Le film de science-fiction de Steven Spielber pourrait devenir réalité d’ici quinze ans.

Selon la société Neuralink, fondée par Elon Musk et Max Hodak, la technologie actuelle pourrait nous permettre de recréer des espèces se rapprochant de celles des dinosaures.

Au nom de la préservation des espèces, pourquoi ne pas en créer de nouvelles ?

L’idée a de quoi séduire, mais reste néanmoins bien loin de devenir réalité. D’une part, le cofondateur de Neuralink, Max Hodak, explique qu’il faudrait une quinzaine d’années de recherches scientifiques pour espérer arriver à créer de nouvelles espèces similaires, d’autre part la législation actuelle ne permet pas de savoir si l’idée est légale. Il y a une différence de taille entre mettre en scène et réaliser un film sur les dinosaures et avoir l’ambition de créer un parc d’attractions bien réel. Même si de nos jours la réalité a tendance à dépasser la fiction, avec Space X capable de ramener des fusées envoyées dans l’espace sur terre ou la reconnaissance vocale qui s’immisce dans nos vies privées, certaines limites restent encore infranchissables.

Néanmoins, Max Hodak, un chercheur en intelligence artificielle et cofondateur de Neuralink, avec Elon Musk, affirme qu’une quinzaine d’années de recherches nous sépare d’une nouvelle ère où humains et dinosaures seraient réunis. Il a écrit sur Twitter que sa société dispose des connaissances scientifiques nécessaires à l’ouverture d’un parc à l’effigie de ces créatures, en indiquant toutefois que ce ne serait pas les dinosaures d’origine, mais de nouvelles espèces super-exotiques.

Neuralink est une start-up américaine située à San Francisco qui a pour objectif de développer des implants cérébraux d’interfaces neuronales directes. En 2020, Neuralink a présenté une truie nommée Gertrude possédant une puce implantée dans le cerveau et transmettant ses signaux neurologiques. Le 9 avril 2021, la société a diffusé une vidéo d’un singe jouant au jeu Pong par la pensée.

Lire aussi :
Les convertisseurs audio YouTube vont-ils disparaître ?

Je ne sais pas vous, mais je ne suis pas convaincu que ce soit une bonne idée.

À suivre

Gwen