Considéré comme le plus ancien ordinateur analogique, le mécanisme d’Anticythère date de plus de 2000 ans.

Une nouvelle étude de l’University College London (UCL) ont révélé la structure complète du panneau avant du mécanisme d’Anticythère, un dispositif vieux de 2000 ans, découvert dans une épave au fond de la mer en 1901. Il était utilisé par les Grecs anciens pour prédire les événements astronomiques. Il est considéré comme le premier ordinateur du monde.

Une pièce d’ingénierie mystérieuse

Le mécanisme d’Anticythère a laissé perplexe, depuis plus d’un siècle, les plus grands scientifiques. Cet artefact a été découvert en méditerranée, dans l’épave d’un naufrage de l’époque romaine, en 1901 par des plongeurs au large de l’île grecque d’Anticythère. Vieux de 2 000 ans, il est considéré comme le premier ordinateur analogique au monde et aurait été utilisé par les Grecs anciens pour prévoir les positions du Soleil, de la Lune et des planètes, ainsi que pour prédire les éclipses lunaires et solaires. Néanmoins, on estime que seul un tiers de l’appareil a été retrouvé, laissant dans le doute les chercheurs quant à sa forme originelle et ses capacités réelles.

Le fonctionnement du panneau arrière du mécanisme avait finalement été élucidé par des études au Royaume-Uni et en Grèce en 2008. Il s’avère que les cadrans ont été utilisés pour suivre les cycles de la Lune, les éclipses solaires et les dates de plusieurs événements sportifs, y compris les Jeux olympiques de la Grèce antique. Cependant, le système d’engrenage sur le panneau avant restait un mystère, jusqu’à présent.

Lire aussi :
Microsoft Surface Laptop 3 - Test du portable polyvalent de Microsoft

Les scientifiques de l’University College London pensent avoir enfin résolu ce puzzle complexe en trois dimensions avec l’aide de la modélisation informatique. Selon le professeur Tony Freeth, principal auteur de l’étude : « c’est le premier modèle conforme à toutes les preuves physiques et qui correspond aux descriptions des inscriptions scientifiques gravées sur le mécanisme lui-même ». En utilisant des données radiographiques antérieures et une méthode mathématique datant de la Grèce antique, les scientifiques ont pu expliquer comment les cycles de Vénus et Saturne ont été dérivés, ainsi que récupérer les cycles de toutes les autres planètes, où les preuves manquaient.

Cependant, cet objet unique en son genre est encore loin d’avoir livré tous ses mystères…

C’est incroyable, non ?

Vous en pensez quoi.

À très vite sur Sitegeek

Gwen