Netflix sortait ce mois d’août 6 épisodes d’une série-documentaire sobrement intitulée : High Score. En tant que Geek c’eut été un crime de passer à côté. Alors temps perdu ou vivement le Level 2 ?

High Score – Synopsis

Le documentaire High Score signé Netflix vous propose de découvrir les origines du jeu vidéo. En partant de Space Invaders sur bornes d’arcades jusqu’à l’arrivée du jeu multi-joueur en ligne avec Doom. Le tout en passant par la guerre des consoles ou encore de jeux tellement trash que la justice a dû s’en mêler. Anecdotes, interview et images d’époque seront de la partie pour ce périple vidéo-ludique qui pourraient surprendre même les plus aficionados du genre.

Une réalisation qui mérite un “Flawless Victory”

Afin de briser le cliché : “les jeux-vidéos c’est plutôt masculin”, sachez de suite que c’est une femme qui est aux commandes de High Score. France Costrel ne semble pas connue pour d’autres faits pour l’instant mais nul doute que ce documentaire pourrait être un tremplin. La réalisation y est tout bonnement parfaite ! L’ensemble mélange d’une manière extrêmement habile les faits, les interviews, les anecdotes et les images d’époque.

Le pixel art est on ne peut plus à sa place avec High Score

Le pixel art est on ne peut plus à sa place avec High Score

Le rythme utilisé pour la narration est impressionnant. Le simple fait d’imager les dires des protagonistes avec des vidéos en pixel art rend le tout particulièrement homogène et agréable à voir. Les 6 épisodes de 45 minutes passeront en un éclair. Seul le dernier épisode triche un peu sur la fin en faisant une sorte de rappel de tout ce qui a été dit. Et de ce fait on se retrouve tronqué, d’une certaine manière, de quelques minutes.

Lire aussi :
Top 5 des aspirateurs robot 2020

Anecdotes en veux-tu, en voilà !

Ce qu’on aime par-dessus tout quel que soit le sujet ce sont les anecdotes. Malheureusement si, comme moi, vous êtes toujours en recherche de celles-ci vous pourriez avoir peur de déjà tout savoir. Et pourtant… High Score arrive à nous surprendre en allant creuser plus loin que quiconque. En retrouvant des créateurs de jeux (injustement) oubliés ou de petit détails qui se sont avérés être des moments décisifs dans cet univers impitoyable du jeu vidéo.

À une époque où les notes étaient vraiment des notes !

À une époque où les notes étaient vraiment des notes !

Cet ensemble de moments charnières nous fait subtilement voyager de Space Invaders jusqu’à l’arrivé du jeu en ligne. Aaaah, j’ai encore pour ma part le souvenir de parties interminables dans mon grenier sur Duke Nukem 3D lancé sur deux PC 486DX connectés entre eux par le port COM. N’ayez pas peur si vous ne comprenez pas de quoi je parle, la série High Score est bien plus douée que moi pour accrocher le grand public.

Imaginer que Sega avaient été jusqu'à mettre des "promotteur" sur les campus. C'est fou...

Imaginer que Sega avait été jusqu’à mettre des “promoteurs” sur les campus. C’est fou…

Car là où High Score fait fort, une fois de plus, c’est en rendant le tout entièrement compréhensible même pour ceux qui ne seraient pas des Geek-Nerd. Idem si vous n’avez pas connu cette époque vous apprécierez d’en apprendre un peu plus sur les débuts d’un monde qui, encore aujourd’hui, engrange plus d’argent que bien des domaines.

Découvrez la bande-annonce de High Score


High Score en bref

Je ne pense pas que vous puissiez imaginer à quel point il est difficile pour moi de faire un article aussi court sur High Score. Après avoir savouré ces 6 épisodes je n’ai qu’une envie c’est de pouvoir encore et encore échanger sur ce sujet. Au-delà de la nostalgie retrouvée grâce à cette série, ce sont de nouvelles anecdotes que j’ai dans mon stock pour avoir l’air encore plus Geek lors des prochaines réunions familiales.

Lire aussi :
Sunderland Till I Die - Enorme succès pour la saison 2 ?

Mais il est important que je m’arrête là afin que vous puissiez foncer découvrir ce documentaire.

Et vous ? Vous avez appris quelque chose avec ce docu ou vous saviez déjà tout ?

À bientôt sur Sitegeek.

Frédéric Perez