Déjà des accidents survenus avec le nouveau Switch Sports.

Pour les deux au fond qui ne suivent pas, Nintendo Switch Sports est la suite spirituelle de Wii Sports, sorti à l’époque sur Wii. À peine disponible, le jeu est déjà un hit, il est notamment en tête des ventes au Royaume-Uni. Néanmoins, nous n’avons pas attendu longtemps pour assister aux premiers dérapages liés au jeu.

Nintendo Switch Sports, la suite spirituelle de Wii Sports

Vu le concept du Switch Sports, il semble que les accidents soient inévitables. Ainsi, à peine un jour après la sortie du jeu, le streameur 63man a cassé sa télé en jouant un match de tennis. Le lancer de contrôleur, c’est un réflexe que nous avons surement tous développé durant l’ère Wii. Envoyer la wiimote dans le mur ou direct sur l’écran était monnaie courante.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Wii Sports était un jeu basé sur la détection de mouvements. On pouvait pratiquer le tennis, le bowling, la boxe, le golf et le baseball. Wii Sports servait de vitrine à la console de Nintendo, il s’est d’ailleurs écoulé à plus de 80 millions d’exemplaires.

Quinze ans après Wii Sports, nous avons droit à son fidèle héritier Nintendo Switch Sports. Ce dernier reprend le concept de son aîné. Avec les Joy-Cons, on joue au foot, au tennis, on pratique le badminton et le volley-ball, on fait du bowling et du chambara. Le golf est prévu dans une prochaine mise à jour. Toutes ces disciplines sont praticables seules ou à plusieurs, en local ou en ligne. Nintendo Switch Sports promet déjà des soirées mémorables.

Qui dit successeur, dit également réapparition des accidents malheureux. Vous pouvez regarder 63man briser son écran par mégarde sur son Twitch. Nintendo Switch Sports est bien parti pour connaître un beau succès, d’autant plus que la version physique est accessible à un prix très intéressant chez certains revendeurs. Mais le jeu sera-t-il capable de battre les chiffres de vente de son prédécesseur ? Rien n’est moins sûr, Wii Sports étant l’un des jeux les plus vendus de tous les temps.