Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Amnesia : The Dark Descent de champis

Amnesia : The Dark Descent de champis

Être et paraître, voilà deux notions qui ont tendance à nous jouer des tours à nous, les mâles, à l’égo souvent mal placé. À propos d’Amnesia et en dépit de sa réputation, mon “paraître” a eu vite fait de lâcher un « Quoi quest-ce quil y a ? Je le teste votre jeu moi ! » au plus grand dam de mon “être” qui malheureusement devra prendre sur lui pour supporter l’ambiance angoissante de ce titre impitoyable ; avec en plus, sa femme qui lui hurle dessus pour qu’il fasse la vaisselle mais c’est un peu hors contexte… La prochaine fois, je tenterai de réfléchir un peu avant d’agir, ça sera plus prudent, mais en attendant voici le résumé de mon calvaire.

 

Il était une fois un bad trip

Voilà que je me réveille d’un sommeil qui semble avoir duré une éternité. Mon esprit confus peine à me remettre les idées en place et la seule chose dont je me souviens est mon prénom : Daniel. Les lieux ne me sont pas familiers et dégagent une odeur nauséabonde qui m’insupporte au plus haut point. J’ignore précisément pourquoi  mais je sais que je suis en danger. Quelque chose en a après moi ? Quoi ? Je me le demande et ça m’effraie encore plus. Oui c’est instinctif et totalement irrationnel, mais que voulez-vous ? Quand vos trippes vous disent de fuir, vous fuyez !  Je me déplace à travers les pièces crasseuses qui s’offrent à moi et peu à peu ma nervosité s’amplifie, ma respiration devient haletante et mon esprit s’étourdit. Je connais bien ces symptômes et tente de me contrôler mais l’auto-ventilation ne suffit plus et  l’hypothèse d’avoir une crise d’angoisse m’angoisse précisément encore bien davantage. Me voilà embarqué dans une spirale dont je n’ai plus le contrôle, ma vue se trouble et  toutes les perspectives qui s’offrent à moi sont difformes et me donnent le vertige. En pleine crise de tachycardie, chaque battement de cœur me traverse le corps comme un coup de tonnerre m’électrisant sur place.  Combien de temps vais-je supporter ça ? Pourquoi moi ? Qu’est-ce qui se passe ? Mon cerveau n’en peut plus et je suis en train de sombrer dans la folie. Vous, que feriez-vous ?

C’est précisément dans ce genre de retranchement de vos phobies et de votre propre folie  qu’Amnesia va tenter de vous plonger.  J’ignore si c’est votre délire, ou même si c’est celui de qui que soit… mais vous voilà prévenu.  Si vous cherchez des sensations fortes, vous allez être servi. ;-)

2013-10-16_00006-620x350

Mécanismes traumatiques

C’est en vue FPS et accompagné d’une lampe à l’huile qui se videra aussi rapidement que votre portefeuille lors des soldes Steam, que vous aurez à explorer et à traverser les jolies petites pièces qui composent ce magnifique château biélorusse. Enfin quand je dit « jolies » c’est façon de parler…  Le jeu s’appuie sur des mécaniques totalement dépassées qu’on retrouvait dans les jeux PC très rigides d’il y a quelques années. Les plus consoleux d’entre vous risquent d’être totalement déboussolés car c’est bien simple… vous n’avez aucune aide. Les éléments sur lesquels il faut interagir ne sont pas forcément évidents à repérer et j’ai pas mal tourné en rond dans des pièces où on s’en passerait bien… Ce gameplay un peu brut s’accorde parfaitement au jeu et contribue d’une certaine manière à l’ambiance dérangeante du titre.  Est-ce volontaire ? Je me pose la question.

Gatherer

Psychose visuelle dun autre temps

Amnesia ne brille pas par sa technique, c’est un fait. Par contre, l’ambiance lovecraftienne dégagée par les images qui se dressent devant vous est saisissante. Le jeu propose un vrai sentiment de malaise grâce à un savant mélange de distorsions de perspectives, de sons étranges, d’effets de flous. Si vous avez déjà fait un malaise ou une crise d’angoisse, vous risquez d’être davantage dérangé par les effets du jeu criants de vérité. Tout est sombre, crade à un point qu’on en vient à avoir l’impression de sentir l’odeur puante de l’humidité.  L’ambiance ne me plaît pas mais puisque c’était le but, c’est pleinement réussi.

Faut-il préserver sa santé mentale ?

Je ne vous cache pas que je n’ai pas été au bout du jeu… Ce jeu ne me convient pas, je suis content de l’avoir essayé, de savoir de quoi on parle, mais ce n’est définitivement pas mon truc. Pour son petit prix et si vous êtes amateur de sensations fortes, alors il faut absolument l’essayer. La frayeur psychologique savamment orchestrée dans ce jeu est sans comparaison avec ce que j’avais vu jusque là… On ne voit rien, on ne comprend rien et on stresse à mort… Tout est dans la suggestion et dans la mise en scène. Pour ceux que le PC rebute, j’ai reussi à y jouer à la manette très facilement avec un petit programme dont je compte bien vous parler prochainement. Par ailleurs, Amnesia se contente d’une configuration modeste. Vous n’avez donc aucune excuse… ah ah ah (rire machiavélique)

A très bientôt sur SiteGeek

Gwen

A propos Gwen

Passionné de nouvelles technologies | J'aime les jeux vidéo, les séries US, les zombies, les chat, les boulettes et surtout le risotto à la truffe.

Voir aussi

donkey kong country tropical freeze

Test | Donkey Kong Country Tropical Freeze – Simplement indispensable

Test | Donkey Kong Country Tropical Freeze - Nintendo Switch - Un portage parfaitement réalisé et indispensable pour les fans du genre

Ghost of a Tale

Test | Ghost of a Tale – PC – Une souris et ça démarre

Test | Parfois, pour accomplir de grandes choses, il suffit simplement d'une sacrée dose de détermination. C'est le cas de Tilo, la souris à l'affiche de Ghost of a Tale, mais aussi de son développeur qui a conçu le jeu quasi seul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *