Si vous aimez les films de cannibales des années 80 ainsi que les jeux de survie, il y a fort à parier que vous aimiez également Green Hell. Plus d’un an après sa sortie en accès anticipé, on vous dit tout sur le titre des Polonais de chez Creepy Jar… En espérant que vous soyez vacciné contre la malaria !

La Forêt Amazonienne comme si on y était

Disponible en version définitive depuis le mois de septembre, Green Hell était clairement passé sous nos radars. Mais c’était  sans compter sur le Joueur du Grenier grâce à qui on a pu découvrir le jeu. Et quelle découverte ! Car le moins qu’on puisse dire, c’est que Green Hell va beaucoup plus loin que les autres jeux de survie. Si vous êtes fan du genre, on vous conseille donc de vous ruer sur ce titre qui deviendra rapidement un incontournable de votre bibliothèque Steam.

La Forêt Amazonienne dans Green Hell

La Forêt Amazonienne rend vraiment bien

Le gros avantage de découvrir le jeu après sa sortie définitive est qu’il est désormais accompagné d’une campagne narrative en béton. Bien plus qu’un simple tutoriel, cette dernière amène avec brio les divers éléments du gameplay. Une fois les bases maîtrisées, il ne restera plus qu’à aller en découdre avec une tribu primitive locale qui retient notre épouse captive. Mais pour ce faire, il faudra survivre dans la Forêt Amazonienne qui sera impitoyable. Car oui, le jeu est extrêmement difficile. Mais croyez-moi, vous en redemanderez…

Dans Green Hell, la moindre erreur sera fatale

Dans Green Hell, bon nombre de choses seront propices aux blessures. Ne se ballade pas dans la jungle qui veut. C’est d’ailleurs grâce à ça que ce titre va tirer son épingle du jeu. Car grâce au système de blessures localisées, il sera possible d’inspecter chacun de ses membres sous toutes les coutures et de crafter plein de remèdes différents pour pouvoir se soigner. C’est très important car si on ne le fait pas, la moindre plaie risquera de s’infecter et de provoquer une mort inéluctable. Sans compter que le jeu prend aussi en compte la santé mentale.

Le système de blessures localisées dans Green Hell

Sortez l’Iso Betadine !!

Afin de monitorer tout ça, on sera équipé d’une montre qui pourra nous donner plein d’informations. Elle s’avérera très utile pour vérifier en permanence ses fonctions vitales. On retrouve notamment des grands classiques comme la fatigue ou la famine. Car oui, il est aussi important de s’alimenter. Pour ce faire, deux possibilités s’offrent à nous : cueillir des ressources ou chasser. Mais attention, encore une fois, il sera impératif de cuire sa viande afin de ne pas chopper des maladies douteuses. Pour cela, rien de tel qu’un bon feu de camp dans sa base où il sera possible de crafter tous les trucs propres aux jeux de survie.

Lire aussi :
Test | NBA 2K18 - PS4 - Une carrière difficile

Mon avis en bref

Même s’il est très difficile, Green Hell est probablement un des meilleurs jeux de survie auxquels j’ai pu jouer. Le système de blessures localisées apporte une toute nouvelle dimension à ce genre de jeux. De plus, les graphismes sont assez soignés et le tout se révèle extrêmement immersif. Enfin, si vous aimez les films d’horreur comme moi, vous serez sûrement ravi de vous retrouver au milieu des cannibales… Mais je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise.

Pour en savoir plus sur Green Hell ou vous le procurer, rendez-vous sur la page Steam du jeu et pour d’autres tests, à très bientôt sur Sitegeek !

Johnny.