Je suis tombée par hasard sur ce film, Go Karts sur la plateforme de Netflix. Vaut-il le coup de le visionner en famille pendant ce moment de confinement ?
J’ai donc l’occasion de vous faire partager mon ressenti.

Go Karts – Synopsis

Un adolescent de 15 ans nommé Jack a perdu son père et il a plein de souvenirs de lui surtout des Donuts faits en voiture avec celui-ci. Il déménage avec sa mère Christie à Busselton dans une vieille maison avec peu de moyens en poche et leur break d’époque pour prendre un nouveau départ. Casse-cou et fan de vitesse dans l’âme, il se lance à corps perdu dans les courses de karting, une passion qu’il vient de découvrir.

Il demande donc l’aide des ses 2 nouveaux amis Colin, Mandy et d’un ex-pilote de voiture de course grincheux, Patrick, qui devient son mentor. En effet, Patrick met en place un apprentissage spécial comme dans Karaté kid. Ainsi, Jack doit contrôler son imprudence s’il veut gravir les différentes compétitions jusqu’au championnat national dont Dean, son rival arrogant, est le favori.

Bande d’annonce en VF de Go Karts

Fiche technique du film : la distribution, le casting

C’est un film Australien intitulé à l’origine Go ! et non Go Karts. Il est sorti le 13 mars 2020 sur Netflix et dure 1h43. Il est classé dans la catégorie film jeunesse et famille.

SCENARIO ET PRODUCTION

  • Réalisateur : Owen Trevor
  • Scénariste : Steve Worland
  • Producteurs : Jamie Hilton et Sonia Borella

ACTEURS ET ACTRICES

  • William Lodder dans le rôle de Jack, l’acteur principal
  • Anastasia Bampos dans le rôle de Mandy Zeta, douée en mécanique
  • Darius Amarfio-Jefferson dans le rôle de Colin, le meilleur ami de Jack
  • Frances O’Connor dans le rôle de Christie Hooper, la mère de Jack
  • Richard Roxburgh dans le rôle de Patrick, l’entraineur de Jack
  • Dan Willie dans le rôle de Barry, le policier sympathique de la ville
  • Damien de Montemas dans le rôle de Mike Zeta, le père riche de Dean et de Mandy qui possède une équipe de course automobile
  • Cooper Van Grootel dans le rôle de Dean Zeta, le champion de kart tyrannique
Lire aussi :
Services payants - On va droit dans le mur ! Mais en 4K ça passe

Mon avis de cinéphile sur Go Karts

TEEN MOVIE

Netflix cible, ici dans son catalogue, un jeune public aimant le monde de l’automobile. Que ce soit dans un sport ou dans un univers différents avec d’autres personnages, vous avez déjà vu et revu ce genre de film mais voilà une bonne recette bien connue qui marche encore et encore…

En effet, ce film, comme plein d’autres du genre, suit toujours le même modèle avec ses messages similaires. Le cahier des charges du teen movie est bien rempli. Les grandes thématiques sont abordées autour de l’adolescence, de la confiance en soi et dans les autres, du respect, etc. Cependant, le réalisateur pousse intelligemment un peu plus loin la symbolique avec la voiture fantôme à dépasser dans le jeu de console de Jack.

Ici, le scénario tourne autour d’une relation, dans une ambiance bienveillante, entre un jeune pilote intrépide, novice en conduite de kart et un vieux mentor bourru ex-champion de voiture de course. Il est complété par une histoire d’amour d’adolescents à la Roméo et Juliette. Tout y est : Le meilleur ami fidèle, la mère compréhensive, la fille douée et petite amie, le héros intrépide au grand coeur, le mentor renfermé, l’adversaire tyrannique…

SCENARIO BIEN HUILE

Ce premier film, réalisé par Owen Trevor, met en application son expérience acquise sur ses tournages des épisodes de Top Gear. Il ne tombe pas dans les travers d’un montage centré essentiellement sur la sensation de vitesse ou sur un scénario nerveux propre aux films de courses d’engins motorisés mais il s’attache à faire vivre ses personnages, même s’ils restent  dans l’ensemble caricaturaux.

Les scènes entre l’élève et son mentor sont d’ailleurs les plus réussies en termes d’autodérision et les plus drôles. Le réalisateur en est conscient et s’en sert pour s’amuser sur des répliques ou des actions reprises dans des vieux films mythiques comme le style particulier pour entraîner son apprenti ou le discours pré-course de l’entraîneur à son athlète… Le casque et la combinaison font référence aux débuts de la carrière d’Ayrton Senna, alors pourquoi n’avoir pas poussé ce clin d’oeil jusqu’au bout ?

Lire aussi :
Série Once Upon A Time - Avis sur les saison 1 2 et 3

Go Karts

Pour ses débuts en tant qu’acteur au cinéma, William Lodder se fait remarquer positivement en incarnant l’adolescent dans toute sa splendeur, un rôle qui lui va naturellement. William Richard Roxburgh se complaît dans son rôle du propriétaire d’un karting à l’ancienne, bourru et solitaire vivant dans sa caravane.

Owen Trevor nous plonge dans l’univers du dépassement de soi par l’envie de prouver ses valeurs à travers chaque personnage clé : Mandy qui obtient à la fin la reconnaissance de son père, Colin qui vient secourir son ami en faisant face aux bruts qui le harcèlent, Patrick qui sort de son ombre pour devenir entraîneur d’un jeune qui lui rappelle son insouciance, Barry qui dépasse sa timidité maladive devant les femmes, Christie qui accepte que son fils prenne des risques en conduite pour qu’il soit heureux, les Zeta qui veulent être les meilleurs mais reconnaissent finalement leur défaite. Quelle belle morale !

Go Karts

Go Karts en bref

C’est un film divertissant, agréable à regarder en famille mais prévisible. En effet, il se base sur une histoire touchante d’amitié, de famille, de solidarité autour du karting mais il ne brille pas par son originalité et ne se détache pas de ses sosies du genre.

Ne vous inquiétez pas, tout est bien qui finit bien avec une belle morale !

N’hésitez pas à laisser des commentaires pour nous donner votre avis sur ce film…

À très bientôt sur Sitegeek.

Cécile