En cette année 2020, le record de la journée la plus courte a été battu plusieurs fois.

Si vous étiez pressé de tourner la page de 2020, c’est aussi le cas de notre planète. Les scientifiques ont observé à plusieurs reprises que la terre a tourné plus rapidement sur elle-même que d’habitude. Rassurez-vous, c’est un phénomène naturel et il ne se mesure qu’en toute petite milliseconde. La conséquence de cela est que le monde scientifique s’interroge sur la nécessité de retirer une seconde à 2021 pour compenser.

Terre rotation rapide 2020 avis causes

La Terre a eu une rotation plus rapide en 2020

Un record battu 28 fois en 2020 !

Les 28 jours les plus rapides jamais enregistrés depuis 1960 et les premières mesures scientifiques se sont tous déroulés en 2020. Notre planète effectuant ses révolutions autour de son axe plus rapidement que la moyenne. Ce phénomène n’est pas particulièrement alarmant, la vitesse de rotation de notre planète varie légèrement constamment. Les raisons principales à cela sont les variations du vent, des grands courants océaniques, de la pression atmosphérique et du mouvement du noyau.

Ces journées plus courtes posent surtout problème au niveau des horloges atomiques ultra-précises pour mesurer l’UTC ou temps universel coordonné avec lequel nous réglons nos montres. Lorsque l’heure astronomique s’écarte de l’UTC de plus de 0,4 seconde, le temps UTC est ajusté. Jusqu’à présent, ces ajustements ont consisté à ajouter une « seconde intercalaire » à l’année, synchronisant le temps astronomique et le temps atomique.

Mais dans le cas de 2020, la récente accélération de la rotation a amené les scientifiques à parler pour la première fois de retirer une seconde. La durée moyenne d’un jour terrestre est de 86400 secondes, mais un jour astronomique en 2021 sera en moyenne 0,05 milliseconde plus court, ce qui créera à la fin de l’année un décalage de 19 millisecondes par rapport au temps atomique.

Lire aussi :
On peut maintenant détecter des mini trous noirs

Aucune décision n’a encore été prise et le retrait d’une seconde à ses pour et ses contre. C’est le Service International de la Rotation Terrestre et des Systèmes de Référence (IERS) à Paris qui est en charge de déterminer s’il est nécessaire d’ajouter ou de soustraire une seconde intercalaire.