Malgré les efforts faits par Apple, les AirTags auraient permis de traquer certaines personnes à leur insu.

Nombreux étaient ceux qui, à la présentation des AirTags d’Apple, s’étaient interrogés sur la question de la protection de la vie privée. Et malgré les affirmations d’Apple sur le produit, un test a prouvé qu’il était possible de traquer quelqu’un.

Une expérience menée par le Washington Post

Avec l’évolution des technologies, la question de la vie privée est toujours plus importante. Pour les AirTags, la question concernait la possibilité de suivre et harceler quelqu’un et, malgré les affirmations du géant américain, il est possible de pirater un AirTag, mais également de l’utiliser pour suivre quelqu’un. Par exemple, il est possible de mettre un AirTag dans la voiture de son conjoint ou dans le sac à dos de ses enfants et de les suivre toute la journée sans qu’ils le sachent, puisque l’appareil ne fera aucun son.

Mais Geoffrey Fowler du Washington Post n’en est pas resté là. En effet, il a décidé de faire un test plus poussé en donnant à son collègue un AirTag. Grâce à celui-ci, il a donc réussi à espionner la personne, mais aussi à la harceler, en quelque sorte. En effet, il était capable à distance de déclencher le signal de l’AirTag, soit un son à 60 dB qui dure 15 secondes.

Heureusement, le signal de l’AirTag peut être ignoré en mettant de la musique dans l’habitat de votre voiture ou en mettant l’appareil dans une boîte à distance, par exemple. De plus, il faut attendre plusieurs heures avant que l’AirTag soit opérationnel pour envoyer une seconde sonnerie.

Lire aussi :
News | Le futur iPhone sans bouton HOME se précise !

Côté Apple, la vice-présidente du marketing, Kaiann Drance, a déclaré que de nombreuses mises à jour pour le système des AirTag permettraient de le rendre toujours plus sécurisé et intelligent.

Bref, à suivre.

Gwen