En politique, comme dans toute relation sociale où l’on discute et s’interroge sur l’actualité du moment, des termes ou expressions peuvent devenir très tendance. Ainsi, depuis quelques mois, le mot « régalien », qui est pourtant utilisé depuis des siècles, revenait dans le discours de beaucoup de personnes concernées par ce qui se passe en France. Depuis quelques semaines déjà, c’est au tour du mot « Wokisme » d’être dans la bouche de bon nombre de nos politiques, quels que soient leurs bords et affiliations. Alors, quelle définition pouvons-nous donner à ce mot à consonance anglo-saxonne ?

La définition du Wokisme

Tout comme l’expression « Black Lives Matter », que l’on a énormément entendue suite au décès dans d’atroces circonstances de Georges Floyd, le mot Wokisme vient tout droit des États-Unis. Si « Black Lives Matter » veut littéralement dire « La vie des Noirs compte », le mot Woke se traduit par « être éveillé » et ce terme anglo-américain représente de nos jours le fait d’être conscient et concerné par les multiples problèmes actuels liés à la justice sociale et l’égalité raciale. Ce qui veut dire que tout comme « Black Lives Matter », utiliser le terme Woke aux États-Unis revient à relancer le débat sur un problème d’exclusion dont souffrent plusieurs races d’hommes et de femmes au sein de la démocratie américaine, et ce, depuis déjà de nombreux siècles. Être éveillé aux diverses discriminations est donc la définition de ce que l’on nomme de nos jours le Wokisme. Et vu que malheureusement il n’y a pas qu’en Amérique que l’on constate la montée en flèche de ces discriminations raciales, il est presque logique que ce terme soit aujourd’hui installé dans le débat politique français.

L’implication du Wokisme dans notre société

Aux États-Unis, le Wokisme est un mouvement où des militants dénoncent un racisme conduisant fréquemment à des violences policières contre des personnes de couleur. Mais ce n’est pas le cas en France, tout du moins pas encore. Sur notre territoire, le Wokisme en est, en effet, à ses balbutiements et ne fait qu’incarner au travers d’un nouveau terme, aussi fort qu’intrigant, les dérives des discriminations sociales et raciales au sein de la société française. Car aujourd’hui, le Wokisme ne concerne pas seulement les discriminations faites à l’encontre des personnes de couleur, mais tout aussi bien celles dont souffrent certaines femmes, les personnes faisant partie de la communauté LGBTQ+ et tous les immigrés en général. Voilà pourquoi le Wokisme est rapidement devenu un sujet de division en plus pour les partis de droite ou de gauche de notre démocratie française. On peut même aujourd’hui affirmer qu’il fait grincer les dents de certains de nos personnages politiques phares.

Pourquoi le Wokisme a tendance à diviser ?

Vu le sujet qu’il exploite, on comprend donc aisément qu’en quelques semaines, le Wokisme à la française ait pu se trouver des partisans comme des détracteurs. Et donc diviser la population sur un sujet supplémentaire, puisqu’il est vrai que le Wokisme est qualifié par certains de ce que l’on nommait avant le « gauchisme ». En effet, les détracteurs du Wokisme, qui sont naturellement orientés vers une politique de droite, et surtout d’extrême droite, voient en ce nouveau terme les mêmes idées appartenant à une certaine gauche radicale, dont ils traitaient les partisans, il y a peu, « d’islamo-gauchistes ». Mais ce n’est pas pour autant que toute la gauche républicaine et ses leaders se réclament du Wokisme, de peur de s’ajouter un boulet duquel ils auraient bien du mal à se défaire s’il le fallait. Alors seuls quelques élus et autres journalistes issus des rangs de la gauche française s’en revendiquent réellement, bien que ce qu’il définit soit dans le cœur de toutes personnes ayant un penchant pour les idées de gauche.

L’intégration du Wokisme dans la Pop Culture

Si nos politiques semblent tout de même frileux à l’idée de s’approprier le terme Wokisme à tort et à travers, ce n’est pas le cas des médias et de certaines personnalités du showbusiness. Et à la surprise générale, le célèbre dictionnaire « Le Robert » a décidé d’inclure ce nouveau mot et sa définition dans sa nouvelle édition de 2022. Mais ce n’est pas tout, car la défense des personnes opprimées par les discriminations raciales et dominées par une injustice sociale due au libéralisme du nouveau monde est présente aujourd’hui dans bon nombre d’œuvres culturelles. Ainsi, on retrouve aujourd’hui le Wokisme dans des œuvres littéraires, musicales ou cinématographiques, mais n’était-ce pas déjà le cas auparavant quand on produisait et mettait en avant des œuvres à caractère engagé ? Que dire de films tels que « 12 years a slave », « Amistad » ou quasiment toute la filmographie du réalisateur Spike Lee ? N’était-ce pas déjà du Wokisme avant l’heure ? La réponse est clairement oui et sans équivoque aucune. Pour finir sur le Wokisme au sein de notre Pop culture, il paraît d’après les dires de certains qui ont pu déjà le visionner, que le nouveau-né de la série « Matrix » serait l’exemple même d’un film prônant le Wokisme à outrance…

L’avance des USA sur le Wokisme

On aura compris qu’aux États-Unis, le Wokisme a largement dépassé le stade qu’on lui connaît en France et en Europe. En effet, on peut même dire que ces dernières années, le Wokisme s’est emparé de l’Amérique, et ce, suite à de trop nombreux décès de personnes de couleur, lâchement assassinées par les forces de l’ordre. Il n’est pas question ici de revenir sur ces horreurs passées, mais juste de mettre en avant comment le Wokisme est devenu une « institution » au pays de la statue de la Liberté. Car toutes celles et ceux se réclamant là-bas du Wokisme et Dieu sait qu’ils sont nombreux, veulent voir s’ériger une nouvelle société, dont les bases seront la race et le genre. Et ce mouvement qui aura bientôt 10 ans, de par l’augmentation d’abus de violences raciales et d’injustices sociales, ne cesse de s’accroître dans tous les états du vaste pays qu’est l’Amérique, alors que ce mot commence à peine à être prononcé dans les autres pays du monde entier. Tout comme son rival le « Q-Anon » complotiste américain qui, lui, prône secrètement un quasi-retour à l’esclavagisme…

Quel avenir pour le Wokisme ?

Alors, le Wokisme, tout comme la « Cancel culture », qui vise à effacer toute trace négative de notre passé, peuvent-ils devenir nuisibles pour la société de demain ? Seul l’avenir nous le dira, en tous cas pour le moment, certains journalistes et éditorialistes le pensent et dénoncent dès à présent les dérives qui peuvent parfois être occasionnées par ces différents mouvements. Car pour eux, la culture Woke et la non-mixité de certaines franges de la population pourraient être un danger pour la République en relevant le niveau de haine entre individus. Bref, tout l’inverse de ce qui était prôné à la base aux États-Unis, où le Wokisme n’a aucunement été créé pour défavoriser qui que ce soit, bien au contraire.

Et vous, qu’est-ce que vous pensez de ce phénomène?

Dites-nous tout dans les commentaires.

Gwen