KOF est de retour sur les consoles de dernière génération. L’heure de sortir ma PlayStation 5 pour vous le présenter en grande pompe. C’est parti pour King of Fighters XV.

Ne manquez pas mon test vidéo de King of Fighters XV sur Vega TV.

King of Fighters XV – Le retour du King

King of Fighters est une légende du jeu de combat. Depuis le premier opus, sorti en 1994, la licence phare du vs fighting de SNK enivre les foules. Lancé à la base comme un projet one shot, qui visait à diversifier l’offre déjà pléthorique de la ludothèque NEO GEO en termes de jeu de combat, le principe de KOF était révolutionnaire : réunir les combattants les plus emblématiques des séries les plus prolifiques de SNK, dans un seul et même jeu pour les voir s’affronter et déterminer, qui était le Roi des combattants !

L’autre particularité de la licence est qu’elle opposait non pas 1 combattant contre 1, mais bien 3 contre 3. La recette a tellement bien fonctionné que SNK a décidé de rééditer l’exercice, jusqu’à ce que la série devienne la plus longue de l’histoire de l’éditeur japonais. Aujourd’hui, six ans après KOF XIV sur PS4, c’est au tour de KOF XV de faire sa grande entrée ce 17 février sur PS5, PS4, Xbox et PC.

vanessa vs ramon King of Fighters XV

Vanessa met des pains à Ramon dans ce King of Fighters XV !

Gameplay – du neuf avec du vieux…

Les bases de KOF conservées

King of Fighters XV débarque sur les mêmes bases que ses ainés avec son bon vieux système de team, et ses affrontements à 3 vs 3. Il est également possible de jouer en 1 contre 1, pour les irréductibles gaulois qui comme moi, préfèrent se cantonner à la maitrise d’un seul personnage, plutôt que 3. En effet, si le 3 vs 3 est la signature de la licence depuis ses premières heures, elle ne plait pas à tout le monde. Maitriser 3 personnages à la perfection, c’est un autre sport que de se focaliser sur un seul d’entre eux.

Quoi qu’il en soit, ici, vous configurerez votre rixe à votre guise. Et en 3 vs 3, votre quête sera bien sûr de pulvériser les 3 adversaires, avant que les 3 vôtres n’aient mordu la poussière. Vous pouvez aussi déclencher l’assistance d’un des membres de votre équipe pendant votre round et dès qu’un combattant perd un round, le suivant prend le relais, pour un nouveau round. Le combattant qui reste lui, récupère un peu de vie histoire de ne pas commencer avec le trouillomètre à zéro ! Ce système n’a pas beaucoup évolué depuis l’origine de la franchise, il plaira aux habitués, il ne révolutionnera pas l’histoire pour les plus blasés.

Joe contre la sexy Shermie dans King of Fighters XV

Joe contre la sexy Shermie !

Team = maîtriser au moins 3 persos…

Pour performer au mieux vous devrez indubitablement créer une équipe équilibrée, en choisissant scrupuleusement parmi les 39 persos disponibles. Cette approche « plus ou moins stratégique », associée à l’entrainement de votre skill en aval pour progresser, est un beau challenge et vous permet d’attaquer le titre avec un projet et des objectifs qui motivent à creuser.

Les mécanismes du jeu sont assez basiques et classiques : deux attaques légères et deux attaques puissantes, deux types de saut, assez techniques, avec des coups spéciaux à la Street Fighter, qui requièrent des ¼ de tour et des combos. Les personnages que vous connaissez ont conservé l’arsenal de coups qu’ils pratiquent depuis leur première apparition. Ça fonctionne, comme depuis plus de 20 ans. Vous pouvez aussi exécuter des roulades pour vous approcher de votre adversaire, ou pour esquiver une attaque.

décors de King of Fighters XV

Les décors de King of Fighters XV sont jolis mais voilà quoi…

Les quelques nouveautés de King of Fighters XV

Au rayon nouveautés, on retrouve le « Shatter Strike ». Cette nouvelle mécanique permet aux joueurs de contrer les attaques ennemies. De plus, ils peuvent aussi profiter d’un mode MAX amélioré, et d’un mode MAX (rapide), avec une fonction ruée qui leur permettra de réaliser des combos en appuyant rapidement sur les boutons d’attaque. Cette fonction est presque trop simple, et permettra de déclencher un enchainement puissant et efficace en appuyant quatre fois sur le même bouton.

On a vu pire en termes d’assistance, mais ça reste simpliste. Je pense que la clé, pour les duels en ligne, sera de cerner chacune de ces techniques, chez chaque combattant pour les anticiper et les bloquer systématiquement. Disons qu’avec cette nouvelle astuce, les novices pourront avoir rapidement l’impression d’arriver à quelque chose, là où les vétérans viseront directement davantage la subtilité.

Mai

Mai et ses formes délicieuses qui font chavirer les cœurs !

KOF XV – Punchy et arcade

Même si c’est du « déjà vu » pour beaucoup de ces mécanismes avec les barres d’énergie à charger pour les coups spéciaux etc, il faut bien admettre que le jeu à 3 et les combos dévastateurs permettent des remontées inespérées. Dans le cadre d’un titre aussi arcade que KOF, c’est plutôt cool ! Toutefois, je ne suis pas certain que les nouveautés ne se révèlent suffisantes pour rallier des nouvelles troupes à la noble cause de KOF. À vouloir faire des compromis entre auto combos, tradition et innovations, les jeux de combats néo / rétros se sont déjà perdus.

