Signal, une messagerie sécurisée, a récemment voulu lancer une campagne publicitaire énorme sur Instagram, grâce au système de publicité ciblée de cette application.

Vous le savez, Facebook et Instagram utilisent vos données personnelles afin de vous fournir des publicités ciblées, mais pas que, puisque le géant revend également des informations. Et c’est cela que Signal a voulu utiliser pour faire une énorme campagne publicitaire.

Une publicité avec les données personnelles des utilisateurs

« Vous voyez cette publicité, car vous êtes un professeur de Pilates qui vient de se marier et vous adorez les dessins animés. Cette publicité a utilisé votre localisation pour savoir que vous venez de La Jolla (San Diego). Vous aimez les blogs sur la parentalité et vous pensez à adopter en tant que couple LGBTQ. »

Voilà un des modèles que la messagerie sécurisée avait présenté. Celle-ci avait ainsi été remplie à l’aide des informations personnelles de la personne, à savoir « professeur de Pilates qui vient de se marier », « les dessins animés », « La Jolla », « les blogs sur la parentalité » et « adopter en tant que couple LGBTQ ».

Voici la publicité affichée pour troller un peu Facebook

Voici la publicité affichée pour troller un peu Facebook

Signal s’explique, Facebook réagit

Mais pourquoi créer une publicité qui s’adapte selon les données personnelles de chacun ? Signal s’explique : « Nous avons créé une annonce ciblée à multiple variante conçue pour vous montrer les données personnelles que Facebook collecte à votre sujet et ensuite revend. L’annonce affiche simplement certaines des informations collectées sur l’utilisateur que la plate-forme de publicité utilise ensuite. Facebook n’a pas du tout apprécié l’idée. »

Lire aussi :
Services payants - On va droit dans le mur ! Mais en 4K ça passe

Une idée brillante qui n’a malheureusement pas vu le jour. En effet, Facebook a décidé de désactiver le compte de l’application de messagerie privée Signal, ce qui l’empêche de pouvoir lancer sa campagne de pub. Néanmoins, cela relance la question de la vie privée, mais aussi de la revente d’informations privées qui sont collectées par les réseaux sociaux de manière générale, mais particulièrement Facebook.