Maître Sega restera à jamais le génie de l’arcade racing grâce à ses chefs-d’œuvre Virtua Racing, Out-Run, Sega Rally, Daytona USA et consorts. Arcade Racing Legends tente de rendre hommage à ces licences sur Dreamcast, 20 ans après l’âge d’or arcadien…

C’est l’histoire d’un hommage à Daytona USA et consorts

Origine d’une nouveauté 2020 sur Dreamcast

2020, année pandémique, mais aussi millésime de résurrection pour le catalogue Sega Dreamcast. La maison d’édition PixelHeart a en effet choisi cette année folle pour s’inspirer d’un jeu de Intuitive Computer, en collaboration avec JoshProd Production, et nous livrer un nouveau jeu de course sur la dernière console de Sega. Associé à moult sponsors ostensiblement annoncés dans les décors et sur les voitures du jeu, tout s’annonce comme en 1994!

En 2020, on peut jouer comme cela à la Dreamcast!

La version de Arcade Racing Legends by PixelHeart

Comme à son habitude, PixelHeart propose une version proche du format authentique d’époque. D’autant plus que cette fois, cette exclusivité Dreamcast est releasée en série limitée et numérotée à 3000 exemplaires. Votre package est composé du CD du jeu, d’un feuillet avec le numéro de votre exemplaire et d’une notice. Pour la version Road Trip, vous aurez aussi droit au CD avec les original soundtracks. Un vrai travail de pro. Notez tout de même que le CD utilisé est au format MIL-CD et qu’il pourrait donc ne pas tourner sur les Dreamcast distribuées après novembre 2000. Par contre, le jeu est multi-zone et compatible avec les consoles de toutes les régions.

Packaging de qualité

Alors on teste!

“Scénario”

Si de scénario il n’est pas question, cet Arcade Racing Legends n’a pas que de l’arcade à proposer. En effet, le menu vous annonce immédiatement la couleur en vous proposant un mode arcade certes, mais également un mode carrière. Ce dernier vous invite à réaliser des épreuves, afin de vous familiariser avec les options et les commandes, et de vous confronter à une communauté de concurrents virtuels acharnés. Le mode arcade, comme son nom l’indique, vous lance dans l’arène et vous embarque à bord d’un des très nombreux véhicules disponibles à coup de check points et autres Finish lines. Vous trouverez aussi les modes contre la montre et duel, pour les variantes plus classiques.

Des circuits à débloquer, tout sauf simple!

Technique

Graphiquement, le soft n’a pas à rougir de la comparaison avec ses ancêtres Sega Rally et Daytona USA. La puissance de la console est bien exploitée, le jeu tourne en 60 images par seconde et les musiques dynamitent parfaitement vos épreuves. Pour couronner cette jolie copie, des effets de météo viennent agrémenter les conditions de route. Tout semble donc idéal dans le meilleur des mondes arcadiens. Malheureusement, quelques imperfections ternissent légèrement cette belle première impression, car durant les dérapages, la Dreamcast semble peiner légèrement et le jeu tend à lagger. De plus, ma vue favorite, ras de sol avec visu du capot, bug et montre tantôt l’avant de la voiture, tantôt la route, tantôt carrément les roues. Et concernant les conditions climatiques changeantes, elles n’auront pas d’influence sur le comportement du véhicule.

Arcade Racing Legends

Tout est question de contrôle, c’est bien ça le problème!

Jouabilité

Cet Arcade Racing Legend m’a refroidi d’entrée de jeu! Je m’attendais à une immersion immédiate, à l’instar des expériences arcade de l’ère Dreamcast et en arcade comme dans Scud Race par exemple, mais il n’en fut rien. Le mode arcade m’a emmené dans les balustrades après quelques mètres. J’ai du coup abandonné l’idée de jouer au volant, pour passer en mode manette, mais même constat. En fait, le secret de la réussite réside dans les réglages du véhicule. Dans le mode carrière par exemple, quelques épreuves préliminaires vous chauffent et ont pour but de vous familiariser avec les commandes et la voiture. Si vous ne réglez pas les paramètres d’adhérence, vous serez condamné à déraper anormalement et à tondre les pelouses autour des circuits! Après avoir configuré ces options, le gameplay prend tout son sens et vous retrouverez les sensations promises par le titre du jeu. Dommage que les différents véhicules disponibles offrent tous la même configuration de conduite, cela aurait pu aider à simplement changer de caisse, sans passer par les réglages d’ingénieur.

Arcade Racing Legends

La météo, une anecdote exclusivement esthétique

Plaisir du testeur

Même si j’adore les idées du jeu, je suis déçu par deux aspects inattendus : l‘obligation de régler les véhicules au fur et à mesure que l’on avance dans les circuits, et la difficulté exacerbée des premiers défis. Après digestion de ces deux désillusions, j’ai pu appréhender les mécanismes et les secrets du gameplay pour y trouver mon compte. Les véhicules disponibles sont tout bonnement hallucinants de clins d’oeil et de nostalgie, les sensations de drift, lorsque je les ai enfin maitrisées, rappellent l’excellent feeling du premier Ridge Racer sur PSONE et le plaisir de découvrir un vrai nouveau jeu sur la Sega Dreamcast est juste jouissif.

Arcade Racing Legends

Comme avec Maître Sega, on voyage!

Arcade Racing Legends – J’achète ou je n’achète pas ?

Cet Arcade Racing Legends imite les meilleurs titres du genre sans leur génie, il apporte un bonus relatif avec l’obligation de paramétrer les véhicules avant chaque course et en perd de sa saveur arcade. À côté de cela, il vous replonge dans une aventure racing comme on n’en voit plus, même pas sur les consoles modernes, tout en respectant les codes d’antan avec un packaging recherché. Je voterai donc avec un “oui, mais…”, car avec un titre aussi accrocheur, sur une machine aussi mythique que la Dreamcast, les espérances étaient énormes. Quoi qu’il en soit, ça reste une de mes meilleures expériences néo-rétros de ce début d’année.

Lire aussi :
Alien Isolation - Avis

Si vous désirez vous forger votre propre avis, il reste quelques exemplaires sur le site PixelHeart. Et si vous passez à la caisse, n’oubliez pas d’utiliser notre coupon  pour une réduction de 10% valable jusqu’au 31 mars 2021 : SGPIXMAR  sur le site PixelHeart.

Vega