J’étais dans les premiers à attendre le jeu Pokemon Go, dès le jour de sa sortie sur l’Apple Store j’arpentais les rues en chantant à tue tête “Attrapez les toooous !!!”. Quelle ne fut pas ma déception au bout de quelque minutes de me rendre compte que si le jeu a un potentiel marketing et communautaire énorme, d’un point de vue “jeu” au sens où je l’entends, le titre Pokemon Go m’a déçu. Et ce n’est certainement pas le bâchage médiatique qui m’a fait changer d’avis.

Pokemon Go s’empare de notre quotidien.

Pour que l’on comprenne bien dans quel état d’esprit j’étais en m’essayant à Pokemon Go, il faut d’abord connaître un peu mon passif de chasseur. C’est en 1997 que je recevais ma toute belle cartouche rouge pour pouvoir devenir un chasseur Pokemon. J’ai marché dans le jeu encore et encore pour faire évoluer mes petits Pokemon chéris. Mes deux kits de piles AA, l’un dans ma Gameboy et l’autre constamment dans le chargeur de piles pour être sur de ne jamais être à plat. Arène après arène je devenais de plus en plus dingue de ce jeu. Bien des années plus tard sur mon pc j’ai pu avoir un émulateur de Gameboy Advance et redécouvrir à nouveau les version vert feuille, rubis & Co. qui m’ont fait jouer cette fois-ci en pédalant à travers tout Bourg Palette et ses environs, en couleur s’il vous plait. Autant vous dire que je n’attendais qu’une chose c’était de retrouver ces sensations sur mon smartphone.

Sweet Dreams are Made of This

Au cas où vous sortiriez d’hibernation et que vous ne sauriez pas ce qu’est un Pokemon je ne vais pas refaire un résumé complet. Mais en bref ce sont des “animaux” imaginaires issu d’un manga/anime du même nom mettant en scène un héros nommé Sacha qui part à la chasse de ces dits Pokemon dans le but de les faire combattre entre eux et découvrir quel dresseur serait le meilleur. Bon ! En vrai c’était juste du marketing pour vendre des centaines de milliers de goodies mais ça c’est pas trop grave.

Au besoin le pokemon c'est celui de gauche...

Au besoin le pokemon c’est celui de gauche…

Ceci étant dit pourquoi ce titre d’article ? Hé bien tout simplement parce qu’après avoir téléchargé l’application Pokemon Go, chose que j’ai faite dès sa sortie sur les stores français, je me suis mis à sortir dans la rue avec l’espoir grandissant de retrouver mon plaisir d’antan de la chasse aux Pokemon. Mais je fus rapidement déçu. Je dois marcher dans la rue pour trouver des Pokemon, leur lancer une pokeball à la tête avec l’espoir de les capturer et si je n’y arrive pas éventuellement faire chauffer ma carte de banque en achetant des accessoires dans le jeu qui me permettront d’avoir de meilleurs chance de vaincre. Je sais pas pourquoi mais déjà là, ça pue le PayToPlay, je suis le seul à le voir ?

Marketing offensif, GO !

Les sites de test et les fans du jeu nous crient les louanges du jeu en mettant en avant le système d’Arène, le fait de marcher pour jouer et la dimension communautaire du jeu. C’est une blague ? Perso, je n’ai jamais eu besoin d’un jeu pour aller faire un tour au parc ou simplement me balader avec mon amoureuse. De même le coté “communautaire” est un peu surfait car au final très peu de personnes se retrouvent au même endroit au même moment. On tentera de capturer les arènes des autres sans pour autant que celles-ci soit présentes. Dans les parcs il y aura bien des masses de gens qui tenteront de capturer les Pokemon plus rares mais de là à discuter et créer des liens. Et puis si je demande à mon fils d’aller jouer dehors ce n’est certainement pas pour qu’il soit encore sur un autre écran…

Merci au Joueur du Grenier qui a tout compris.

Merci au Joueur du Grenier qui a tout compris.

Qui plus est, la dimension marketing de ce soft est telle que je ne vois pas comment on peut espérer qu’il ne soit pas utilisé à mauvais escient par les plus grands tôt ou tard. J’en veux pour exemple McDonald qui se réserve déjà des Arènes sponsorisées ou essaient carrément de devenir des PokeStop. – Les PokeStop étant des lieux pré-enregistrés qui peuvent vous fournir divers bonus utiles, ou pas, pour avancer dans le jeu – J’ai même pu voir ING faire de la pub pour inciter les clients à se prendre en photo en train de chasser dans leur agence et de diffuser cela sur les réseaux sociaux dans l’espoir de gagner une “surprise”. Il ne faudra pas attendre longtemps pour qu’il y ait des dérives j’en suis certain.

Quand la réalité dépasse la fiction

Il faut avouer qu’en terme de pub Nintendo/Niantics ne sont pas nés de la dernière pluie. Leur vidéo présentant le jeu Pokemon Go était alléchante, montrant des Pokemon plus vrai que nature chassés par des beaux gosses et les filles les plus canon possible. Mais au final ce n’est qu’une “simple” réalité augmenté qui vient vous mettre un Pokemon en plein sur votre appareil photo pour la chasse et pour les combats un martelage d’écran des plus banal.

Y’a pas à dire la pub déchire !

J’ai beau ne pas avoir accroché au jeu la plupart des gens ont l’air de l’aimer. Mais est-ce que cela ne fait pas un peu peur quand même ? Dès les premiers jours, des morts et des blessés ou encore des scènes telles que celles de Central Park où les gens abandonnent leur voiture pour courir après un Pokemon rare. J’en passe et des meilleures. Et on ose critiquer GTA pour ce qu’il engrange comme envie étrange chez les joueurs ?

Ca vend du rêve non ?

Ca vend du rêve non ?

Je sais pas pourquoi mais tout comme Stromae en son temps j’ai bien peur que Pokemon Go risque d’être la propre victime de son succès si fulgurant. Au risque même de créer des situations auxquelles on ne se serait jamais attendues. Des personnes se bagarrant pour de vrai pour avoir un Pokemon rare par exemple. Je peux même vous dire qu’on m’a déjà dit : “je vais couper la conversation car je réserve mon forfait pour la chasse aux Pokemons”, donc le jeu avant les gens ?! Et je ne citerai certainement pas l’auteur de cette phrase car je voudrais que ma collègue Anais puisse garder l’anonymat.

En résumé

Nul besoin de m’étaler d’avantage sur le sujet vous aurez compris que je n’ai pas accroché à Pokemon Go. Ce n’est pas pour autant que je ne comprends pas les joueurs qui l’aiment ou qui en deviennent dingues. Vu qu’en son temps un jeu que mes parents trouvaient débile m’avait tenu des centaines d’heures sur un écran noir et blanc. Peut-être que je deviens “vieux” en fait… Mais si c’est le cas je le vis plutôt bien et je vais continuer à m’extasier devant des jeux tels qu’Ori, Brother, Limbo, Inside. En somme tout autre jeu qui me fait vivre une histoire vraie et ne me fait pas juste marcher en pompant ma batterie et ma 4G.

Et vous ? Vous avez aussi craqué vôtre slip à la sortie de Pokemon Go ?

A très bientôt sur Sitegeek

Frédéric Perez

Galerie :