L’outil d’intelligence artificielle FRAN de Disney Research Studios permet de rajeunir ou vieillir le visage d’un acteur en quelques secondes dans une séquence vidéo.

Il n’y a pas si longtemps que ça, faire paraître numériquement un acteur ou une actrice plus âgé(e) ou plus jeune sur grand écran représentait une somme de travail énorme pour les artistes en effets spéciaux. Mais aujourd’hui, pour éviter de longues heures de postproduction pour ces effets visuels, les chercheurs de Disney Research Studios ont créé FRAN, un réseau neuronal qui permet de rajeunir ou de vieillir de manière convaincante le visage d’un comédien en une fraction de seconde.

Un lifting numérique en quelques secondes

Dans une publication académique (en PDF), Disney Research Studios explique que son réseau neuronal FRAN, pour Face Re-Aging Network, a été formé à l’aide d’une énorme base de données contenant des visages synthétiques générés aléatoirement à différents âges. En pratique, cet outil IA évite de partir à la recherche de milliers d’images de personnes réelles photographiées à différents âges avec la même expression faciale, pose, éclairage et arrière-plan.

FRAN utilise ces données pour prédire quelles zones du visage d’une personne réelle évolueraient et superpose de nouveaux détails, comme l’ajout ou l’effacement de rides, sur des séquences vidéo. Disney Research Studios vante son nouvel outil IA comme « la première méthode pratique, entièrement automatique et prête pour la production pour le vieillissement des visages dans des séquences vidéo ».

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez voir cette technologie en action :

Les rendus obtenus semblent aussi bons que certains rajeunissements numériques vus sur grand écran ces dernières années. On peut noter cependant quelques limitations à l’utilisation de cet outil. Dans sa publication, Disney Research Studios précise que FRAN n’est pas adaptée pour des modifications drastiques telles que le vieillissement depuis un visage très jeune. Les cheveux ne sont également pas pris en compte, car ils ne font pas partie de l’ensemble des données utilisées pour entraîner le réseau neuronal.

Il n’est pas étonnant que Disney cherche à automatiser ces effets visuels étant donné que les différents studios dans son giron comme Marvel Studios ou Lucasfilm les utilisent de plus en plus fréquemment. Cependant, malgré les avantages de FRAN pour la production cinématographique, il y a évidemment encore beaucoup de place à l’amélioration et l’optimisation. Il faudra encore un certain temps avant de voir des effets visuels aussi complexes fonctionner de manière automatique au sein de l’industrie.