Encore des logiciels malveillants détectés par l’ESET, mais cette fois, ils s’attaquent aux personnes jouant sur des plateformes de jeux multijoueurs.

Décidément, rien n’est calme sur le web récemment ! Après l’abandon d’une équipe de hackers russes et leurs excuses, mais aussi la découverte d’un nouveau virus en phase de test par l’ESET, c’est maintenant les jeux multijoueurs qui sont visés par un groupe de hackers. Qui, où et pourquoi ? Faisons rapidement le tour de cette nouvelle cyberattaque.

Une infiltration pour voler des devises

En Asie, le groupe de hackers nommé Winnti a repris du service, après avoir ciblé des universités pendant les manifestations de février dernier. Et cette fois, c’est à l’univers de jeu vidéo qu’ils s’en prennent, en ciblant des jeux multijoueurs, afin d’infiltrer un logiciel malveillant dans l’ordinateur des joueurs, pour récupérer certaines données et voler des devises. Par ailleurs, l’un des serveurs piratés avait été totalement contrôlé par les hackers pendant un certain temps. Cela a permis aux pirates d’implanter directement le virus dans l’ordinateur, sans avoir affaire au pare-feu.

piratage jeux en ligne

Le groupe de hackers Wiinti cible à présent l’univers des jeux multijoueurs en ligne

Heureusement, les chercheurs de l’ESET, une société de sécurité, ont pu découvrir l’un des logiciels malveillants, nommé PipeMon, et ainsi constater le piratage.

Wiinti, un groupe déjà connu de l’ESET

Winnti est un groupe de hackers déjà bien connu de la société de sécurité ESET. En effet, en 2017 et 2019, ceux-ci avaient réussi à s’introduire sur les ordinateurs Asus, ainsi que dans le logiciel CCleaner. Cela avait fait parlé d’eux, et contribué à les faire connaître.

Lire aussi :
Attention, arnaque en masse chez Netflix !

Aussi, il faut savoir que, dans le domaine du jeu vidéo, Winnti n’en est pas à sa première attaque. Et, étrangement, le groupe de hacker semble continuer à se concentrer presque exclusivement dessus depuis un certain temps, et viser les éditeurs de jeux vidéos. Et plus notamment ceux basés en Corée du Sud, et dans toute l’Asie en général.

Une affaire, encore une fois, à suivre.

Mais que pensez-vous de ce groupe de hackers et de leurs techniques, mais aussi de la hausse de tentative de hacking ces dernières années ?

À très bientôt sur Sitegeek

Gwen