Dans le style séries WTF, je demande Doom Patrol, l’une des dernières productions de DC. On aime ou on aime pas mais on ne peut rester indifférent.

J’ai pas attendu le confinement pour dévorer les séries mais clairement j’ai plus de temps. Dernière victime en date, la saison 1 de Doom Patrol.

Doom Patrol – Synopsis

Doom Patrol réinvente les Super-héros les plus singuliers de l’univers DC – Robotman alias Cliff Steele, Negative Man alias Larry Trainor, Elasti-Girl alias Rita Farr et Crazy Jane – menés par le Chef, le scientifique fou Niles Caulder. Lorsque ce dernier disparaît, Cyborg, alias Vic Stone, offre aux héros réticents une mission impossible à refuser.

doom patrol

On retrouve Brendan Fraser dans Doom Patrol

Mon avis sur la série Doom Patrol

Un univers déjanté

Dire que Doom Patrol est une série atypique dans l’univers DC est plus qu’un euphémisme. Quand on est habitués aux dernières productions comme Arrow ou Supergirl qui remplissent tous les codes de bonne conduite, Doom Patrol vient presque tous les casser. Sur la forme, cela m’a un peu fait penser à Umbrella Academy.

Une belle bande de bras cassés totalement atypiques

Tout d’abord car le pitch de base est construit autour d’anti-héros par excellence, des gens qui en apparence sont bien plus des gros losers que des sauveurs de l’humanité. Et c’est sans doute pour ca qu’on finit par tant les aimer au cours des épisodes. En effet, tout au long des 15 épisodes, les réalisateurs ont pris le temps de nous faire plonger dans la tête et le passé de chaque héros, pour que l’on comprenne ainsi mieux leur parcours.

Lire aussi :
Critique | La Planète des Singes : Suprématie - Pour finir en beauté...

Nul besoin pour moi de vous parler de l’histoire de Doom Patrol car je ne souhaite pas vous spoiler. Par contre, il suffit de regarder l’introduction du dernier épisode afin de mieux comprendre que c’est du grand n’importe quoi: un narrateur omnipotent, un âne qui renferme un monde entier, nos héros transportés dans une boule à neige, des personnages à l’abri de l’usure du temps… Bref, vous l’aurez compris, les scénaristes se sont faits plaisir. Au début on accroche rapidement pour se demander vers le milieu ce qu’on fait là avant de finir sur un final qui vaut vraiment la peine.

Un casting bien pensé

Au niveau des acteurs, nous ne sommes pas tout à fait dans l’inconnu. Entre Chief incarné par un Timothy Dalton pas trop présent mais assez juste et Robot Man alias Cliff Steele campé par un Brendan Fraser. Celui-ci est bien loin de sa gloire d’antan mais vraiment bon, surtout en robot qui nous rendrait presque émotifs.

007 est de retour

Pour le reste mes 2 personnages préférés sont Jane et Mr Nobody. La première, aperçue dans Orange is the New Black, nous livre une superbe prestation. Sachant qu’elle dispose de 64 personnalités différentes, pas évident de changer constamment de style. Elle fait cependant cela avec brio, enchaînant entre l’ultra agressive, la fille élevée chez les bisounours capable d’envoûter tout un chacun ou encore la psychiatre qui vous convaincra de vous auto-mutiler.

Jane, ma petite préférée

Quant à Mr Nobody alias Alan Tudyk, je l’ai vraiment adoré en vilain omnipotent et bien conscient de l’être. Il joue à merveille de cet aspect, jusqu’à bien souvent briser le 4ème mur afin de nous faire part de ses impressions de narrateur. Mais je ne vous en dis pas plus, à vous de le découvrir.

Alan Tudyk en narrateur pratiquant l’art de l’auto-dérision, on adore

Rita Farr (April Bowlby) et Larry Trainor (Matthew Bomer) sont assez justes sans être mémorables. Par contre je n’ai vraiment pas aimé Cyborg (Joivan Wade). Celui-ci ne parvient jamais à me convaincre alors que c’est lui qui devrait être le fer de lance de cette troupe de bras cassés. Dommage donc.

Lire aussi :
Critique | The Umbrella Academy - Un comics hautement plus barré que la série

Caractéristiques du DVD

Audio : English 5.1, Français 2.0
Sous-titres : Néerlandais, Français, Anglais
Durée : 15*50 min
Éditeur : Warner Bros

Bonus :

  • Scènes coupées
  • Venez visiter la Géorgie
  • Bêtisier

Doom Patrol – Bande annonce officielle

Conclusion

Je pense que je suis passé par toutes les émotions avec Doom Patrol. Série complètement barrée, ne respectant pas les codes de toutes les autres séries, elle se veut pourtant plaisante si on accepte le côté WTF. Pleine d’humour et d’auto-dérision, elle nous change du genre et nous fait passer un bon moment. Hâte de voir la saison 2 qui est en préparation afin de voir où le délire peut s’arrêter.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site officiel de la série Doom Patrol.

À bientôt sur Sitegeek.

Arnaud