Apple a livré sa nouvelle fournée d’OSX. Son nom : El Capitan. Si les nouveautés ne sont pas nombreuses, ce sont surtout les bugs qui se multiplient pour le moment. Suffisant pour hésiter à l’installer ?

Chaud devant ! El Capitan est disponible. Le nouvel OSX d’Apple propose quelques améliorations (nouvelle police, spotlight intelligent, split de l’écran…), comme nous vous l’expliquons ICI. Mais comme pour chaque nouvel OS, on sent que l’urgence de la livraison a laissé passer quelques bugs. Du point de détail au crash majeur, voici ce qui vous attend en suivant le capitaine.

[MAJ 13 novembre 2015 : Suite à vos nombreux retours, et commentaires, Sitegeek a publié un nouvel article vous proposant des solutions aux bugs les plus courants. N’hésitez pas à y jeter un oeil !]

1 : Safari, les polices partent en sucette

Twitter, Facebook… Les réseaux sociaux sont secoués par El Capitan et le nouveau Safari 9. Dans de nombreux cas, des titres ou textes ne sont plus lisibles, remplacés par des polices exotiques.

El Capitan : sur Facebook, les polices partent parfois en cacahuète !

El Capitan : sur Facebook, les polices partent parfois en cacahuète !

Embêtant, surtout qu’on ne sait pas quoi faire pour corriger cela. Visiblement, Safari n’arrive pas à gérer certaines feuilles de style web. Dommage !

El Capitan : OSX et Safari 9 ne sont pas tendres avec Twitter non plus !

El Capitan : OSX et Safari 9 ne sont pas tendres avec Twitter non plus !

2 : Safari, le gestionnaire de sons pas toujours réveillé

C’est une des nouveautés d’OSX/Safari 9. Désormais, si un des onglets de Safari balance un son de pub inattendu (on le vit tous…), un petit haut parleur bleu s’affiche sur tous les onglets, et on peut cliquer dessus pour couper directement le son. Ce qui permet d’être plus tranquille pour retrouver l’onglet parasite, et gérer la source de bruit. Une très bonne idée : qui n’a pas jonglé avec impatience entre ses onglets, tout en appuyant frénétiquement sur le bouton mute du clavier, parce qu’on ne savait pas d’où venait ce satané bruit ?

Problème : une fois sur deux, cela ne marche pas, le petit haut-parleur ne s’affiche pas, alors qu’on l’entend, la petite pub vicieuse du 7e onglet ! C’est encore plus rageant vu que la fonction semble déjà indispensable.

3 : Office, la galère

Microsoft doit l’avoir mauvaise. Ses suites Office 2011 et 2016 sont victimes de nombreux bugs, au point de planter à tout bout de champ, voire de faire crasher la machine régulièrement. A tel point que Microsoft a déjà publié un patch qui a réglé les choses pour 2011. Mais pour les heureux possesseurs d’Office 2016, El Capitan est un calvaire. Notamment du côté d’Outlook. [Edit : Le test de la rédaction confirme une nette amélioration pour Office 2011. Néanmoins, notre lecteur vVdesign nous signale que le problème de plantages à répétition n’est pas réglé pour tout le monde !]

El Capitan : office et OS X, le grand désamour continue !

El Capitan : Office et OS X, le grand désamour continue !

4 : Les périphériques USB en souffrance

Les cas se multiplient : adaptateur ethernet sur USB, disques dur externes, clés usb… Beaucoup de périphériques n’arrivent plus à fonctionner avec El Capitan. Si les fabriquants diffusent en précipitation de nouveaux drivers, tout n’est pas encore réglé. Un exemple : les souris Logitech semblent ne plus pouvoir scroller. Et la manip pour corriger cela est une vraie purge…

5 : Le plein écran pas très au point

Que l’on soit sur un document Word ou une image Photoshop, l’affichage des menus n’est pas encore au point. Nous pouvons en témoigner : il est parfois impossible de boucler une opération « Enregistrer sous »… car le bouton Enregistrer est inaccessible. La raison : l’affichage de la liste des dossiers et documents prend trop de place, et pousse trop vers le bas le bouton Enregistrer. Il faut alors jouer pendant quelques minutes avec les tailles de fenêtres, pour espérer retrouver la fonction. Pas gagné. [MAJ] : pendant que nous écrivions ces lignes, nous avons trouvé une solution : il faut replier le chevron à droite du nom de fichier, et en le dépliant, le bouton Enregistrer devient accessible…

El Capitan : théoriquement, en bas de ce fichier word, se cache le bouton enregistrer. Problème, il est invisible... et c'est même galère d'annuler l'enregistrement !