Pour l’instant, je trouve le jeu assez simple. En se contentant de bourriner, quand on maitrise les attaques rudimentaires, les shatter attacks et les auto combos, on peut déjà aller loin.

stage plage

La plage et Angel, le paradis terrestre !

Le mode entrainement et le ONLINE

Le mode entrainement est moyennement bien fait, puisqu’il ne fait que dicter les mouvements pour chaque attaque, sans vraiment expliciter quoi que ce soit dans les stratégies, ou vous donner des indices quand on un coup ne sort pas. Pire, certains coups basiques vous font parfois perdre un temps fou, et il est impossible de passer au tuto suivant… donc à voir pour la suite, je me réjouis surtout de lire vos retours, impressions et conseils, d’autant plus quand le mode online sera intéressant, puisque pour l’instant, le jeu n’étant pas encore sorti, il est déserté. Toutefois, on voit qu’il a été réfléchi et qu’il est plutôt complet et intuitif.

Jouable jusqu’à huit en ligne, le jeu propose des modes tels que RANKED MATCH, CASUAL MATCH, ROOM MATCH et ONLINE TRAINING. Il y a également un nouveau mode DRAFT VS, qui permet aux joueurs d’affronter un adversaire, alors qu’ils doivent attraper le col de leur personnage préféré avant l’autre. Le rollback netcode est utilisé dans le jeu pour offrir la meilleure expérience en ligne possible. Il ne fait nul doute que c’est ici que tout va se jouer.

mode entrainement

Le mode entrainement… minimaliste.

King of Fighters XV – Le casting

Allez, on va quand même revenir un coup sur le casting, parmi les petits nouveaux, on retrouve mademoiselle Dolores. Personnage intéressant pour les débutants, elle utilise des formes de magies et les éléments de la nature. C’est fun mais un peu trop perché pour moi. L’autre nouvelle recrue est Isla. Graphiste très speed, elle utilise ses aérosols et ustensiles de graffiti pour attaquer. Elle se sert également de son bras fantôme, Amanda. Elle ne laisse pas de trace indélébile au gameplay.

Enfin, on retrouve aussi Krohnen qui semble être un clone moderne de Tetsuo Shima, un personnage de la série de manga Akira, de Katsuhiro Otomo. Il fait équipe avec Angel. Il possède un bras transformateur, c’est le plus intéressant des nouveaux persos. Mais il n’arrive pas à la cheville des vieux briscards que l’on retrouve dans le casting. Le reste de la liste est composé pour la plupart de combattants issus de KOF IV et leurs animations n’ont guère beaucoup évolué, dommage.

terry contre isla

Terry le vieux contre Isla la rookie de King of Fighters XV

La technique et modes prétextes de King of Fighters XV

Techniquement, le jeu est joli, mixe la 3D et les textures 2D, comme dans KOF 14. Admettons qu’on a remis une belle couche de peinture fraiche sur les sprites, mais il n’y a guère de révolution. Pour ceux qui découvriront la franchise et qui ont zappé les derniers épisodes, vous le trouverez probablement joli, sans plus. Les décors sont, eux aussi, déjà vus, mais ils ont du style. Le stage hommage à Metal Slug est fun, on sent que l’héritage Neo Geo est présent et les références le mettent à l’honneur. Mais bon voilà, on est en 2022, et on aimerait tout de même passer au niveau supérieur.

Les musiques sont pêchues, elles balancent bien, à la façon KOF, c’est sympa. D’autres modes de jeu viennent garnir l’ensemble, avec notamment le mode story, qui n’apporte rien. On constatait déjà cela il y a dix ans avec des modes pseudo scénarisés, dans lesquels des matches s’enchainaient avec quelques cinématiques pour fournir un semblant d’illusion scénaristique, ici, c’est la même chose. Vous faites des combats, des petites scènes viennent faire office d’intermezzo, mais en rien ce mode ne peut remplacer le mode arcade ou le mode multijoueur. Les graphismes dans ces interludes sont sympas, tel un dessin animé, il s’agite, c’est là, on y touche, ça passe, on n’y touche pas, on n’y perd rien.

stage metal slug

Le stage hommage à Metal Slug…

Conclusion King of Fighters XV = King of Fighting Games ?

Alors, KOF ne peut pas être et avoir été, me direz-vous. C’est clair que là où il est le meilleur, c’est dans son jus. Mais bon, en faisant abstraction de ce qu’était un jeu de combat il y a plus de 20 ans, et ce que les expériences consoles apportent aujourd’hui, on peut dire que King of Fighters IV ne s’en sort pas trop mal.

Le jeu est joli, les mécanismes de jeu s’avèrent accessibles et laissent des perspectives de progression suffisamment importantes pour motiver les hardcore gamers. Son mode en ligne est soigné et le netcode semble à la hauteur. On lui reprochera un manque d’originalité et un manque de modes réellement intéressants, mais le jeu en vaut tout de même la chandelle.

De mon côté, c’est le jeu de combat sur lequel je vais m’attarder ces prochaines semaines ! N’hésitez pas à partager vos attentes et retours sur ce King of Fighters XV en commentaire.

A bientôt sur sitegeek,

Vega