Ce jeudi 20 octobre 2016 devait être un jour historique. Nintendo, le papy des consoles de salon, allait annoncer sa nouvelle bête. Et il l’a fait ! Oui, le constructeur nippon a annoncé sa Nintendo Switch et… c’est une tablette. Disclaimer. Ce qui suit n’est pas une analyse scientifique, c’est l’avis d’un consommateur qui a eu l’occasion de travailler dans le milieu du jeu vidéo. Un auteur qui suit l’actualité de l’industrie depuis des années et qui se permet un pronostic : le flop de la Nintendo Switch. D’emblée, je précise que mon but n’est pas de verser dans le Nintendo-bashing mais d’expliquer pourquoi la Switch risque l’échec commercial. Tout avis contradictoire – arguments à l’appui – est le bienvenu.

Nintendo Switch

Au moins, le logo a de la classe…

C’est quoi, la Nintendo Switch ?

Si vous sortez de votre grotte – ou avez l’intelligence d’éviter Twitter et les sites de jeux vidéo -, vous ignorez peut-être ce qu’est la Nintendo Switch. Pas de panique, voici dans les grandes lignes le descriptif de la “nouvelle console” de Big N. Tout d’abord, il ne s’agit pas d’une console à proprement parler. La Switch est un gadget hybride entre la console portable, la tablette et la console de salon (grâce à la possibilité de diffuser son jeu sur le téléviseur). Bref, le type de melting pot dont la compagnie kyotoïte a le secret.

Concrètement, la Nintendo Switch ressemble comme deux gouttes d’eau à une tablette. Elle s’accompagne de deux contrôleurs amovibles, les Joy-Con. Ils s’attachent directement à l’engin ou à une manette quand la Switch est sur son socle. Une manette Switch Pro indépendante est également prévue, pour la modique somme de je-ne-sais-pas. Aucune information n’ayant été dévoilée concernant le prix de la machine. À ce stade, les informations techniques ne sont pas complètes (pour ne pas dire inexistantes), aussi je préfère éviter la question. Il ne semble toutefois pas présomptueux d’affirmer que la Switch dispose des mêmes spécificités que les Nvidia Shield et consorts. À moins que Nintendo ait réussi à intégrer un processeur de la puissance d’un PC gamer dans un si petit support. J’en doute. Voici la vidéo de présentation de 3 minutes de la Nintendo Switch.

Une “console” prometteuse ?

D’un point de vue strictement promotionnel, je dois admettre que la vidéo donne du cachet à un engin qui in fine me paraît insipide. Une fois les 3 minutes écoulées et la possibilité d’y réfléchir à tête reposée, ma première réaction était loin d’être positive. Mitigée, au mieux. Premièrement, aucune révolution à l’horizon. Contrairement à la Wii U, qui proposait une véritable innovation dans notre manière d’aborder le jeu avec son gameplay asymétrique, la Nintendo Switch renvoie en tous points à une console Android. Le constructeur se contente donc de mélanger des concepts qui marchent. Vous savez pourtant comme moi qu’il est rare qu’une copie surpasse l’original, non ?

Je rappelle qu’il s’agit là d’un ressenti purement subjectif mais en l’état, la Nintendo Switch ne me fait pas rêver. Je n’ai absolument pas l’impression que Nintendo change les paradigmes du jeu vidéo et se repose sur ses lauriers en espérant toucher un grand public grâce à un cocktail indigeste de valeurs sures. Pourquoi pas ? Mais c’est alors se heurter à un marché existant et installé. J’aurais préféré une annonce beaucoup plus déroutante, offrant des perspectives inédites. Je conçois toutefois qu’une telle entreprise n’est pas facile et qu’elle constitue un risque important, surtout à l’ère du tout-au-profit.

J'espère quand même qu'ils ont bien conçu leur truc... (vu sur Facebook)

J’espère quand même qu’ils ont bien conçu leur truc… (vu sur Facebook, source inconnue)

Pourquoi le flop ?

Qu’est-ce qui me permet donc de prophétiser le flop, dans ce cas ? C’est bien simple, je crois dans les vertus des leçons tirées du passé. À l’époque de la Wii, nous étions nombreux à railler la console de Nintendo (jadis, j’étais bête et méchant). Sa technique faiblarde à côté d’une Xbox 360 et d’une PS3 au top de leur forme avait de quoi arracher quelques sourires mesquins. Pourtant, avec son gameplay plus physique et son catalogue riche, varié et original, la console a prospéré. Elle figure dans le top 5 des consoles les mieux vendues de l’histoire en franchissant les 100 millions d’unités écoulées. Quid de la Wii U ? Elle peine à approcher les 15 millions. Pourquoi ?

Là où la Wii se distinguait par son gameplay et son catalogue, la Wii U n’a misé que sur la technique, au détriment du contenu. Aussi, son super concept s’est tiré une balle dans le pied en essayant de marcher sur les plates-bandes des concurrents. Une stratégie suicidaire qui a valu à la machine l’abandon des grands noms de l’industrie. Sans compter que les performances techniques de la Wii U avaient déjà une génération de retard à sa sortie. Entre temps, les PS4 et Xbox One sont arrivés et la majorité des consoleux ont déserté la Wii U.

En essayant de grappiller du terrain chez les tablettes et smartphones, la Nintendo Switch semble opter pour la même stratégie. On reproduit ce qui se fait ailleurs, avec une technique en retard. Et on essaie une nouvelle fois de toucher les publics plutôt que de construire le sien, ce qui a contribué à l’échec de la Wii U. Comprenez donc que j’y voie un potentiel flop commercial. Je ne suis d’ailleurs visiblement pas le seul puisque la cote boursière de Nintendo a chuté d’environ 5% en un jour…

Nintendo Switch

Ben oui, ça a l’air bien joli mais… c’est tout

Faut-il sauver le soldat Switch ?

Parce que je n’aime pas suinter le défaitisme, je me pose malgré tout la question : y a-t-il une chance de sauver la Nintendo Switch de ce qui s’annonce, à mon humble avis, comme un échec commercial ? Dans un premier temps, il va falloir que Nintendo s’intéresse de près au contenu qu’il souhaite proposer sur cette machine. Celle-ci a besoin d’une identité propre, qui s’annonce déjà compromise. Ensuite, il va falloir que le constructeur cesse de “s’inspirer excessivement” de ce qui existe déjà. D’ailleurs, pour l’anecdote, les images de Skyrim et NBA 2K17 présentes dans le trailer sont “mensongères”. Ces jeux ne sont pas prévus pour l’instant sur la tablette… la console, pardon. Il semblerait cependant que Hearthstone débarque dessus, mais est-ce vraiment intéressant quand le jeu tourne déjà parfaitement sur une tablette ?

Bref, je le répète : pour l’instant, je ne vois absolument aucun intérêt à investir dans une machine alors que d’autres, probablement moins chères, font déjà le même boulot et se sont déjà invitées dans nos vies. Affaire à suivre, donc… Et vous, satisfaits ou non par cette annonce de la Nintendo Switch ? Les commentaires n’attendent plus que vous !