Si vous aimez les rogue-like, les jeux en coop et l’univers de Zelda, vous êtes au bon endroit. Team 17 vous propose Rogue Heroes : Ruins of Tasos sur PC (Steam) et Nintendo Switch. Après de nombreuses heures sur les deux versions, on vous donne notre avis !

Prends donc un pitch

Pour faire simple, Rogue Heroes Ruins of Tasos vous emmène à Intori, votre petit village natal en pleine expansion. Une expansion que vous serez amené à gérer au fur et à mesure que vous terminerez les donjons générés de manière totalement procédurale. Le challenge est clairement au rendez-vous puisque, comme dans le très connu The Binding of Isaac, impossible de quitter une salle tant qu’elle ne sera pas nettoyée de tous les ennemis qui la peuplent. De plus, quelques petites énigmes additionnelles sont de la partie histoire de vous faire gagner quelques cailloux ou autres clés. Il vous faudra terminer 4 donjons qui renferment chacun un boss qui aura son propre pattern. Une fois les 4 créatures vaincues, vous aurez accès au boss de fin de jeu .. Accrochez-vous !

Le côté Rogue qu’on aime tant

Lors de chaque run, vous collecterez deux types de ressources : des pièces jaunes et des gemmes. Les premières pourront être dépensées uniquement durant vos explorations de donjons pour déverrouiller des coffres contenant masse de gemmes. Les donjons s’étendent sur 3 étages et les coffres renferment de plus en plus de cailloux au fur et à mesure que vous vous enfoncerez. Ainsi, un coffre du premier étage pourra contenir 250 gemmes contre une vingtaine de pièces jaunes. Alors qu’au dernier étage, vous devrez certes débourser près de 50 pièces, mais vous gagnerez bien plus de gemmes.

Les gemmes dans Rogue Heroes Ruins of Tsasos

Lootage de gemmes !

Et les gemmes, vous pourrez les dépenser pour le bon développement d’Intori. Vous allez pouvoir construire des habitations, des commerces, une ferme… Un ensemble de bâtiments qui vous permettront d’améliorer vos compétences. Par exemple, vous irez à la salle de sport pour échanger des gemmes afin de gagner en endurance ou en vitesse de récupération. Une forge est également de la partie pour augmenter vos dégâts, vos chances de coups critiques ou votre vitesse d’attaque. Il existe également un système de classe que vous débloquerez au fur et à mesure. Chaque personnage possède ses propres atouts comme le chevalier qui tapera ultra fort et sera capable d’encaisser plus d’attaques mais qui sera assez lent. Ou encore un mage qui, vous vous en doutez, sera rincé niveau magie et enverra des sorts qui font extrêmement mal.

Rogue Heroes : Ruins of Tasos en mode multi coopératif

Un des points les plus importants de Rogue Heroes : Ruins of Tasos, c’est clairement son aspect coop. Vous pouvez explorer les paysages de Tasos avec 3 amis et pour ainsi dire, vous roulerez presque sur les donjons. Vous aurez la possibilité de protéger vos ennemis qui auront choisi une classe d’attaque à distance si vous incarnez un chevalier assez tanky. Et si l’un d’entre vous meurt, vous pourrez ramener son crâne jusqu’à un autel prévu pour le réanimer et ainsi continuer votre progression dans le donjon. Attention toutefois que chaque autel ne pourra être utilisé qu’une seule fois. Veillez donc à ne pas mourir en boucle.

Chacun de vous gagnera le même nombre de gemmes, ce qui vous permettra de développer Intori ensemble. Et pas de panique si vous comptez y jouer également seul, vos achats en multi seront comptabilisés dans votre partie solo. Notez que le jeu en solo se verra plus dur. Le nombre d’ennemis restera inchangé donc il vous faudra vous armer de patience.

Intori dans Rogue Heroes Ruins of Tsasos

Le village d’Intori

Des gros pixels dans Rogue Heroes : Ruins of Tasos

Ce qui a fait que je ne me suis aussi rapidement intéressé à ce Rogue Heroe Ruins of Tasos, ce sont ses graphismes. Du pixel, en veux-tu, en voilà. Vous allez finir par me connaître, mais c’est ce qui peut clairement me faire craquer pour un jeu. Et en plus de tout ça, j’ai l’impression de replonger dans un bon vieux Zelda old-school. Aussi bien par son aspect visuel que par son gameplay mais ça, on y reviendra plus bas. Les graphismes sont très soignés, que ce soit sur PC ou sur Nintendo Switch. J’ai dans un premier temps testé la version Steam et bien évidemment, ce genre de jeux n’est absolument pas gourmand et tournera sur n’importe quelle config’. Et puisqu’un dessin vaut mieux qu’un long discours, je vous montre tout ça.

