Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Test | Sherlock Holmes The Devil’s Daughter – PS4 – Enquêtez !
Sherlock Holmes The Devil's Daughter

Test | Sherlock Holmes The Devil’s Daughter – PS4 – Enquêtez !

Le héros de Londres et son cher acolyte est sur le devant de la scène depuis un bon moment grâce à la série Sherlock qui a rencontré un franc succès, d’ailleurs la saison 4 est en cours de tournage… J’ai tellement hâte de la voir! Qui n’a jamais voulu incarner un détective, tel que Sherlock Holmes ? Résoudre des énigmes les plus étranges soient-elles, faire face à des meurtres parfois bizarres et inexplicables? Si vous vous sentez l’âme d’un détective, n’hésitez plus Sherlock Holmes The Devil’s Daughter est fait pour vous. Suivez le guide c’est par ici que ça se passe …

Une après-midi avec Sherlock Holmes The Devil’s Daughter

Ce huitième opus des aventures de Sherlock Holmes The Devil’s Daughter est un jeu d’aventure développé par Frogwares et édité par Big Ben Interactive. Il sera disponible à partir du 10 juin, sur Playstation4, Xboxone et sur PC.  Le jeu est totalement en français, ainsi que les sous-titres. Le doublage est vraiment impeccable et j’ai beau regarder les lèvres des personnages, il n’y a rien qui cloche (oui j’aime les détails lol).

La bande son vous accompagne lors de vos enquêtes et parfois quelques détails sonores sortent du lot, comme par exemple des gouttes d’eau qui tombentau sol. Pour info, ce jeu est classé dans la catégorie « PEGI 16 », en raison de la violence des meurtres que l’on peut retrouver lors de certaines enquêtes.

On retrouve un Sherlock Holmes au cœur de Londres à l’époque Victorienne, paternel, tiraillé entre mensonges et vérités, malmené par des enjeux familiaux et de fortes émotions, accompagné par son acolyte de toujours le docteur Watson. On lui découvre une fille qui arrive en plein milieu d’une enquête et qui sera le fil conducteur du jeu.

Sherlock Holmes: The Devil's Daughter_20160606015604
Sherlock nous cache-t-il un secret ?

Un jeu qui rend addict aux énigmes ?

L’axe principal du jeu tourne autour de la prétendue fille de Sherlock Holmes (je ne vais pas vous révéler la suite…) et cinq mystères à résoudre qui s’entremêlent.  A peine le Sherlock Holmes The Devil’s Daugther lancé, vous voilà face à une cinématique… Plongé dans l’action, Sherlock se fait pourchasser tel un animal dans une forêt… ça donne tout de suite le ton!

On retrouve ensuite ce cher détective dans son humble demeure, qui par ailleurs pour les connaisseurs est la même que dans le précédent opus sorti en 2014. Lorsque vous commencez à jouer, vous avez du mal à décrocher… Je peux le dire, je suis devenue accro à ce jeu et une fois ma Play allumée, j’ai du mal à l’éteindre…Mais bon en même temps, je n’ai pas envie d’en venir rapidement à bout!

Une enquête est en cours ...
Une enquête est en cours …

Chaque enquête a son lot de surprises, d’indices et surtout de mini-jeux. Sans aucun doute l’un des points fort du jeu. On ne peut pas s’en lasser, car chaque mini-jeu est unique et c’est ce qui pimente votre aventure et l’avancée de votre enquête. Par exemple, a un moment vous êtes plongé au cœur d’une pyramide maya et vous devez traverser une pièce sans tomber dans le vide , en sachant que sous vos pieds, les plaques ne cessent de tomber. Ce qui est vraiment cool, c’est que si vous êtes bloqué avec l’un d’eux, au bout de 3 essais vous pouvez le passer comme si de rien n’était, pratique non? J’avoue, des fois j’ai fait ma flemmarde et je l’ai utilisé, suis- je pardonnée?

Qu'allez vous découvrir ?
Qu’allez vous découvrir ?

