite l’empathie du joueur à mesure qu’il approche de son objectif. Une épopée servie par une bande son majestueuse.

Shadow of the Colossus
On trouve le colosse, son point faible et on tape

… et quelques défauts persistants

Quand une oeuvre nous marque tant, nous avons tendance à en oublier les défauts. Je pense qu’au fond, on les supprime tout simplement de notre mémoire. La caméra chaotique m’a douloureusement rappelé que même en 2006, Shadow of the Colossus se contentait de “seulement” frôler la perfection. Vu le travail graphique abattu, on regrette que les quelques défauts du jeu n’aient pas été gommés. Outre la caméra, on peut souligner le cheval capricieux qui se trouve face à un mur invisible au moindre signe de relief. Il se met alors à ralentir ou à légèrement tourner, si bien qu’on perd du temps inutilement sur la carte relativement grande du jeu.

Un cheval, qui plus est, au pilotage contre-intuitif puisqu’il ne tourne que dans le sens du joystick. Je m’explique : Agro tourne dans le sens du stick selon sa propre perception (oui, ça veut rien dire, je sais). Comprenez par là que si vous orientez le stick à gauche, Agro tourne à *sa* gauche, peu importe l’orientation de la caméra. Dans l’absolu, on s’y habitue relativement vite mais lors de combats où le canasson est fort sollicité, ça s’avère très pénible. Reste que la bête est superbement animée et que les chevauchées donnent un ton épique au jeu. C’est au moins ça de pris…

Shadow of the Colossus
File comme le vent, Agro !

J'ai aimé

  • Un vrai travail de refonte graphique
  • Direction artistique, univers magnifiques
  • Colosses variés, difficulté bien dosée
  • Le mode Photo pour des plans sublimes
  • Bande son somptueuse

J'ai pas aimé

  • La *conduite* d'Agro
  • La caméra toujours pas au top

Résumé des scores

Graphismes
Jouabilité
Bande son
Scénario

Remaster poétique

Une version remaster de haut vol qui rend un bel hommage à un jeu magnifique. Que vous ayez déjà joué ou non à Shadow of the Colossus, cette version PS4 a sa place dans votre ludothèque.

Revue de presse

 8/10

Gamekult

 19/20

Gamergen

 18/20

JV.com

 9/10

Gameblog

Si tous les remasters pouvaient lui ressembler…

Je n’attendais pas grand-chose de cette version PS4 de Shadow of the Colossus, je suis pourtant comblé. Me replonger dans ce monument du jeu vidéo fut un vrai plaisir, si bien que je le recommande à tous les possesseurs de la console, qu’ils aient déjà tâté du colosse ou non. Son univers et son ambiance magiques, son scénario aussi simple qu’énigmatique, sa bande son envoûtante ainsi que sa refonte graphique le rendent indispensables dans votre ludothèque. Et ne laissez surtout pas ses quelques défauts vous effrayer, ses qualités sont éminemment plus… colossales.

Plus d’infos sur le site officiel de Shadow of the Colossus.

À très bientôt sur Sitegeek,

Musa

testUAMA1_vectorized

Le sublime sublimé


Shadow of the Colossus
Développeurs Sony
Editeur Sony 
Date de sortie 7 February 2018
Prix 25,49

 Achetez le sur :
 
Amazon
Boulanger
Priceminister
 

Bande-annonce :

Galerie :

A propos Musa

J'aime tout mais je suis difficile. Voilà qui me résume bien. Littérature, cinéma, jeux vidéo, séries, animés, comics, mangas, jeu de rôle papier, etc. Ce qui compte pour moi, c'est de distinguer ce que j'aime de ce qui est bon ou mauvais. Car non Einstein, tout n'est pas relatif !

Voir aussi

Test | Prey Mooncrash – Xbox One – Fly me to the Moon

Test | Prey nous revient avec le DLC Mooncrash et il faut avouer qu'on est quasi face à un nouveau jeu à la hauteur (si pas meilleur) que l'original.

Shaq Fu

Test | Shaq Fu – A legend reborn – PS4 – Un retour réussi

Test | Shaq Fu - PS4 - Si vous cherchez un défouloir efficace, replongez plus de 20 ans en arrière et retrouvez Shaquille O'Neal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.