Boss du premier donjon

Un premier boss plein de pixels

Un gameplay très inspiré

Je ne pense pas que Team17 s’en cache : les opus old gen de Zelda ont été une inspiration. Et pourquoi s’en priver quand on sait à quel point ils plaisent aux joueurs ? J’ai 3 neveux de moins de 12 ans qui kiffent littéralement ces anciens jeux comme A Link ot the Past, Link’s Awakening ou encore Oracle of Seasons. Ils sont tout aussi fans de ces “vieux jeux” que des nouveaux.

Lire aussi :
Test | Super Mario Odyssey - Nintendo Switch - Big N en état de grâce

Toute cette inspiration se ressent énormément au niveau du gameplay. Que ce soit dans les items comme le boomerang, l’arc, la baguette ou la lanterne. Mais également dans les énigmes qui vous demanderont de vous “creuser les méninges”. J’utilise des guillemets parce que malheureusement, j’ai eu à plusieurs reprises une impression de déjà vu. Je m’explique : les énigmes sont chouettes, mais ont une fâcheuse tendance à se ressembler. Après, ça n’est pas venu entacher mon expérience puisque ce n’est pas un élément principal. On préfèrera nettoyer une salle de tous ses ennemis et d’ensuite, résoudre l’énigme rapidement pour récupérer la clé cachée. L’attrait principal dans Rogue Heroes : Ruins of Tasos reste le dézingage de squelettes, mufles, slimes ou encore gros rats et le loot de gemmes.

Un petit coté Stardew Valley

Rassurez-vous, rien d’aussi compliqué que sur Stardew. Vous aurez la possibilité d’investir vos gemmes dans une ferme dans laquelle vous pourrez mettre des légumes en plantation afin de les échanger contre des pièces jaunes qui vous permettront de déverrouiller quelques coffres dès votre prochain donjon.

Un bestiaire assez complet

Une autre particularité de Rogue Heroes : Ruins of Tasos réside dans son bestiaire. Il est assez varié, ainsi vous rencontrerez des slimes qui se divisent en deux et encore en deux au fur et à mesure que vous les taperez, des chauves-souris, des rats, des squelettes, d’énormes verts, des géants de boue… Vous serez équipé d’un livre avec lequel il vous faudra éliminer une première fois un ennemi pour qu’il soit répertorié dans votre bestiaire. Ensuite, une jauge vous indiquera combien en exterminer à l’épée ou autre avant de finalement en tuer un dernier à l’aide de votre bouquin pour littéralement maîtriser vos connaissances en la matière. Cela ne semble pas apporter quelque chose de spécifique au jeu, mais c’est un petit plus que les fanas de la complétion à 100 % apprécieront.

Le fameux bestiaire

La maîtrise est la clé !

Pour conclure sur Rogue Heroes Ruins of Tasos

C’est un grand OUI pour ma part. Tant par son gamelay ou son aspect visuel, je suis sous le charme. J’ai toujours été fan de l’univers Zelda depuis mon plus jeune âge, ça a littéralement bercé mon enfance comme bon nombre d’entre vous. J’ai clairement l’impression de replonger dans une version récente d’un vieux jeu qui m’a tant plus durant mon enfance. Pouvoir y jouer avec des amis ajoute un réel plus à l’expérience puisque l’entraide sera alors centrale à votre progression. Et pour couronner le tout, il est disponible sur PC et Nintendo Switch au prix de 20 €. Sachant que vous allez devoir farmer quelques heures, il sera très vite rentabiliser. Bref, si vous aimez les pixels et l’univers Zelda, Rogue Heroes Ruins of Tasos est fait pour vous.

Lire aussi :
Avis - Forza Horizon 3 - Gamescom 2016

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site de Team17. Et pour d’autres tests de jeux vidéo, on se capte sur Sitegeek !

À bientôt

Martin