Vous avez dit réalisme ?

Un Londres plus vrai que nature. Vous êtes immergé au cœur de cette agglomération où vous retrouverez des lieux mythiques comme Whitechapel, BakerStreet ou encore Scotland Yard. Les différents lieux sont remplis de détails, agréable à l’œil et plaisants pour jouer. Comme vous avez pu le comprendre, je suis conquise par les graphismes, que ce soit au niveau des couleurs et du rendu. Cette fois-ci, la map est vraiment vaste, vous êtes libre de vous déplacer où bon vous semble. Déambuler dans les quartiers malfamés, demander votre chemin à des passants ou encore flâner et partir à la découverte de lieux méconnus.

Sommes nous toujours à Londres ?
Sommes nous toujours à Londres ?

Du point de vue des personnages, on fait face à un Sherlock Holmes très en forme et à un docteur Watson plus jeune, limite fashion pour l’époque victorienne… Ce relooking et ce rajeunissement sont peut-être les deux choses qui m’ont le plus surprise. Les détails du visage sont très présents; les expressions, les rides, la couleur des yeux, tout y est pour rendre crédible mes deux personnages préférés.

Docteur Watson tu dors ?
Docteur Watson tu dors ?

Interaction avec différents personnages

Dans cet opus, on ne se contente pas de jouer qu’avec Sherlock, mais aussi avec d’autres personnages. Vous allez pouvoir incarner Wiggings, un jeune mendiant qui aide le détective à obtenir des informations. Vous allez devoir suivre un suspect à travers les rues tout en essayant de vous frayer un chemin, sans vous faire voir. En passant par les toits, les jardins…

Tout à coup, vous voilà à quatre pattes… Eh oui vous allez pouvoir vous transformer, plus précisément vous serez Toby le chien du détective, et pourrez l’aider à suivre une odeur ou autre. Ça a du chien vous ne trouvez pas? Vous pourrez aussi incarner et interagir  avec notre cher docteur Watson, lorsque nos deux compères devront avancer ensemble et faire face à un casse tête (quid’ailleurs m’a bien pris la tête c’est le cas de le dire lol).

Ouaf ! Ouaf ...
Ouaf ! Ouaf …

Venons-en au gameplay, la prise en main est vraiment simple et rapide. Même si je pense que les joueurs casual peuvent au début avoir du mal à se familiariser avec certaines touches. Mais je vous rassure généralement tout est bien expliqué, surtout lorsqu’il faut réaliser certaines actions lors de mini-jeux ou tout au long d’une enquête.

Sherlock possède 2 «pouvoirs» qui seront très utiles, l’un est le talent de vision qui permet de dénicher des indices cachés et qui apparaît sur l’écran en jaune (touche R1). L’autre est le pouvoir de l’imagination, (touche L1) qui vous permet de reconstituer une séquence d’un film, comme par exemple, ce qui a pu se passer lors d’un meurtre… C’est vraiment bien fait et parfois c’est un casse tête ou juste une question de logique à vous de voir…  Mais ce que j’aime par-dessus tout dans le gameplay c’est le fait de faire marcher nos petites cellules grises. En effet, suite à la récolte de vos indices ou des différentes questions posées vous allez pouvoir associer 2 indices, afin de commencer à réfléchir et découvrir le nom du coupable. Bien plus encore, le jeu va vous mettre au défi et vous aller devoir faire preuve d’habileté, comme lorsque Wiggings doit traverser dans le vide à l’aide d’une planche en bois, etc…

Une seul solution ? L'habilité.
Une seule solution ? L’habileté.

Notre Sherlock n’est pas un détective comme tout le monde. Dans ce jeu, à la fin de chaque enquête, une fois que le coupable est trouvé, vous avez deux choix. Celui que l’on peut qualifier de gentil, on laisse une chance à cette personne ou alors on est sans pitié et on décide du sort le plus fort!