El Capitan : théoriquement, en bas de ce menu “Enregistrer sous”, dans Word, se cache le bouton Enregistrer qui valide l’opération. Problème, il est inaccessible, et impossible de faire glisser la fenêtre ! C’est même galère d’annuler l’enregistrement !

6 : La terreur des médecins

Déjà que le système des cartes Vitale (la carte de Sécurité sociale en France) est réputé galère, avec El Capitan, c’est la fin du monde. Les lecteurs sont reconnus, mais ne communiquent pas, ou alors ne sont pas reconnus, ou alors affichent des informations vérolées… Les témoignages se multiplient, et une mise à jour massive du système Sésame Vitale est en cours. Le conseil actuel que se donnent les médecins : ne pas migrer ! Or, le milieu médical est un habituel bon client de la pomme

7 : Mail, le curseur devient fou

On appelle cela le Dreamweaver effect (lorsqu’on crée une page web avec cet outil, parfois, l’affichage peut être tout bordélique). Sur Mail, c’est un peu la même chose ! Tout à coup, on rédige un mail, et le curseur ne se place plus entre les caractères, mais SUR les caractères. Du coup, on ne sait plus trop où placer la ponctuation, les guillemets, on fait plein d’erreurs en voulant effacer une faute de frappe… C’est un détail, mais cela rend hystérique ! Et parfois, lorsqu’on poste une réponse via Mail, le message original de l’expéditeur apparaît… en caractères illisibles. Pas pratique.

El Capitan : sur mail, le curseur part en sucette !

El Capitan : dans Mail, le curseur se place sur les lettres !

8 : Le wifi s’améliore, mais se mélange les crayons

Ouf : le bug permanent de Yosemite sur les connections Wifi est enfin réglé (en sortant de veille, l’ordi n’arrivait pas à retrouver de réseau, pendant de longues minutes). Avec El Capitan, l’ancien bug a laissé place à un nouveau. Si vous avez plusieurs accès Wifi (exemple : une Time capsule et une box), votre ordre de priorité s’en trouve chamboulé. Dans notre cas, la Time capsule, prioritaire, laisse pourtant le Macbook se connecter à la box. Du coup, les sauvegardes Time machine ne se font plus avec autant de simplicité. Autre détail gênant : les imprimantes Wifi sont aléatoirement reconnues…

9 : Spotlight, pas très finaud

Là encore, la promesse n’est pas totalement tenue. Spotlight, le moteur de recherche interne d’OSX, devait trouver encore plus facilement un document, une photo, un mail… Mais dans la réalité, l’indexation n’est pas au point. Les nouveaux fichiers passent parfois au travers. Et il est recommandé de désactiver et réactiver régulièrement Spotlight pour qu’il mette à jour son listing.

El Capitan : Spotlight a un champ de recherche plus large, mais comme le montre cet exemple, il zappe bon nombre de documents contenant le mot Geek !

El Capitan : Spotlight a un champ de recherche plus large, mais dans ce test, il a zappé plusieurs documents contenant le mot Geek !

10 : Une mise à jour aléatoire

Est-ce la rançon du succès ? Selon les horaires, les serveurs d’Apple ont du mal à livrer rapidement la mise à jour vers El Capitan. Dans notre expérience, le téléchargement a mis 20 minutes sur un Macbook pro de 2013, mais 23 heures sur un Imac flambant neuf ! Et encore, sur l’Imac, le téléchargement a planté à trois reprises, et l’installation a été un peu chaotique. Armez-vous de patience, donc.

 

Moralité : hormis si vous êtes un geek qui veut absolument les toutes dernières nouveautés, notre conseil est d’attendre quelques semaines. On se doute qu’Apple et ses partenaires travaillent sur des tonnes de patchs. Mais qui sait, alors que Yosemite semblait stable, si El Capitan parviendra au même résultat ? Et au vu de la faiblesses des changements apportés… le gain ne vaut vraiment pas le risque !

Et vous, avez-vous migré vers El Capitan ou comptez-vous le faire ? Rencontrez-vous des bugs ? N’hésitez pas à nous le dire !

Gwenaël Cadoret (le frenchy)