Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Test | My Hero One’s Justice – PS4 – Du fan service en veux-tu…
My Hero One's Justice

Test | My Hero One’s Justice – PS4 – Du fan service en veux-tu…

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

Ce qui est cool avec les adaptations de mangas et animes, c’est qu’ils permettent aux néophytes de découvrir l’oeuvre via un autre média. Enfin, sauf pour My Hero One’s Justice, qui s’adresse exclusivement aux fans…

Un après-midi avec My Hero One’s Justice sur PS4

C’est la première fois qu’il m’est donné de tester un jeu adapté d’un manga que je n’ai pas lu (ou vu). En effet, malgré toute la hype, My Hero Academia ne m’a jamais tenté. Et je dois dire que la version vidéoludique ne m’incite pas plus à le découvrir. Dommage, car l’idée de reprendre les codes du super héros dans un manga me paraît ingénieuse et pertinente à une époque où la pop culture de masse ne jure plus que par les collants et les super pouvoirs. Reste que My Hero One’s Justice ne cherche pas à séduire la masse mais à rameuter les nombreux fans du média d’origine. C’est du moins le constat que je pose après quelques heures de jeu moyennement fun. Explications.

My Hero One's Justice
Des collants kitsch et des pouvoirs… que demande le peuple ?

My Hero : Intermediate Ninja Storm

En visionnant les bandes-annonces (et Bandai Namco oblige), j’ai rapidement constaté que My Hero One’s Justice s’inspirait d’un des meilleurs jeux dans sa catégorie : la série Ultimate Ninja Storm de Naruto. Pas tant dans le gameplay que dans la volonté de proposer un combat en arène 3D avec des mécanismes extrêmement simples. Si simples d’ailleurs qu’on s’interroge sur l’existence d’un mode automatique permettant d’enchaîner les combos automatiquement. Après tout, il suffit de marteler les touches carré, triangle et rond pour exploser l’écran à coups d’effets divers et variés. Par contre, là où la série Ultimate s’est étoffée au fil des ans pour incruster une tonne d’éléments subtils dans son gameplay, My Hero One’s Justice accuse une dizaine d’années de retard. Simple (voire simpliste), le gameplay s’avère bien trop sommaire, malgré les quelques idées glanées ailleurs, comme les deux personnages de soutien en plein combat.

Reste que dès les premières minutes, on prend un certain plaisir à enchaîner les coups, dont se dégage une sensation de puissance exquise. D’autant que les personnages disposent vraiment d’attaques propres (même si ça n’a pas beaucoup d’impact sur le gameplay), si bien qu’on a envie de tous les tester pour trouver son champion. Celui-ci dispose d’une attaque spéciale et d’une ultra aux animations plus ou moins époustouflantes selon le héros/vilain choisi. En remplissant complètement ses jauges d’énergie, on peut même enclencher une attaque ultra à trois superbe. Bref, du combat en 3D très classique assez jouissif sur quelques heures. Après, on se lasse car le jeu n’offre aucun challenge et ne fait pas le poids face à la concurrence pour du PvP.

My Hero One's Justice
Les attaques ultra sont souvent superbes

Pour ne rien gâcher, le jeu propose une quinzaine d’arènes destructibles, même si celles-ci se limitent à des scripts donnant lieu à des situations cocasses. Je pense à cette pauvre petite table qui a explosé sur place quand mon perso lui a marché dessus… Mais l’on pourrait facilement s’accommoder de ce genre de détails si au moins la caméra faisait le job. Or, celle-ci est verrouillée sur l’ennemi et virevolte dans tous les sens sans rien nous demander. Les combats donnent donc rapidement le tournis et manquent de lisibilité.

My Hero One's Justice
Elle a l’air cool la caméra, non ? Sauf que moi, je suis le perso derrière le pilier…

Comme un comic book

Je n’ai pas trop suivi la communication autour de My Hero One’s Justice (d’ailleurs, je ne suis plus trop la com’ JV tout court). Par contre, les quelques images que j’avais aperçues en amont de la sortie n’étaient pas pour me rassurer. J’avais l’impression d’un énorme bond graphique en arrière. Or, ne vous fiez pas aux captures d’écran (même les miennes !), elles ne rendent pas justice au jeu. My Hero One’s Justice est loin d’être moche. Ce n’est pas une claque visuelle non plus mais le jeu retranscrit parfaitement la direction artistique de l’oeuvre de base. Du bon cel-shading bien lisse (trop lisse ?) qui multiplie de superbes (et parfois illisibles) animations. Pour couronner le tout, les combats explosent à coups de BOUM, BAM et autres onomatopées tirées du monde de la bande-dessinée.

My Hero One's Justice
Badaboum !