Entre film et jeu vidéo

Ça peut vous surprendre, mais je trouve que le Sherlock Holmes The Devil’sDaugther a une telle qualité que l’on peut,par moment, se croire dans un film. Dans le jeu on retrouve l’omniprésence de cinématiques, plus fun les unes que les autres remplies d’actions et de suspense avec une touche d’humour que l’on connait au détective. Personnellement, j’adore les cinématiques donc ça ne me gène pas qu’il y en ait souvent. Je trouve que c’est important pour introduire un jeu, et cela nous permet de nous mettre directement dans l’ambiance d’une enquête. Mais je peux comprendre que certains puissent ne pas aimer ce type d’utilisation dans un jeu.

J'ai aimé

  • Les graphismes
  • Les énigmes
  • Sherlock Holmes
  • Les mini-jeux

Je n'ai pas aimé

  • Le nombre restreint d'enquêtes

Résumé des scores

Graphismes
Jouabilité
Sensations

Mystérieux

Sherlock Holmes The Devil's Daughter, un jeu prenant et envoûtant.

Revue de presse

 /

Gamekult

 /

Gamergen

 /

JV.com

 /

Gameblog

Conclusions hâtives de l’amie Anais

Franchement, je pense que Sherlock Holmes The Devil’s Daughter est mon coup de cœur de l’année 2016, même si elle n’est pas encore finie…  Je n’ai aucun reproche à faire à ce jeu, oui je sais c’est rare! Pour moi, les fans de Sherlock vont adorer, retrouver notre héros avec une part sombre et tourmentée est une approche gagnante. Sur ce, j’ai déjà lâché ma manette depuis trop longtemps à mon goût, je vous laisse, je retourne geeker, car une enquête m’attend …

Allez-vous aussi succomber au charme diabolique de Sherlock Holmes The Devil’s Daugther ?

Site Officiel Sherlock Holmes The Devil’s Daughter

A bientôt sur Sitegeek.

Anais

testUAMA1_vectorized

Sherlock Holmes The Devil’s Daughter:

SHERLOCK HOLMES THE DEVIL'S DAUGHTER
Développeurs Big Ben
Editeur Big Ben 
Plateforme PlayStation 4
Date de sortie
Prix EUR 18,00
Achetez le sur :
Amazon
Boulanger


- PRECOMMANDE AU 27 MAI 2016 PC SHERLOCK HOLMES THE DEVIL'S DAUGHTER
Développeurs BIGBEN
Editeur BIGBEN 
Plateforme Windows
Date de sortie
Prix
Achetez le sur :
Amazon
Boulanger


SHERLOCK HOLMES THE DEVIL'S DAUGHTER
Développeurs Bigben Interactive
Editeur Bigben Interactive 
Plateforme Xbox
Date de sortie
Prix EUR 30,90
Achetez le sur :
Amazon
Boulanger

Bande annonce :

Galerie :

A propos Anais Vallance

Un soupçon de folie & d'imagination Fan de comics ( je dois en avoir plus de 100) J'adore particulièrement le Joker, Harley Quinn, le pingouin et l'univers Disney. Prête à dépenser une petite fortune dans les Funkos Pop Geek dans l'âme, préfère la PS4 et la 3DS et raffole de la Junk Food.

Voir aussi

Forza Horizon 4

Test | Forza Horizon 4 – Xbox One – Peu de concurrence à l’horizon

Test | Forza Horizon 4 - Xbox One - Ce 4eme épisode offre un contenu gargantuesque, des sensations incroyables, le tout pour un rendu magnifique

Odyssey

Test | Assassin’s Creed Odyssey – Xbox One – Un épisode parfait, mais…

Test | On s'écarte de la grandeur de Desmond, Altair et Ezio, mais Odyssey n'en n'est pas moins le meilleur épisode auquel j'ai joué depuis longtemps.

4 commentaires

  1. Très bon article miss good job

  2. Pierre Marroy

    “Une seul solution ? L’habilité.”

    Comment dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.