La mairie de Paris s’inquiète d’un décret en préparation pour mieux encadrer les dark stores.

Les dark stores sont des lieux de dépôts utilisés par les acteurs de la livraison rapide. Ils sont considérés à tort comme des entrepôts illégaux. Pourtant, les locaux utilisés sont souvent des locaux commerciaux. La mairie de Paris s’inquiète, car le projet d’arrêté vise à légaliser ce genre d’entrepôt.

La mairie de Paris hausse le temps

Un dark store est un type de commerce qui se concentre sur la livraison à domicile de produits de consommation courante. Généralement, on passe commande depuis une application en ligne. Le dark store est constitué d’entrepôts fermés au public. Ces entrepôts sont utilisés pour préparer les commandes passées par internet.

Le but d’un dark store est de faciliter la livraison très rapide (environ 15 minutes). Il est donc obligatoire que le local se situe au plus près du client. Le concept s’est développé rapidement en France en 2021, notamment grâce à la pandémie.

Il a été confirmé qu’un projet de décret et un projet d’arrêté étaient en cours d’élaboration. Le but est de mieux encadrer le développement des dark stores et des dark kitchen. La situation est délicate, car un simple point de collecte est désormais considéré comme un commerce. Pourtant, en pratique, entrepôts et commerces ont différents taux de nuisance.  Une demande pour suspendre le projet a été déposée, le but étant d’en discuter au préalable.

Cela fait plusieurs mois que la mairie de Paris hausse le ton contre les dark stores. D’après les autorités compétentes, ces dépôts ne respectent pas les réglementations en matière d’urbanisme. Les riverains se plaignent des nuisances générées par les va-et-vient des livreurs. En juin, la mairie a annoncé vouloir infliger des pénalités contre les grands acteurs de la livraison.