Accueil > Le geek et les jeux vidéo > Test | Gravity Rush Remastered – Comment faire du neuf avec du vieux!
Gravity Rush Remastered

Test | Gravity Rush Remastered – Comment faire du neuf avec du vieux!

Share on Pinterest
Partagez avec vos amis










Submit

Ceux qui me connaissent le savent, j’aime le retrogaming. C’est même une de mes passions depuis des années, bien avant que ça ne vienne à la mode des hipsters et des spéculateurs. Par contre, je n’aime ça que lorsque l’on fait un saut franc dans le passé, et pas quand on revient sur la génération précédente, pas encore tout à fait morte. Pourtant, la dynastie actuelle semble s’en être fait une spécialité, et en ces temps de vaches maigres pour les créatifs, on ne peut qu’observer le phénomène des remakes avec un mélange de perplexité et d’angoisse.

Une après-midi avec Gravity Rush Remastered

La redite du jour se passe sur Playstation 3.1, plus communément appelée PS4 chez les naïfs, et porte le doux nom de Gravity Rush Remastered, jeu sorti initialement sur PS Vita (oui, la Vita, faites un effort, je suis certain que ce nom vous dit quelque chose).

Inutile de refaire le test complet, si vous avez déjà touché à l’original, on retrouve exactement le même jeu. Vous dirigez toujours Kat, une amnésique qui pousse des petits cris, et que tout le monde déteste sans qu’elle ne sache pourquoi. Insérez ce merveilleux scénario dans un univers où les enfants ont tous de la morve au nez et une élocution laborieuse, et où les adultes ressemblent à un mélange d’alcooliques et de pervers sexuels, et vous aurez une idée de l’ambiance générale. Et non, n’insistez pas, je ne dirai pas de mal de nos amis du «cinq-neuf ».

Gravity Rush Remastered
Gravity Rush Remastered – Je vous présente Kat

Il est grave, E.T.

Pour ceux qui n’ont jamais touché à l’original, Kat se voit affublée d’un mystérieux chat extraterrestre (d’où son nom, Kat…) qui lui permet de se passer des lois de la gravité, niquant au passage le vieux meme Obey gravity ! it’s the law ! qui prenait pourtant tout son sens ici. Première observation, la maniabilité m’a semblée bien meilleure que sur Vita, probablement grâce à l’amplitude des sticks de la PS4. Ca n’améliore pas la caméra, toujours aux fraises, mais c’est toujours ça de pris. Du fait de ces soucis de caméra, il m’a été difficile de m’orienter correctement dans l’espace, et malgré les petites astuces qui vous rappellent où est le sol (l’écharpe et les cheveux de Kat restent soumis à la gravité), je me suis perdu régulièrement dans l’univers. Heureusement, une touche permet de rétablir la gravité, et de retrouver vos sens.

Gravity Rush Remastered
Gravity Rush Remastered – Vous la sentez la gravité?

La quête de Kat

L’aventure de Kat est constituée d’une quête principale, à laquelle des objectifs secondaires viendront se greffer, vous permettant d’augmenter ses statistiques grâce aux bonus obtenus. Ces missions se ressemblent malheureusement trop souvent de l’une à l’autre, et ont également l’outrecuidance d’être interrompues par des cinématiques ou des dialogues assez plats. Les aquarelles faisant office de cinématiques sont bien réalisées, mais leur dialogue est affligeant de banalité. Oser nous servir un « Mon fils a disparu, aidez-moi jeune inconnue, vous êtes mon seul espoir ! », s’riously, dude…

Gravity Rush Remastered
Gravity Rush Remastered – Des cinématiques très agréables

Gravity Rush Remastered – En Kat couleurs

Au niveau design, Gravity Rush Remastered manque également de diversité dans les teintes, on reste dans le marron, l’écru ou le bordeaux, mais sans jamais les mélanger, comme si chaque monde n’était fait que d’une seule teinte dominante. De ce fait, malgré des environnements assez homogènes dans leur charte graphique, j’aurais préféré un design plus chatoyant, même si j’ai bien conscience qu’il s’agit d’un critère subjectif. On peut y voir une patte qui plaît énormément à certains testeurs (Gameblog en est tombé amoureux par exemple), mais personnellement, j’ai un peu de mal à y accrocher.

