En utilisant la technologie d’apprentissage automatique, la société My Heritage permet à ses utilisateurs d’animer des portraits anciens de leurs proches.

Un nouveau service donne une nouvelle vie au passé en utilisant l’intelligence artificielle pour convertir des images statiques en vidéos animées. Deep Nostalgia crée en effet des animations en utilisant l’apprentissage en profondeur pour analyser le portrait d’un visage. Ensuite, le système anime le visage avec une séquence de mouvements préréglée qui permet par exemple de faire cligner les yeux, faire un sourire ou tourner la tête.

Vers un degré de réalisme époustouflant

Lancé en février dernier par la société de généalogie My Heritage, Deep Nostalgia donne de premiers résultats plutôt convaincants. Le processus est complètement automatisé et le service améliore les images pour rendre les animations plus fluides. Néanmoins, cela ne veut pas dire pour autant que les animations sont parfaites. Comme avec la plupart des technologies de deep fake, il y a toujours un caractère étrange, voire dérangeant dans le résultat. Certains mouvements peuvent paraître légèrement artificiels. L’autre principale limite est qu’il n’est capable de traiter pour l’instant que des portraits de visage. Mais pour un service gratuit, cela reste assez impressionnant et surtout ludique.

Le projet Deep Nostalgia n’est pas le premier de la sorte. Déjà en 2019, des ingénieurs travaillant au Samsung AI Center de Moscou ont publié un article décrivant comment les techniques d’apprentissage automatique peuvent produire des deepfakes après avoir analysé une ou quelques images seulement. En utilisant une classe d’algorithme IA connu sous le terme « réseaux adverses génératifs », les chercheurs ont réussi à générer des deepfakes avec un fort degré de réalisme.

Lire aussi :
Les innovations de l'intelligence artificielle sont au service de la comptabilité

Mais alors que les résultats sont impressionnants, le projet Deep Nostalgia montre à quel point la technologie deepfake progresse à un rythme rapide et devient disponible pour le plus grand nombre. Le contre coup est que, au fur et à mesure de l’avancée de ces outils, les experts s’inquiètent de la façon dont des personnes mal intentionnées pourraient utiliser les deepfakes pour manipuler le grand public.

Alors, ça vous intrigue ou cela vous effraie ces innovations ?

Gwen