Ce 20 juillet 2021 déferle sur PS4, PS5 et Switch le remake d’un bijou de Shoot’em Up. Avec Cotton Reboot !, les gamers d’hier et d’aujourd’hui risquent de trouver leur boite de Pandore estivale. Je l’ai testé sur PS5 et je vous explique pourquoi vous devez craquer.

Cotton reboot de quoi ?

Développé initialement en 1991, le 1er Cotton  a vu le jour en arcade sur les cartes System Sega. Il a été développé par SUCCESS. Des portages consoles existent aussi sur PS1, sur PC Engine et sur Neo Geo Pocket. La version la plus aboutie se trouve sur le système X68000, l’ordinateur de jeu de la fin des années 80. On y reviendra d’ailleurs tout à l’heure. Enfin, tout récemment, il est apparu dans la sélection dédiée à la miniborne Sega Astro City. Par la suite, Cotton est littéralement devenu une série puisque des épisodes déviants ont été portés sur SNES, Megadrive, etc. Je me suis d’ailleurs récemment essayé à la version Megadrive, Panorama Cotton, qui propose une vue en TPS, façon Space Harrier sur arcade, fruit du génial Yu Suzuki (créateur de Virtua Fighter notamment). Pour le coup, le génie derrière cette série de cute’em up classique est Hideki Tamura, lui-même en charge de l’opus qui occupe aujourd’hui notre scène.

Accessible depuis début 2021 au Japon, nous avons enfin droit à notre version Européenne. Disponible chez nous depuis le 20 juillet 2021, il se décline en différentes versions, et non des moindres. On retrouve une version basique à 39,99 euros, une version collector à 79,99 euros et une version DX X68000 topissime à 139,99 euros. Malheureusement, cette dernière est déjà en rupture suite au succès des précommandes. Cet écrin onéreux se compose d’un coffre énorme, contenant notamment une tasse de thé japonaise et plein de documentations. Développé par Rocket Engine et distribué par BEEP, l’ombre de SUCCESS plane toujours au-dessus de l’identité de ce remake. Et c’est tant mieux.

cotton original x68000

La version originale de Cotton sur X68000

Contenu : Le bazar de Cotton Reboot

Pitch de Cotton

Vous incarnez donc la petite fille Cotton, sorcière puérile obsédée par les WiIllows, ces bonbons japonais colorés cuits à la vapeur. La fée Silk vient solliciter la jeune anti-héroïne pour sauver le monde et récupérer les 7 Willows dérobés par la vilaine sorcière. Ces 7 prismes lumineux permettront de rendre à notre planète ses couleurs d’antan. C’est donc sur son balai, accompagnée de sa non-marraine la fée, que Cotton va déferler aux 7 coins du monde, dans un Shoot’em Up au scrolling horizontal.

cotton reboot intro

Mademoiselle Cotton aime les bonbons…

Le menu d’ouverture vous propose directement des modes de jeu appétissants. Entre les principaux Arrange mode et le  X 68000, vous avez déjà de quoi vous occuper. Le premier vous plonge dans la version reboot, avec son lot de nouveautés. Le second s’inspire bien davantage de la version X68000 de l’œuvre originale. Néanmoins, ne zappez pas le tutoriel dans le GAME MANUAL qui va s’avérer exhaustif de qualité en vous aidant surtout à décoder tout ce qu’il se passe à l’écran. Vous apprendrez ainsi à décoder les bonus, la magie et vos munitions. Ce passage est indispensable pour profiter de tout ce qu’il se passe à l’écran. Sans cela, la fresque va vite ressembler au bazar de Casablanca !

cotton reboot ! tutoriel

La bonne fée prodigue ses conseils dans un tuto détaillé…

Des modes, encore des modes…

Vous retrouverez aussi le mode TIME ATTACK disponible dans des formats de 2 ou de 5 minutes. Ce rush vous invite à faire un maximum de points dans un temps limité et à vous comparer avec la communauté en ligne. C’est simple, court, mais addictif. Les options vous permettent quant à elles de régler le niveau de difficulté et d’autres détails plus ou moins utiles. Lorsque vous aurez fini le jeu une première fois, vous pourrez même choisir un autre avatar pour piloter votre balai. Bref, un menu bien riche et complet pour un soi-disant simple remake.

cotton reboot mode time attack

Le mode Time Attack de Cotton Reboot en 2 ou 5 minutes

Enfin, le mode X68000 rend hommage à la version de 1991. Cette version était une adaptation de la version arcade, elle jouissait d’une meilleure balance de la difficulté et de graphismes améliorés. Autant s’avouer que c’est probablement la meilleure version du titre. Dans le reboot ici présent, des voix ont été ajoutées et le jeu a été recodé pour coller au maximum à son aïeul. C’est sympa, et ça donne l’opportunité de tester cette version peu connue sur des supports contemporains.

