Depuis que la pandémie a confiné le monde entier, de nombreux artistes sont privés de leurs revenus, mais Patreon se positionne comme une solution efficace.

Portée par le mode de financement participatif et un système d’abonnement proposé aux utilisateurs de la plateforme, Patreon décolle depuis que la Covid19 est apparue.

Le fondateur de Patreon, Jack Conte, est un musicien

Au départ de l’aventure Patreon, Jack Conte souhaitait que sa plateforme soit une solution pour soutenir les musiciens. Étant lui-même un musicien californien du groupe Pomplamoose, il a lancé son site internet en 2013 avec le développeur Sam Yan, considérant que ses revenus générés sur YouTube étaient inconsistants. Patreon est arrivé en France en octobre 2020, en pleine pandémie, alors que la plupart des artistes, autant plasticiens que producteurs de musique, n’ont plus accès à leurs habituels réseaux pour réaliser leurs prestations.

Bien que l’idée de départ était de soutenir le monde de la musique, Patreon a très rapidement été utilisé par le monde de la culture dans son ensemble. Son mode de fonctionnement semble en effet particulièrement adapter aux artistes en tout genre qui peuvent créer une relation privilégiée avec leurs fans, ces derniers devenant ainsi mécènes en utilisant Patreon. Les créateurs de contenu présents sur la plateforme proposent un accès à leur travail en cours en échange d’une participation mensuelle qui varie entre 3 et 25 euros par mois et que chaque mécène peut décider de stopper à tout moment.

Les contenus partagés varient selon l’activité de l’artiste, un romancier pourra donner accès à l’ébauche de son prochain roman, un groupe de musique pourra mettre en ligne des vidéos exclusives de répétitions ou de leur prochain clip vidéo.

Lire aussi :
Comment la COVID change nos vies

La plateforme a déjà rapporté près de 2 milliards d’euros aux 200 000 producteurs présents sur le site. Surtout, Patreon se revendique véritablement comme une plateforme de mécénat puisque le financement des utilisateurs bénéficie aux États-Unis d’une fiscalité incitative et souhaite développer cette forme davantage fiscale dans le reste du monde au cas par cas selon la règlementation de chaque pays.

Vous avez déjà essayé Patreon chez vous?

Dites-nous tout dans les commentaires.

Gwen