Aujourd’hui, nous allons vous montrer comment configurer et utiliser un des meilleurs, sinon le meilleur émulateur PlayStation 1 pour PC gratuit et open source, connu sous le nom de Duckstation. J’ai eu l’occasion de le tester ces dernières semaines et c’est assez réjouissant de voir un émulateur PS1 aussi complet en 2021. DuckStation se concentre sur la jouabilité, la vitesse et la stabilité, sans mentionner sa très grande facilité d’utilisation.

Installation de l’émulateur sous Windows

  • DuckStation est disponible pour Windows, Mac, Linux ainsi qu’Android et vous pouvez le télécharger sur la page GitHub du projet. Pour ma part, je l’ai testé sous Windows 10 dans sa dernière version en date. Il s’agit d’une application portable qui ne nécessite donc pas d’installation.
  • Une fois le fichier ZIP récupéré, vous devez en extraire les fichiers et vous vous retrouvez avec un dossier DuckStation. Comme d’habitude avec les émulateurs, il vous faut un BIOS pour faire fonctionner la machine virtuelle et des ROMs qui sont en fait les fichiers de jeux. Pour ces éléments (BIOS et ROMs), il s’agit de téléchargements indépendants à DuckStation, il faudra donc les rechercher par vous-même. Rassurez-vous, vous devriez trouver rapidement votre bonheur grâce à votre moteur de recherche préféré.
  • Pour ma part, j’utilise un BIOS qui se trouve sous le nom de fichier « SCPH1001.BIN » pour faire tourner les jeux japonais et américains en NTSC et à 60 Hz. Dans mon dossier DuckStation, j’ai créé un sous-dossier « BIOS » et j’y ai glissé ce fichier.
  • Après cela, DuckStation est prêt à être lancé

Mise en route, configuration et première impression

La première chose qui saute aux yeux, c’est sa simplicité d’utilisation. Si vous êtes un habitué de l’émulation, vous êtes en terrain connu. Si vous êtes novice dans le domaine, alors je vous recommande grandement d’opter pour DuckStation qui, en plus d’être ultra intuitif, propose la meilleure expérience à l’heure actuelle.

Lire aussi :
Sega, pour toujours plus fort que toi

Dans votre dossier DuckStation, vous retrouvez deux exécutables : une version QT avec une interface graphique et une version no-GUI pour les utilisateurs avancés. Pour plus de simplicité, nous verrons la version QT. Pour la configuration, suivez ces étapes :

  • Une fois que vous avez démarré l’émulateur, allez dans les réglages (Settings).
  • Dans BIOS Settings, allez à la section BIOS Directory et cliquez sur Browse… (parcourir).
  • Sélectionnez le dossier « BIOS » que vous avez créé auparavant, puis validez.

L’émulateur est désormais prêt à lancer vos jeux. Vous pouvez parcourir les autres réglages pour paramétrer votre liste de jeux ou les options des contrôleurs. Nous verrons les réglages graphiques un peu plus tard.

J’utilise une manette PS4 branchée sur un port USB. Elle est reconnue automatiquement par DuckStation. Dans Controller Settings, j’ai défini le type sur « Analog Controller (DualShock) » et le calibrage des touches de la manette est un jeu d’enfant.

Paramétrage vidéo et graphisme dans les jeux

Avec DuckStation, il vous sera super facile d’afficher vos jeux PS1 en 4K grâce à l’upscaling interne. Dans le réglage Display Settings, vous allez pouvoir choisir le type de rendu. Vous retrouvez le classique OpenGL, mais surtout Vulkan qui offre un excellent rendu.

Lancer un jeu n’a jamais été aussi rapide grâce à votre Game List préconfigurée. Dès le logo Sony COMPUTER ENTERTAINMENT, vous serez dans l’ambiance. Si vous aviez déjà démarré une partie précédemment, DusckStation va reprendre automatiquement là où vous étiez grâce à sa fonction de sauvegarde rapide, ce qui est vraiment très pratique. Vous pouvez bien sûr reprendre à zéro à tout moment avec le bouton Reset.

Par défaut, l’affichage est en résolution native PS1. En pleine partie, vous pouvez aller dans Settings, puis Enhancement Settings pour régler les paramètres vidéo comme l’upscaling, l’antialiasing et les filtres de texture. Dans l’option Internal Resolution Scale, vous pouvez choisir la résolution interne du jeu. J’ai opté directement pour la 4K et sans aucune latence, le jeu s’est adapté dans une qualité d’image jamais vue sur PS1. J’ai également choisi un antialiasing 8x et un filtre bilinéaire pour lisser tout ça et le jeu reste incroyablement fluide.

Lire aussi :
LEAK : la future Surface Pro 8 dévoilée avant sa présentation officielle

Dernière petite astuce, vous pouvez augmenter, toujours en pleine partie, la vitesse de l’émulation en allant dans Console Settings puis Emulation Speed, ce qui peut être très utile lors de phase de jeu un peu lente, en particulier sur un RPG comme Final Fantasy VII.

Verdict

En bref, DuckStation fait mieux le job que tous les autres émulateurs que j’ai pu tester au fil du temps. On apprécie vraiment sa simplicité, sa stabilité et la possibilité de changer quasiment tous les paramètres en pleine partie. Il est de loin l’émulateur PS1 pour PC le plus réactif. Si vous souhaitez découvrir ou redécouvrir l’expérience PlayStation 1, nous ne pouvons que vous le recommander.

Et vous ? Quelle est votre madeleine parmi les jeux PS1 ?

Dites-nous tout dans les commentaires.

Gwen