Lire aussi :
Divinity 2 : Quelle classe choisir pour débuter?

Inside Cotton Reboot ! : Le gameplay

On prend Cotton et on reboot !

Le mode Cotton Reboot ! quant à lui, bien qu’également inspiré de la version X68000, met le paquet et s’offre plus qu’une cure de jouvence. Les sprites sont plus gros, l’animation pétarade dans tous les sens et le scrolling horizontal défile à toute allure. Les bases du jeu correspondent à la version X68000, c’est-à-dire un système d’expérience qui fait levier sur la puissance des attaques. Les items bonus arrondis augmentent la puissance des bombes et les cristaux de couleurs différentes celle des tirs. Justement, en tirant sur ces cristaux, vous les ferez changer de couleur, et de valeur. Grosso modo, plus vous les canarder, plus ils foncent, et plus leur atout est efficace. Les plus foncés, impactent même votre magie !

Par ailleurs, en maintenant la touche magie enfoncée, vous déclencherez un coup de puissance supérieure ; dès lors que vous aurez accumulé assez d’expérience ! Pour faire simple, pour obtenir les attaques les plus létales, il ne faudra pas abuser de la magie et ne pas se ruer sur les bonus dès qu’ils apparaissent. Enfin, en tirant sur les espèces de statuettes, vous pourrez aussi récupérer des fées autour de vous.

cotton reboot ! magie

Déclenchez votre magie, ça va déménager !

Deux façons de faire du Cotton

Lors de votre première partie, vous aurez probablement tendance à foncer tête baissée. À coups de vies illimitées, vous finirez probablement le jeu en une bonne heure. Néanmoins, la qualité intrinsèque du gameplay repose sur la gestion de votre arsenal et des cristaux bonus. Entre les cristaux qui améliorent vos tirs, les cristaux noirs qui boostent votre score et le fait de modifier votre attaque en visant ces mêmes cristaux donnent une variété folle au gameplay.

Lire aussi :
Water Margin - Test d'une adaptation de PixelHeart sur Sega Megadrive

Ensuite, il sera question de se faufiler entre les balles, à la façon d’un manic shooter, Danmaku comme disent nos amis nippons. À cet effet, l’écran est souvent trop chargé et la lecture de l’action en prend un coup. Néanmoins, la beauté de l’expérience passe aussi par ses moments de chaos et de lâcher prise, un peu comme foncer sur une autoroute en fermant les yeux. N’hésitez d’ailleurs pas à crier : ça passe ou ça casse !

Cotton Reboot! gameplay

On bouge et on tire, façon Harry Potter !

Esthétique : La justesse du pixel-art sexy

Esthétiquement, le Reboot est absolument divin ! Les sprites redessinés, les décors, les effets de lumière, tout est absolument dantesque. Les animations lors des cinématiques ont été retravaillées et les dessins animés fonctionnent à merveille. Les développeurs ont intégré des voix réenregistrées, rendant les héroïnes plus loquaces et leurs voix plus réalistes. Les musiques réarrangées soulignent le rythme effréné de l’aventure. Elles lui confèrent le petit plus pour accroître le rendu punchy de l’ensemble. L’écran a beau parfois perdre en lisibilité au vu du nombre gargantuesque de sprites, vous ne serez jamais dérangés par le moindre ralentissement. Le seul problème avec une telle esthétique aux petits oignons, c’est que vous risquez de vous perdre à mater les décors ou les formes des jolies fées, au lieu de vous focaliser sur l’action ! C’est peu dire !

cotton reboot ! boss sorcier

Les décors, les boss, les effets de lumière, tout est bon dans Cotton !

Conclusion : Cotton reboot ! ou comment transcender un opus original !

Fans de la première heure de Cotton et ses comparses magiciennes, foncez, vous allez redécouvrir votre Bonheur. Si comme moi, vous ne connaissiez pas trop la licence, foncez ! Vous allez combler une carence vidéo-ludico-culturelle ! Ce shmup incarne ce dont on n’aurait jamais osé rêver en 1991. Une œuvre d’art faite de pixels colorés, saupoudrée d’humour, de magie et d’ennemis variés comme jamais. Finalement, cette conclusion aurait pu s’intituler tout simplement MERCI.

À très bientôt sur sitegeek et n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce genre de remake néo-rétro. Si vous désirez passer le cap, les commandes sont ouvertes sur le site Just for Games.

Vega