Hélas, sans passion, pas d’envie, et le jeu a fini par me tomber des mains après quelques heures. Pourtant, il y a un côté légèrement onirique qu’on peut apprécier en toute objectivité. Mais je pense que le temps des jeux niais est maintenant passé, et en 2016, il est difficile de s’extasier devant une héroïne amnésique, quand on a connu des scénarios comme ce que les productions récentes nous ont sortis.

Gravity Rush Remastered
Gravity Rush Remastered – Un parti pris dans les couleurs

J'ai aimé

  • La maniabilité améliorée
  • Les aquarelles
  • Du 60fps/1080P constant

Je n'ai pas aimé

  • Les environnements vides
  • Le côté niais
  • Les phases de baston
  • La caméra

Résumé des scores

Graphismes
Originalité
Jouabilité

Sympathique

Indispensable sur Vita, le jeu a malheureusement vieilli, et doit faire face à la concurrence plus étoffée de la PS4.

Revue de presse

 16/20

Gamekult

 15/20

Gamergen

 18/20

JV.com

 18/20

Gameblog

Conclusions hâtives de l’ami Wil

Si vous avez adoré Gravity Rush sur Vita et que vous désirez le refaire avec des graphismes plus fins et une maniabilité accrue, vous pouvez vous faire plaisir, le travail effectué est honnête et la console fait le travail techniquement, le portage est propre, mais ne vous offrira rien de plus qu’à l’époque. Si par contre ce titre vous avait déjà laissé dubitatif à sa sortie, il risque de ne pas y avoir la petite étincelle qui vous fera y retourner après quelques heures, ce qui était malheureusement mon cas.

Et vous qu’avez-vous pensé de ce Gravity Rush Remastered ?

Site Officiel Gravity Rush Remastered

A très bientôt sur Sitegeek

Wil

testUAMA1_vectorized

La tête à l’envers  :

Gravity Rush Remastered
Développeurs Sony
Editeur Sony 
Plateforme PlayStation 4
Date de sortie 3 February 2016
Prix EUR 35,90
Achetez le sur :
Amazon
Boulanger

Bande annonce :

Galerie :

A propos William

Mes parents m'ont fait à partir d'un petit pixel, qui s'est ensuite dédoublé, encore et encore, pour en arriver à créer un mini JPG de geek originel, il y a bien des années. La résolution augmentant avec l'âge, j'ai commencé à m'intéresser à de plus en plus de technologies, gadgets et trucs ne présentant de l'intérêt qu'auprès d'un public restreint. 38 ans plus tard, j'attends toujours de devenir un adulte, et en attendant je prends toujours autant mon pied avec le dernier truc connecté du moment, avant de me demander comment persuader ma femme que son acquisition est réellement essentielle pour une vie épanouie. Inutile de dire que mon WAF factor est régulièrement proche du zéro absolu ;)

Voir aussi

NBA Live 19

Test | NBA Live 19 – PS4 – Du bon basket sans identité

Test | NBA Live 19 doit s'affirmer en jeu arcade à part entière, afin d'avoir une identité propre car il prouve cette année qu'il en a sous le capot.

Test | The Gardens Between – PS4 – Un puzzle-game d’une riche simplicité

The Gardens Between se paie tout le charme du jeu qui a été choyé par une bande de développeurs inconnus et qui serait parfait s'il n'était pas si court.

4 commentaires

  1. Je déteste ce jeu ! je ne comprend pas non plus l’attention qu’on lui porte

  2. Quand j’ai essayé ce jeu à l’époque sur PSvita et j’ai vraiment déteste et je n’ai jamais compris le hype autour du jeu.

  3. J’aime bien la PS4, j’en ai une et je m’amuse bien dessus, mais je n’ai jamais compris la hype qui entoure ce jeu. Sur Vita, c’était une exclu dans le catalogue famélique de la console, mais sur PS4 et deux ans après, ça n’a plus vraiment d’intérêt de le (re)faire quand on voit tout ce qui sort de nos jours.

  4. tout ça parce que t’aime pas la PS4, haters gonna hate, perso j’y a jamais joué en vita et j’aimerai bien le faire en PS4…
    faut pas oublier que tout le monde n’a pas de vita quoi ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.