Alors que sur nextgen, les jeux de bagnoles se faisaient plutôt rares,  nous voilà assaillis de toute part par pleins de productions prometteuses. Si je n’ai pas encore eu l’occasion de tester The Crew d’Ubisoft et Forza Horizon 2 de Microsoft, je peux déjà vous dire d’entrée de jeu que j’ai été séduit par Drive Club avec son gameplay assumé.

La première règle du DriveClub est : Il est interdit de se connecter au DriveClub !

Oui bon c’est vrai, quand on sort son jeu avec un an de retard et qu’il est principalement axé sur le multi-joueurs, c’est un peu (comprenez beaucoup)   la loose d’avoir des serveurs en mousse qui s’obstinent à rester offline. Je suis pour ma part consterné de subir ça alors même qu’on m’oblige à payer pour jouer en ligne ; tout en prétextant que ça permet d’améliorer la stabilité des connexions…

Je préfère faire abstraction de ce point noir en gageant que ça se stabilisera avec le temps afin de me concentrer sur la partie intéressante que j’ai pu essayer : le mode solo.

Une après-midi avec DriveClub sur PS4

La première chose qui m’a marqué dans Drive Club c’est l’interface stylée qui semble dissimuler une quantité incroyable de modes de jeux, de véhicules, de challenges et de possibilités. Après quelques minutes seulement, j’observe mon pilote ouvrir la porte, mettre le contact, et démarrer mon nouveau bolide. Waouw l’effet est saisissant !

DriveClub - Les Mercedes AMG sont de la partie

DriveClub – Les Mercedes AMG sont de la partie

Dès les premiers virages les sensations sont là ! C’est super arcade, je parviens à gérer mes trajectoires en agitant les gâchettes freins/accélérations et je retrouve des sensations de conduites oubliés depuis une vieille licence de Codemasters : Collin MCrae Rally.

DriveClub - Vue Cockpit

DriveClub – Vue Cockpit

Si je n’ai aucune critique à formuler aux grandes références du moment telles que Gran Turismo ou Forza Motosport, ce sont des jeux avec lesquels il m’est impossible d’y jouer à la manette. Ils requièrent des ajustements de conduite pour ne pas valser dans le décor que je ne suis capable de réaliser qu’avec les sensations réalistes d’un volant entre les mains.

Tout ça pour dire que ça fait du bien de retrouver un jeu simple et efficace avec lequel je peux jouer à la manette en aillant tout de même quelques sensations intéressantes. Le gameplay est accessible et devrait permettre à tout le monde de se hisser rapidement dans en première place. Il reprend les bases du genre en infligeant quelques secondes de pénalités en cas de contacts avec vos adversaires et vous disqualifiera si vous coupez court plus de 5 secondes dans le circuit. (Ça semble court mais ça laisse une bonne marge de manœuvre)

DriveClub - Les Alfa sont là aussi ...

DriveClub – Les Alfa sont là aussi …

Malgré les nombreuses critiques à l’égard de l’aspect technique du jeu, personnellement je le trouve plutôt réussit et fluide malgré ce framerate trop léger qui devrait faire rager le pciste que je suis. De nombreux effets de lumières et de particules flattent l’écran, comme la réflexion du coucher de soleil en vue de capot, et le rendu fait honneur à la console ainsi qu’à ma tv 55 pouces.

DriveClub - Des effets de lumières intéréssants

DriveClub – Des effets de lumières intéréssants

Concernant le contenu, il est dantesque et les licences officielles permettent de rêver un peu en s’essayant à des modèles de luxe bien modélisés que vous débloquerez au fur et à mesure. Ne vous attendez pas à pouvoir les démolir car la gestion des dégâts est inexistante. Par contre, vous pourrez les saccager autrement en appliquant des peintures de mauvais gouts via les options de customisations : beurk.

J'ai aimé

  • Le style arcade
  • Les effets de lumières
  • L'ambiance sonore
  • Le moteur de vibrations
  • L'interface

Je n'ai pas aimé

  • Serveurs inaccessibles
  • Dégâts simplistes
  • Retard sur la sortie
  • Chargements
  • Le mode nuit
Alors que sur nextgen, les jeux de bagnoles se faisaient plutôt rares,  nous voilà assaillis de toute part par pleins de productions prometteuses. Si je n’ai pas encore eu l’occasion de tester The Crew d’Ubisoft et Forza Horizon 2 de Microsoft, je peux déjà vous dire d’entrée de jeu que j’ai été séduit par Drive Club avec son gameplay assumé. La première règle du DriveClub est : Il est interdit de se connecter au DriveClub ! Oui bon c’est vrai, quand on sort son jeu avec un an de retard et qu’il est principalement axé sur le multi-joueurs, c’est un peu (comprenez…
Simple et efficace, Driveclub ravira les fans de sensations arcade

Review Overview

Fun
Technique
Originalité

Indispensable

Simple et efficace, Driveclub ravira les fans de sensations arcade

Revue de presse

6,1

Gamekult

9

Gamergen

6

JV.com

7

Gameblog

Conclusions hâtives de l’ami Gwen

DriveClub est un jeu vidéo fun et accessible immédiatement comme on en voit de moins en moins.  Idéal pour ceux qui ne trouvent pas leur bonheur dans les pseudos simulations en vogue et qui souhaitent s’amuser avec autre chose que Mario Kart. La réalisation technique et le contenu gargantuesque (puis le fait que ça ne soit pas un jeu un jeu PS3 version HD) font de lui une exclusivité incontournable du catalogue PS4. Il ne reste plus qu’à espérer que les serveurs soient renforcés  au plus vite.

DriveClub - Prêt à vous lancer?

DriveClub – Prêt à vous lancer?

N’hésitez pas à me poser toutes vos questions ou à m’exposer votre contre avis dans les commentaires.

Site Officiel : https://www.playstation.com/en-us/games/driveclub-ps4/

A très bientôt sur Sitegeek.

Gwen

ZoomZoomZang dans la Benz Benz Benz :

Bande annonce :

https://www.youtube.com/watch?v=ytxxPjcuaQo

Galerie :