Techniquement, en revanche, on reste dans la moyenne très très moyenne. Disons gentiment que My Hero One’s Justice répond aux critères esthétiques standards qu’on peut attendre d’un tel jeu. Encore une fois, on ne peut s’empêcher de comparer avec un Ultimate Ninja Storm 4 qui proposait une palette graphique beaucoup plus subtile, avec des jeux d’ombre et de lumière maîtrisés. Ici, tout semble plus plat et creux. Au son, rien de particulier à relever non plus. Les doublages respectent la plus pure tradition du shônen, tandis que la musique n’occupera probablement pas vos esprits une fois la console éteinte.

My Hero One's Justice
Direction artistique respectée, mais quelque chose de très creux dans les graphismes

C’est des héros contre des vilains

Comme souvent avec ce type de jeux, My Hero One’s  Justice s’adresse aux fans de l’oeuvre de Kôhei Horkioshi. Et c’est dommage, car ce genre d’adaptations – en particulier la première – peut servir de porte d’entrée dans un univers inédit. J’aurais adoré suivre la trame du manga dans ce jeu et ressentir l’envie d’en découvrir plus. Que nenni ! Ce mode Histoire est incompréhensible, déjà parce qu’il ne commence pas au commencement, mais en plus parce qu’il se limite à une succession de planches BD et de quelques rares cinématiques expédiées. Difficile donc de s’y retrouver en l’absence de contexte et d’informations un peu plus consistantes.

My Hero One's Justice
Quand tu t’ennuies dans My Hero One’s Justice

Même les fans risquent de grincer des dents devant un traitement aussi bancal (là encore, je repense aux Ultimate Ninja Storm bien plus aboutis en la matière). Ils devront se rabattre sur un mode Missions dispensable et des tas de trucs à collectionner pour personnaliser son avatar ou les personnages du jeu. Du fan service de bas étage, pas engageant pour un sou.

My Hero One's Justice
Cool, y a même un mode galerie pour revoir les cutscenes incompréhensibles du scénario…

J'ai aimé

  • Combats simples et super fun...
  • Direction artistique fidèle
  • Animations fluides et jolies
  • Décors destructibles
  • Des trucs à collectionner...

J'ai pas aimé

  • ... dont on fait assez vite le tour
  • Une caméra qui filme tout sauf le joueur
  • Peu de personnages
  • Techniquement moyen
  • ... pour ceux qui ont le temps/l'envie

Résumé des scores

Graphismes
Jouabilité
Bande son
Durée de vie
Scénario

Faudra attendre My Hero Two Justice

Sans surprise, My Hero One’s Justice est un jeu lambda adapté d’un manga populaire pour générer de l’argent. Quel gâchis, sachant que cette motivation peut (et devrait !) s’accompagner d’un travail inspiré et de qualité. Ce qui ne veut pas dire que le jeu soit mauvais. Il est juste extrêmement moyen, dans le sens où il ne réinvente rien et se contente de reprendre le minimum de ce qui se fait de mieux dans son genre. Si les combats s’avèrent très fun, malgré une caméra peu coopérative, et si la direction artistique et les animations renvoient à l’oeuvre d’origine, My Hero One’s Justice ne rend pas justice (#JeSuisUnPoète) au manga/anime. La faute à un mode Histoire qui aurait pu inciter les non-initiés à s’y intéresser davantage mais qui les largue complètement, et à un contenu qui est loin de faire rêver. À conseiller éventuellement aux fans, même s’il faudra probablement attendre un second jet pour un titre à la hauteur de leurs attentes.

Plus d’infos sur le site officiel de My Hero One’s Justice.

À très bientôt sur Sitegeek.

Musa

testUAMA1_vectorized

Un anime que je connais pas


My Hero: One's Justice
Développeurs BANDAI NAMCO Entertainment
Editeur BANDAI NAMCO Entertainment 
Date de sortie 26 October 2018
Prix 49,99

 Achetez le sur :
 
Amazon
Boulanger
Priceminister
 

Bande-annonce :

Galerie :

A propos Musa

J'aime tout mais je suis difficile. Voilà qui me résume bien. Littérature, cinéma, jeux vidéo, séries, animés, comics, mangas, jeu de rôle papier, etc. Ce qui compte pour moi, c'est de distinguer ce que j'aime de ce qui est bon ou mauvais. Car non Einstein, tout n'est pas relatif !

Voir aussi

cthulhu

Test | Call of Cthulhu – PS4 – Sombrez dans la folie !

Test | Call of Cthulhu - PS4 - l'oeuvre de Lovecraft est de nouveau mise sur le devant de la scène mais dans le monde du jeu vidéo !

life is strange 2

Test | Life is Strange 2 – Épisode 1 – Xbox One – Une histoire de frères

Test | Life is Strange 2 - Xbox One - Suivez les aventures de 2 frères, Sean et Daniel dans ce deuxième épisode et découvrez quels mystères les entourent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.