Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Rust – La rouste de l’année
Rust – La rouste de l’année

Rust – La rouste de l’année

Sommaire :

Rust – La rouste de l’année

Alors que j’avais une vie remplie, une petite femme et un bon boulot, tout est parti en vrille sans la moindre explication. Ça a commencé un matin comme aucun autre, où je me suis réveillé à poil dans la nature et en pleine nuit. J’ai d’abord cru rêver mais la famine, le froid et un affreux mal de crâne étaient présents pour confirmer la réalité de mon triste sort. J’ignore « où » et « quand » je me trouve et comment j’en suis arrivé là. C’est le bordel dans ma tête, les cris et coups de feu que j’entends au loin me glacent le sang. Dans quoi me suis-je encore fourré ? Je suis en plein cauchemar ! Instinctivement, je pars me réfugier derrière des rochers et même si je tourne de l’œil, à l’aide d’un caillou, je parviens à me fabriquer un abri de fortune pour passer la nuit. Tétanisé par tous ces bruits horribles et d’innombrables questions qui me traversent l’esprit, j’attends que le jour se lève. Espérons que je tienne jusque-là.

Bienvenue dans Rust.

Rust – Une expérience vidéoludique intense

Rust - Chasser pour survivre est indispensable
Rust – Chasser pour survivre est indispensable

Si l’on peut facilement tester, cataloguer, noter et terminer bon nombre de jeux, il y en a d’autres pour lesquels c’est carrément impossible. Rust rentre dans cette catégorie de jeux proposant une expérience vidéoludique personnelle. Comprenez que le jeu est un bac à sable façon Minecraft sans but ni règles où l’histoire dépendra essentiellement de vous et de la façon dont vous vous comportez ; mais aussi des nombreux joueurs se trouvant sur le serveur où vous avez décidé d’établir votre campement.

Contrairement à Minecraft, le jeu est orienté PvP ( Players vs Players ) et l’on se retrouve à partager les lieux avec une centaine de joueurs qui n’hésiteront pas à vous tuer pour vous voler ou simplement par plaisir. Sur Rust, le monde est permanent à l’échelle du serveur et du coup, lorsque vous quittez le jeu, votre personnage plonge dans un profond sommeil tandis que les autres peuvent alors venir vous dépouiller en toute tranquillité … Impossible de savoir dans quel état l’on va retrouver sa progression en revenant du boulot… Je ne vous raconte pas l’angoisse ! Il existe de nombreux stratagèmes, que j’approfondirais au prochain chapitre, permettant de barricader ses installations afin de se protéger au mieux mais rien qui puisse vous garantir à 100% de les retrouver intactes. Très vite on passe de l’addiction à l’obsession, à tel point que l’on vient à penser toute la journée à ce qui pourrait bien se passer sur le serveur durant notre absence. Si par malheur on découvre un soir qu’on a été dépouillé, la frustration est énorme et la pilule difficile à avaler. Tout recommencer ou ragequitter ? Ça dépendra de vous…

Rust - Chasser pour survivre est indispensable
Rust – Chasser pour survivre est indispensable

Rust n’est ni juste ni équilibré et joue en permanence avec nos émotions. On passe du rire à la rage en un clin d’œil et l’on se rend vite compte  que l’on est plongé dans une expérience où nous ne sommes rien d’autre que le cobaye. On le déteste et en même temps on en veut encore… Difficile de mettre des mots précis sur cette expérience intense mais je peux vous assurer qu’elle ne devrait laisser personne indifférent.

Les prochains chapitres concernent les mécaniques de jeu et mes aventures personnelles en compagnie de Trunks dans cet univers incroyable.

N’hésitez pas à réagir car ça fait toujours super plaisir en  mettant un petit like, un commentaire, un tweet.  Je répondrais à toutes vos questions.

Gwen

123

A propos Gwen

Passionné de nouvelles technologies | J'aime les jeux vidéo, les séries US, les zombies, les chat, les boulettes et surtout le risotto à la truffe.

Voir aussi

jurassic world evolution

Test | Jurassic World Evolution – PS4 – La vie trouve toujours son chemin

Test | Jurassic World Evolution - PS4 - Qui ne voudrait pas créer son propre parc à dinosaures ? Frontier nous le permet dans ce nouveau jeu...

Test | Prey Mooncrash – Xbox One – Fly me to the Moon

Test | Prey nous revient avec le DLC Mooncrash et il faut avouer qu'on est quasi face à un nouveau jeu à la hauteur (si pas meilleur) que l'original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.