Pékin souhaite davantage encadrer les algorithmes de TikTok et compagnie.

Le gouvernement chinois est inquiet de l’opacité de leurs géants du numérique. Les responsables du cyberespace ont ainsi partagé des détails dans ce sens, notamment les algorithmes d’Alibaba et de l’application Douyin. Ce dernier est la version chinoise de TikTok.

Le gouvernement chinois plus strict avec le secteur tech

L’administration chinoise du cyberespace a récemment publié une liste détaillant l’utilisation que font les géants de la tech de leurs algorithmes. Par exemple, Alibaba recommande de nouveaux produits en fonction de l’historique de recherche de l’utilisateur.

L’éditeur de TikTok, ByteDance, est également concerné. Pour son application de vidéos courtes Douyin, elle fait des suggestions de contenu en fonction des précédentes utilisations. Depuis mars derniers, les entreprises chinoises dans le numérique sont obligées de valider la conformité de leurs algorithmes auprès des autorités compétentes.

Kyiv, Ukraine – October 1, 2019: Studio shot of hand holding Apple iPhone 8 with TikTok logotype on a screen. Isolated on a vibrant cyan paper background.

Les algorithmes servent à optimiser les business en ligne et l’économie de l’information. Tous les réseaux sociaux en Chine sont concernés par cette intervention de Pékin. L’objectif est d’encadrer les pratiques du secteur et de garder un œil sur les empires de la tech.

Plusieurs mastodontes ont été épinglés dans le cadre de l’opération. Les points soulevés sont : l’utilisation des données personnelles, la concurrence et le droit des utilisateurs. Bien entendu, certaines entreprises ont été sanctionnées pour mauvaises pratiques. C’est notamment le cas de Didi, leader de la réservation avec chauffeur. La firme a écopé d’une amende de 1,2 milliard d’euros. Elle est accusée d’infraction en matière de données personnelles.

La liberté limitée en Chine a poussé les grandes entreprises occidentales à quitter progressivement le marché. Récemment, l’américain Yahoo ou encore LinkedIn ont décidé de se retirer du marché chinois. Les restrictions touchant le secteur numérique sont une des raisons évoquées à ces départs.