La conquête de l’espace de SpaceX ne semble plus pouvoir s’arrêter et la peur d’un monopole du ciel se laisse entrevoir.

Le multimillionnaire américain Elon Musk n’en finit plus de remplir l’espace de ses satellites. L’objectif de son projet Starlink ? Permettre un accès internet au monde entier. Seulement, le risque de saturation est bien réel et personne ne semble pouvoir arrêter la conquête spatiale du patron de SpaceX.

Vers une monopolisation de l’espace par Elon Musk

Actuellement, près d’un satellite sur trois en fonctionnement appartient à Elon Musk. Le PDG d’Arianespace, Stéphane Israël, est l’un des premiers à s’être inquiété de cette situation et de la menace d’un monopole.

En effet, le projet Starlink a de quoi interroger. À terme, 42 000 satellites seront placés en orbite autour de la terre. Un programme qui tend à se réaliser au détriment des autres occupants de l’espace. Elon Musk risque bien de devenir le véritable patron du ciel, dictant ses lois à l’encontre de l’intérêt général. En effet, cette situation de monopole pourrait lui permettre de faire pression sur la commission fédérale des communications américaines, chargée de réguler l’exploitation de l’espace.

Elon Musk

Elon Musk

Des risques réels

Sans une réflexion commune de la part des exploitants de l’espace, multiplier les lancements satellitaires présente des risques réels. Au cours de ces dernières années, plusieurs collisions ont été évitées. En saturant l’espace de ces objets, la menace d’un accident s’accroît. Le PDG d’Arianespace reconnaît qu’un tel scénario pourrait rendre l’endroit impraticable. Or, rappelons que cette exploitation est maintenant indispensable aux secteurs militaires et scientifiques notamment.

Lire aussi :
be quiet! Shadow Rock 3 | Test et installation du ventirad

Elon Musk élude également la question des débris spatiaux. En effet, il est prévu que les satellites « morts » continuent à évoluer en orbite. Les risques de carambolage avec les satellites actifs et les vols habités sont bien présents. Lors d’une collision, un fragment d’un centimètre suffit à détruire l’objet qu’il rencontre. Il peut aussi arriver que ces débris pénètrent dans l’atmosphère et mettent en danger la vie des populations au sol.

Pour conclure

Malgré les risques encourus, le patron de SpaceX ne semble pas vouloir freiner sa conquête de l’espace. Le service proposé par Starlink est arrivé en France il y a quelques jours et les clients sont déjà nombreux.

Alors, ça vous intéresse ce retour de la conquête spatiale ?

Gwen