Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Test | Rocket League – Nintendo Switch – Un portage acceptable
rocket league

Test | Rocket League – Nintendo Switch – Un portage acceptable

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

Fred l’avait testé sur XBOX ONE, moi sur PS4 en long et en large pour vous et voici que Rocket League débarque sur Nintendo Switch. Entre plaisir, frustration et rétine qui pique.

Une après-midi avec Super Mario Odyssey sur Nintendo Switch

Rocket League, pour ceux qui ne connaissent pas est un jeu où vous pilotez une voiture dans une arène et où vous devez taper dans une grande balle pour marquer des goals. Sorti il y a 2 ans sur PS4 tout d’abord avant de s’inviter sur XBOX ONE, son succès fut et est toujours aussi immense qu’inattendu. Principalement grâce à une communauté online immense qui a participé à son succès. Parce que Rocket League c’est du fun entre potes, un peu d’adresse, pas mal de chances pour des heures d’amusement. Je ne vais pas ici vous refaire un test complet. Pour ça vous pouvez vous référer à mon test de la version PS4 ou à celui de Fred sur la version XBOX ONE.

Big N oblige, Mario et Luigi sont de la partie

Rocket League – Un jeu idéal pour la Switch graphiquement 

Axé multijoueur et online, Rocket League aurait clairement pu être un jeu destiné à la Switch. Malheureusement de prime abord, on ne peut pas dire que le potentiel de la console ait été utilisé. Le jeu est globalement joli et est hyper fluide même en mode online mais quand on le compare à Mario ou autre, on se dit que la console peut beaucoup mieux. Par ailleurs, on remarque une grande pixelisation dans les détails. Ceci ne vous empêchera pas de jouer ou même de manquer quoi que ce soit. Il est cependant dommage de voir un résultat qui aurait pu être beaucoup mieux.

Un jeu destiné a une console multijoueurs

Un multijoueur fun mais loin d’être parfait 

Graphismes mis à part, la grande question de ce Rocket League, surtout pour ceux qui l’ont déjà sur une autre console était de savoir si le caractère portable amenait quelque chose, surtout au multijoueur. En mode local, rien à dire bien évidemment, c’est toujours aussi fun. Cependant, la résolution et l’écran splitté rendent les menus à peine lisibles. Ça pique solidement aux yeux pour déchiffrer.  Autant vous dire qu’il est inutile d’essayer de jouer à deux sur l’écran en dehors du dock, ce n’est pas pratique pour un sou.

Ça pique sérieusement les yeux parfois

Vient alors le online en multijoueur. Là j’aime autant vous dire que c’est loin d’être parfait. Je ne sais pas si nous avons manqué de bol lors de notre test mais les serveurs se sont avérés être à la ramasse. Ce qui donne lieu à des lags de 2-3 secondes à la suite desquels vous observez tout ce qui se passe en mode hyper accéléré. Vraiment rageant surtout pour un jeu aussi dynamique nécessitant vitesse et chance à la fois. Enfin, on ne peut passer sous silence ce qui est pour moi une totale incohérence. Bien que je comprenne que jouer en ligne nécessite un identifiant pour enregistrer ses records… pourquoi donc avoir obligé les joueurs à avoir une compte Nintendo afin de pouvoir jouer contre d’autres. Pour un jeu auquel les enfants doivent pouvoir jouer tranquillement entre eux, je trouve cela assez triste, ceux-ci ne se rappelleront pas forcément de leur compte créé par leurs parents.

J'ai aimé

  • Multi local toujours aussi jouissif
  • Pouvoir jouer partout
  • Le prix

Je n'ai pas aimé

  • Les graphismes
  • L'aliasing
  • Les serveurs à la ramasse
  • Impossible de jouer avec un invité online
ocket League, pour ceux…

Résumé des scores

Gameplay
Multijoueur
Graphismes

Pas parfait

Un portage qui ravira ceux qui ne l'ont pas encore mais qu'on préfère sur PS4 et XBOX ONE

Revue de presse

 14/20

Gamekult

 –/20

Gamergen

 15/20

JV.com

 –/20

Gameblog

Conclusions hâtives de l’ami Arnaud

Rocket League sur Nintendo Switch reste hyper fun et hyper fluide. Malheureusement, on aurait apprécié des graphismes plus nets (à la hauteur de la console), des serveurs plus efficaces (ou stables) et surtout la possibilité de jouer avec un « invité » en ligne. Cette version s’adresse donc essentiellement aux joueurs qui ne l’ont pas encore sur une autre console ou à ceux qui tiennent absolument à pouvoir jouer partout.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à visiter le site officiel.

À très bientôt sur Sitegeek.

Arnaud

testUAMA1_vectorized

Des voitures et une balle

Rocket League – Nintendo Switch
DéveloppeursPsyonix
EditeurPsyonix
PlateformeNintendo Switch
Date de sortie14/11/2017
GenreAction, Sport

Bande-annonce :

Galerie :

A propos Arnaud

Fan de football, de jeux de voiture, de gadgets (de préférence avec une pomme) mais aussi de bières, de whisky, de jeux de plateforme et beat’em all, touche a tout par excellence qui essaie de trouver du temps pour travailler au milieu de tout ça.

Voir aussi

sonic forces

Test – Sonic Forces – Xbox One – Un retour en demi teinte pour le hérisson bleu

Test | Sonic Forces - On l'attendait de pied ferme et le hérisson bleu n'arrive pas a convaincre entièrement malgré une expérience agréable pour les fans

Test | Wolfenstein II – Xbox One – Heil MachineGames

Test | Wolfenstein II - The New Colossus remet une fois de plus Blazkowicz en scène pour notre plus grand plaisir. Les Nazis n'ont qu'à bien se tenir.

2 commentaires

  1. « Je ne sais pas si nous avons manqué de bol lors de notre test mais les serveurs se sont avérés être à la ramasse. » Vous avez clairement manqué de bol.

    « Bien que je comprenne que jouer en ligne nécessite un identifiant pour enregistrer ses records… pourquoi donc avoir obligé les joueurs à avoir une compte Nintendo afin de pouvoir jouer contre d’autres. » Parce qu’il ne faut pas un compte PSN, XBox Live ou Steam ailleurs pour jouer en ligne ? C’est une remarque d’une stupidité affligeante !

    Et, pour votre information, Rocket League est un jeu Unreal Engine 3, pas passé à la version 4 du moteur, la seule nativement compatible avec la Switch. Panic Button a fait une boulot de dingue pour adapter le moteur à la console. Mais, ça, personne n’en parle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *