C’est fou ce qu’on est capable de faire avec la technologie. Les smartphones par exemple, représentent très bien le progrès phénoménal qu’a fait la technologie ces dernières années. Celle-ci continue de faire son petit bonhomme de chemin vu qu’il est maintenant possible de fusionner la virtualité avec le monde réel. C’est avec la réalité augmentée qu’on est maintenant capable de faire ça, et pas besoin d’avoir des machines sophistiquées pour le faire. Mais comment fonctionne la réalité augmentée ? Et à quoi peut-elle servir ? Nous allons tenter d’y répondre.

Qu’est-ce que la réalité augmentée ?

La réalité augmentée est tout simplement une façon de représenter des données virtuelles dans le monde réel. Ces bases de données peuvent être transposées grâce à différents appareils tels que les smartphones et les ordinateurs. Son origine remonte aux années soixante, Horton Heilig inventa un casque qui permet de simuler une scène de la vie de tous les jours comme une balade dans un parc. Cette invention se rapproche beaucoup plus de l’idée de réalité virtuelle, mais elle a été une base pour la création de la réalité augmentée.

Il a fallu attendre les années quatre-vingt pour qu’elle soit enfin inventée. Encore une fois, c’est sous forme de casque que la réalité augmentée a été inventée. Le EyeTap est un casque qui pouvait afficher des images virtuelles juste à proximité de son utilisateur. Malgré le fait que la réalité virtuelle semble très similaire à la réalité augmentée, elles sont beaucoup plus différentes qu’on ne le croit. La grande différence entre la réalité virtuelle et la réalité augmentée c’est que la première ne peut afficher que des images virtuelles à l’aide d’un casque. Tandis que la dernière permet de synchroniser des images virtuelles avec le réel. La réalité augmentée a été largement popularisée par les jeux vidéos, mais elle peut servir à bien d’autres choses.

À quoi peut servir la réalité augmentée ?

L’utilisation de la réalité augmentée ne date pas d’hier. Par contre, il a fallu que le public ait à disposition des appareils comme les smartphones pour qu’elle soit connue du grand public. Cette technologie est le plus souvent associée avec les loisirs et les jeux vidéos. C’est d’ailleurs le très populaire jeu Pokémon Go qui a initié beaucoup de ses joueurs à la réalité augmentée. La réalité augmentée n’a pas de limite concernant les images virtuelles qui peuvent être affichées. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle est utilisée dans différents domaines. Dans le cas du commerce en ligne, elle sert à tester sur soi certains produits comme :

  • les lunettes ;
  • le maquillage.
Lire aussi :
OnePlus Concept One - cachez ces objectifs que je ne saurais voir

Ça ne s’arrête pas là, la réalité augmentée peut aussi être utilisée pour les visites guidées. Elle permet aux visiteurs de nombreux sites historiques de voir à quoi ressemblaient ces sites à une certaine période de temps. Cela permet de s’immerger un peu plus dans l’ambiance de l’époque. Le domaine de la médecine peut lui aussi profiter de ce que la réalité augmentée peut apporter. Elle est utilisée dans ce domaine principalement comme moyen d’apprentissage. Elle permet d’afficher des organes, des os ou des muscles pour mieux expliquer leur fonctionnement.

Comment fonctionne la réalité augmentée ?

Le mode de fonctionnement de la réalité augmentée est assez complexe. Elle ne nécessite pas de machines très puissantes mais elle doit passer par plusieurs étapes pour arriver à un résultat. Le principe de la réalité augmentée est de prendre une image en temps réel et d’y apposer des données en 3D ou en 2D. Pour cela, un programme d’intelligence artificielle va d’abord se charger de traiter l’image. Il va essayer de déterminer la profondeur de la scène ainsi que les distances qu’il y a entre les différents objets qu’elle contient et la caméra.

Il devra aussi déterminer la place que prennent ces différents objets ainsi que leurs surfaces. Ensuite différents programmes peuvent être affichés sur la scène et réajustés pour donner un effet réaliste. Le logiciel devra faire en sorte que le programme affiché puisse se superposer convenablement à la scène. La profondeur l’aidera à déterminer comment placer le programme en fonction des autres éléments de la scène. Les programmes en 2D devront être plaqués sur une surface tandis que les programmes 3D peuvent être affichés un peu partout dans l’espace de la scène.